LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La crise familiale dans Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce

Dissertation : La crise familiale dans Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  10 Juin 2024  •  Dissertation  •  3 181 Mots (13 Pages)  •  43 Vues

Page 1 sur 13

Sujet : Le théâtre met souvent en scène des conflits d’origine familiale. La pièce de Jean-Luc

Lagarce ne met-elle en scène qu’une crise familiale ?- ne pas oublier de citer le sujet après l’accroche !

« Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l’est à sa

façon. » Cette citation du romancier russe Tolstoï attire notre attention sur une thématique souvent

explorée au théâtre, aussi bien dans les comédies (ex. L’avare de Molière) que dans les tragédies

(ex. Phèdre de Racine) : les histoires de famille tourmentées.

“La pièce de Jean-Luc Lagarce ne met-elle en scène qu’une crise familiale ?”. Dans la

langue courante, le terme de “crise” désigne un état soudain de rupture mais aussi un état plus

durable de trouble et de difficulté. La “crise” a également un sens spécifique au théâtre, puisqu’elle

renvoie au noeud de l’action dramatique d’une pièce se caractérisant par un conflit intense. L’idée

que cette crise soit “familiale” dans Juste la fin du monde semble assez évidente dans la mesure où

toute la pièce se déroule lors d’un repas dominical en famille, repas marqué par le retour du

personnage principal, Louis, auprès des siens après une longue absence. Néanmoins, ce qui est

marquant dans la tournure de la question c’est la négation restrictive en “ne...que”. Celle-ci est en

effet synonyme de l’adverbe « seulement », et semble mettre en avant uniquement la dimension

familiale, et donc collective, des tensions présentes dans la pièce. Or, il apparaît qu’au fil de celle ci,

Louis - tout comme d’autres membres de sa famille d’ailleurs – traverse aussi une crise plus intime

et individuelle. Ce qui motive son retour est d’ailleurs l’annonce de sa mort à venir, objet d’un

véritable tourment intérieur.

Dans quelle mesure la pièce Juste la fin du monde repose-t-elle seulement sur une crise

collective se déroulant au sein de la sphère familiale ?

Nous examinerons tout d’abord les ressorts dramatiques de la crise familiale, bien présente

dans la pièce. Puis, nous verrons que le conflit familial est produit par l’enchevêtrement de crises à

la dimension plus personnelle qu’il n’y paraît. Enfin, nous montrerons que si la pièce revêt une

dimension universelle c’est grâce à la superposition de plusieurs crises de diverses natures.

I. L’omniprésence de la crise familiale dans la pièce

1. Une « crise » produite par le retour d’un ancien schéma familial

arg 1 → c’est le retour de Louis qui menace l’équilibre- Le départ de Louis a rompu l’ordre familial qui lui imposait des responsabilités ensuite assumées

par Antoine (Louis étant l’aîné). Son retour remet en question un ordre qui s’était établi (ex. scène

avec Catherin : par Antoine que s’est transmis le nom du père).- La rivalité fraternelle est omniprésente, teintée de la culpabilité ressentie par Antoine depuis

l’enfance (il s’est toujours senti « responsable » du manque d’amour éprouvé par son frère, et ce

sentiment de culpabilité continue à le miner alors qu’il est devenu adulte et père de famille : « je ne

voulais rien de mal, / je ne voulais rien faire de mal, / il faut toujours que je fasse mal »). Ex. Mise

en scène de Raskine → Louis subit l’étreinte de son frère ( ce geste peut être interprété comme une

marque d’affection, mais on peut aussi y voir une menace d’étranglement )- Différence de réaction entre Antoine et Suzanne (« c’est parce qu’il est là?)

// Incendies de W. Mouawad, le « retour » de la mère à travers le testament qu’elle lègue à

ses enfants provoque une dispute entre le frère et la sœur et bouleverse leur équilibre en duo,

Jeanne voulant mener sa quête identitaire, Simon réagissant avec colère.

arg 2 → Un huis-clos familial en tension-Antoine tourne en dérision les efforts de Catherine pour pacifier les retrouvailles. Il se moque

également de Suzanne, qui manifeste sa joie de revoir son frère : « on dirait un épagneul ». - La scène du repas → tous les enfants quittent la table.- Tension qui s’intensifie jusqu’à la menac physque d’Antoin : « Tu me touches, je te tue ».

- Jouanneau intensifie l’effet du huis-clos : les personnages sont assis sur le sol, et semblent comme

écrasés par les trois murs qui les enserrent.- Toutes les interactions collectives entre les personnages tournent à la dispute

Scènes collectives peu combreuses et qui dégénèrent (ou la parole est monopolisée ou une dispute

éclate)

2. Une difficulté à « faire famille » : le conflit familial a en partie pour origine des différences

sociales ou de valeurs

arg 1 : Au fondement de la famille → des valeurs communes, des codes partagés. Or, dans Juste la

fin du mondee, les différents membres se sont éloignés les uns des autres en raison de parcours

différents. - Louis est devenu écrivain alors que son frère est resté ouvrier. Le retour de Louis réveille le

complexe d’infériorité qu’il ressent devant la réussite de son frère, sa peur de ne pas être à la

...

Télécharger au format  txt (19 Kb)   pdf (77.4 Kb)   docx (562.8 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com