LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les parties prenantes et les contre-pouvoirs

Cours : Les parties prenantes et les contre-pouvoirs. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  16 Octobre 2019  •  Cours  •  909 Mots (4 Pages)  •  364 Vues

Page 1 sur 4

MANAGEMENT [pic 1]

CHAPITRE 7 – LES PARTIES PRENANTES ET LES CONTRE-POUVOIRS

CAS KERING – APPRECIER L’INFLUENCE DES ARTIES PRENANTES ET EVALUER LES ENJEUX QUI SONT LIES A LEURS INTERETS

  1. Kéring souhaite céder la redoute car elle pèse sur ses comptes, on constate des pertes et donc une diminution de son bénéfice. La Redoute change de positionnement, celui du haut de gamme de correspond pas à celui de la Redoute. Il doit réinvestir du capital, pour essayer de trouver un repreneur et ne pas avoir à la liquider lui-même.

  1. Définition d’une partie prenante, selon R.Edward FREEMAN, tout groupe ou individu qui peut affecter ou être affecté par la réalisation des buts d’une organisation ou les décisions prises dans l’entreprise.

[pic 2]

[pic 3]

[pic 4][pic 5][pic 6][pic 7]

Les parties prenantes de La Redoute sont au niveau internes : les salaries, syndicat, managers, actionnaires et au niveau externe : clients, fournisseurs, mairie de Lille.

Intérêts de parties prenantes :

  • selon CYERT et MARCH, ont montré que le fonctionnement d'une entreprise pouvait être décrit comme une coalition d'acteurs (parties prenantes) dont les objectifs sont souvent contradictoires. Ils considèrent que la prise de décision est le résultat de l'ensemble des pouvoirs exercés par l'ensemble des parties prenantes. Le rôle du décideur est donc de faire converger (temporairement uniquement car elles sont structurellement opposées) les opinions vers un objectif commun. Le bon fonctionnement de l’entreprise résultera de la conjugaison des stratégies individuelles des acteurs et des coalitions d’acteurs qui la composent.

  • Selon Michel CROZIER il voit l’entreprise comme un jeu de pouvoir où des individus cherchent à préserver leur capacité d’action et d’influence. Pour obtenir la coopération de l’ensemble des acteurs, les dirigeants vont tenir compte des rapports de force au sein de l’entreprise.

Tout individu peut avoir du pouvoir.

  1. Pour faire plaisir aux repreneurs et aux parties prenantes inquiètes (salarié). Il va la revendre à 1€ symbolique. Cela va rassurer les salaries et les syndicats, la mairie, les repreneurs qui vont leur donner d’investir, cela va soigner son image, elle prend la mesure de sa RSE. Mme Balla veut surtout sauver les emplois.

Les salariés et les syndicats exercent une pression sur les décisions (contre-pouvoir)

Le contre- pouvoir c’est un pouvoir contre, qui s'organise face à une autorité établie. Ça peut être une force politique, économique ou sociale et son rôle a pour effet de restreindre l'exercice du pouvoir en place et de proposer une alternative aux décisions d'une autorité.

CAS KERING – ANALYSER LE MODE DE GOUVERNANCE DE L’ENTREPRISE

Le mode de gouvernance caractérise un ensemble de dispositifs permettant de prendre en compte les intérêts de parties prenantes de l’entreprise.

On distingue 2 modes de gouvernance :

...

Télécharger au format  txt (6.1 Kb)   pdf (256.3 Kb)   docx (351.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com