LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Parties prenantes et pouvoirs compensatoires

Analyse sectorielle : Parties prenantes et pouvoirs compensatoires. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  3 Novembre 2013  •  Analyse sectorielle  •  4 568 Mots (19 Pages)  •  1 003 Vues

Page 1 sur 19

Chp 6 : Les parties prenantes et les contre-pouvoirs

Le fonctionnement de toutes entreprises est l’objet de conflit de pouvoir car il repose sur les individus et des groupes qui ont des objectifs propre et rarement concordant.

La nature des relations qui que nouent entre les acteurs au sein de l’entreprise et avec les partenaires extérieurs influence de façon déterminante le mode de gouvernance de l’entreprise.

Le dirigeant doit en permanence arbitrer entre les attentes des différentes parties prenantes qui peuvent constituer autant de contre-pouvoirs.

I. L’entreprise, un système ouvert sur l’environnement

Dirigeants et salariés assurent le fonctionnement de l’organisation et ces relations avec les gants économiques de son environnement (les consommateurs, les clients, les fournisseurs, les actionnaires, les administrateurs…)

Se réseau de pouvoirs et de contre-pouvoirs s’expriment sans des négociations et se traduit par un ensemble de contraintes et d’opportunités pour l’entreprise.

II. Les parties prenantes internes

A. Les salariés

Ils peuvent être considérés comme un contre-pouvoir puisque les objectifs de l’entreprise ne peuvent être réalisés sans leur participation active.

B. La défense des intérêts des parties prenantes internes

Pour défendre leurs intérêts les salariés s’appuient sur :

- les délégué du personnel qui dans touts les établissements de plus de 10 salariés transmettent les revendications individuelles ou collectives des salariés aux dirigeants

- le comité d’entreprise, obligatoire dans les entreprises. Il permet aux salariés d’être informés sur la bonne santé financière de leur entreprise et assure la participation à la gestion de l’entreprise

- les syndicats, qui sont seul habilité à représenter les salariés dans le cadre des négociations concernant les conventions collectives du travail

III. Les parties prenantes externes

A. Consommateurs, clients et fournisseurs

L’objectif de l’entreprise est de réaliser du profit et plus les prix de vente aux consommateurs sont élevé alors que le prix d’achat des matières premières sont bas plus le profit sera important. L’intérêt des consommateurs est pas forcement celui de l’entreprise, c’est pourquoi il est nécessaire que le consommateur soit protégé par un contre-pouvoir appelé « association de consommateur »

Les fournisseurs de part leur prix peuvent également être des contre-pouvoirs de même les banquiers qui vont pouvoir peser sur l’octroie de prêts et sur les taux d’intérêts.

B. Les acteurs de la société civile

L’Etat à travers les lois et les règlements peut être un contre-pouvoir.

C. Les actionnaires

Lorsque l’entrepreneur est l’unique ou principale propriétaire de l’entreprise, il n’y a pas de problème de gouvernance entres actionnaires et dirigeants, part contre dans une société de capitaux, il y a séparation entre propriétaire et dirigeant salarié et dans se cas là il peut y avoir divergence d’intérêts entre eux.

En effet les actionnaires attendent une rémunération des capitaux a travers une distribution des bénéfices sous forme de dividendes alors que les dirigeants tendent a privilégier le développement de l’entreprise en réalisant les investissements qui vont limiter la rentabilité des capitaux investis.

Les actionnaires sont également des contre-pouvoirs puisque se sont eux qui vont nommer les dirigeants et fixer leur rémunération.

Chp 7 : La notion de stratégie

I. Définition de la stratégie

A l’origine, la stratégie est un terme militaire qui fait référence à l’art de coordonner l’ensemble des forces d’un pays en vue de préparer une guerre. En entreprise, la stratégie consiste à rassemble toute les forces de l’entreprise, ces ressources pour lutter contre la concurrence.

L’objectif de la stratégie peut être quantitatif ou qualitatif ; les objectifs peuvent être de court ou long terme.

II. Les domaines d’activité stratégique (DAS)

Un DAS regroupe toute les activités de l’entreprise qui touche des besoins ou des types de consommateurs ou des compétences communes

Bouygues télécom a 3 DAS : téléphonie fixe, téléphonie mobile et internet.

Chaque DAS permet d’élaborer une segmentation stratégique qui permet de répondre aux besoins différents des consommateurs et d’élaborer un plan de marchéage différent (produit, prix, distribution et communication)

III. Les différentes facettes de la stratégie d’entreprise

La stratégie peut être délibérée ou émergente.

La stratégie délibérée est planifié par les dirigeants, alors que la stratégie émergente résulte des activités quotidiennes de l’entreprise. Il s’agit de s’adapter et d’improviser en permanence au vue des modifications de l’environnement.

Chp 8 : La démarche stratégique

I. Les étapes de démarche stratégique

A. L’apport du modèle LCAG

1. L’analyse LCAG

LCAG : Learned, Christiansen, Andeus, Guth (prof d’Harvard)

Ils on mit en place un processus d’analyse interne et externe de l’entreprise

Ce processus repose sur l’analyse des forces et des faiblesses de l’entreprise aussi que sur les menaces et les opportunités de l’environnement.

2. L’intérêt stratégique du modèle LCAG

Ce modèle

...

Télécharger au format  txt (27.5 Kb)   pdf (234.6 Kb)   docx (19.8 Kb)  
Voir 18 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com