LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cas pratique droit civil

Étude de cas : Cas pratique droit civil. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  29 Septembre 2021  •  Étude de cas  •  2 150 Mots (9 Pages)  •  436 Vues

Page 1 sur 9

TD DROIT CIVIL

 SÉANCE 1.

I) Questions :

  1. Quelles sont les conditions nécessaires pour établir un acte d’enfant sans vie ?

      Il y a plusieurs conditions, et cas possible permettant l’obtention d’un acte d’enfant sans vie. Tout d’abord, en cas d’absence de certificat médical attestant que l’enfant est né vivant et viable, ou que l’enfant naît vivant mais non viable ainsi que lorsque l’enfant est mort né. Dans ce cas précis, la circulaire n°50 du 22/07/2008 propose un seuil approximatif fixé par l’OMS, on dit alors que les parents d’un enfant mort né au bout de 22 semaines de grossesses et faisant pas moins de 500g peuvent obtenir un acte d’enfant sans vie. Ce seuil n’a aucune valeur juridique. Nous le verrons d’ailleurs par la suite.                                                                                                                                                En effet, lors de l’affaire du 13 mai 2003, où Mme Y, a saisi le tribunal de grande instance pour faire appel suite à un refus d’établissement d’acte d’enfant sans vie. Le 20 mars 1996,  elle accouche d’un foetus sans vie, pesant 400g après 21 semaine de grossesse. L’officier de l’état civil ne leur a pas effectué d’acte d’enfant sans vie, car pour cela il faut que l’être soit à un stade de développement suffisant pour être reconnu comme une enfant, développement suffisant définit selon le seuil de viabilité fixé par l’OMS, hors ces seuils n’étaient pas atteints. Mais rappelons le, ce seuil fixé par l’OMS n’a aucune valeur juridique, et qu’en aucun cas l’article 79-1, alinéa 2, du code civil exige un seuil pour le poids du foetus, ou une durée de grossesse. Ainsi « par ces motifs : casse et annule », la cour d’appel a donc annulé la décision rendue précédemment.                                        Suite à cette affaire, le seuil de L’OMS n’est plus prit en compte, le 20 août 2008, le décret n°2008-800 ajoute comme unique condition lorsqu’un foetus est mort né un certificat d’accouchement établi par le médecin, afin de pouvoir obtenir un acte d’enfant sans vie.                                                                                                                                        Maintenant sous ces conditions, un acte d’enfant sans vie ( prévu par l’art 79-1, alinéa 2 du code civil) est établi, permettant d’informer l’heure, le jour, le lieu de l’accouchement, d’organiser des funérailles, et de donner un prénom à l’enfant. Il sera à cette date inscrit sur la liste des décès.

2. Expliquez la différence de solution de la Cour de Cassation du 29 juin 2001 et du 2 décembre 2003.

  Rappelons que le code pénal, art 221-6 : « réprime le fait de causer la mort involontaire de quelqu’un. »                                                                                                                                       Hors nous avons vu que la personnalité juridique s’obtient à la naissance, lorsque l’on naît vivant et viable, un foetus n’est donc pas reconnu comme personne juridique au yeux de la loi. C’est pour cela que M.Z est reconnu coupable des blessures causé à Mme X lors de l’accident, mais n’est pas tenu responsable d’homicide involontaire sur le foetus de Mme X.                                                                                                                                    À la différence de l’affaire du 29 juin 2001 opposant Mme Y et Mme X, dans ce cas, Noëlle X, blesse grièvement Pascale Y, une femme enceinte. Suite aux blessures, elle accouche le même jour sous césarienne, elle donne naissance à un garçon Yoan à 16H39 , un acte de naissance est établi, attestant la naissance de l’enfant vivant et viable, ce qui lui donne à ce moment la personnalité juridique. L’enfant décède suite aux lésions causés par le choc de l’accident 1h après la naissance. Étant donné que l’enfant était un sujet de droit, et qu’il est décédé à cause des blessures causé par l’accident dont la responsable est Noëlle X, alors Mme X est coupable d’homicide involontaire sur la personne Yoan Y.

...

Télécharger au format  txt (8.2 Kb)   pdf (58.6 Kb)   docx (214.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com