LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

TD 1 économie

TD : TD 1 économie. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  9 Février 2019  •  TD  •  1 249 Mots (5 Pages)  •  120 Vues

Page 1 sur 5

TD 1 ECO

  1. PIB
  • Le PIB mesure les valeurs de l’ensemble des biens et services finaux produits sur le territoire d’un pays pendant une période donnée.
  • Selon une logique de production : Le PIB est égal à la sommes valeurs ajoutées brutes (production moins conso intermédiaire), augmentée des impôts sur les produits moins les subventions sur les produits.

  • Selon une logique de répartitions des revenus : Le PIB est égal à la somme des revenus des salariés, accompagnés de l’excédent brut d’exploitation(profits), augmentée des impôts sur la production et importations, moins les subventions.
  • Selon une logique de dépense : Le PIB est égal à la somme des emplois finals, accompagnés de formations brut de capital fixe(investissement), augmenté des variations de stocks, plus les exportations moins les importations.
  • Il s’établit à 2181,1 milliards d’euros
  • Le PIB peut être critiqué car il ne reflète pas la richesse, le niveau de vie du pays, le bien-être
  1. Conso intermédiaire
  • La consommation intermédiaire est la transformation ou consommation entière de biens ou services permettant de produire un autre bien ou de vendre un autre service. Ces consommations intermédiaires durent moins d’un an.
  • En 2015, le total des produits des consommation intermédiaire est de 1874,2 milliards d’euros.
  1. La dépense de conso finale
  • Les dépense de consommation finale, sont les dépenses effectives en biens ou services pour satisfaire directement un besoin. Ces produits ne sont pas stockés mais consommés dès leur achat.
  • On parle de consommation finale car elle marque pour les biens et services consommés :
  • La fin définitive par destruction immédiate de biens de consommation dits "non durables ».
  • La marche vers une fin définitive par destruction lente de biens de consommation dits « durables".
  • En 2015, la totalité des dépenses de consommation finales des ménages et administrations publiques est de 1 911 milliards de dollars.
  • On peut noter une baisse de -15,3% par apport à 2014.
  • On peut rajouter que la consommation finale regroupe les dépenses de consommation finale des ménages et des administrations publiques. Cette donnée est utile pour mesurer la production nationale, et donc le PIB. Elle fait partie de la « Comptabilité nationale » d'un pays.
  1.  La consommation finale effective :
  • La consommation finale effective des ménages et administrations publiques inclut tous les biens et services acquis par leurs propres dépenses de consommation finale ainsi que les biens et services qui, ayant fait l’objet de dépense de consommation individuelle des administrations publiques ou des ISBLSM (institutions sans but lucratif au service des ménages), donnent lieu à des transferts sociaux en nature de leur part vers les ménages.
  • La somme de la consommation finale + la consommation de services publics (non marchands et individualisables)
  • En 2015, la consommation finale effective des ménages est de 1540,7 milliards d’euros.
  • Elle connaît une augmentation de +1,4% par apport à 2014
  1. Formation brute de capital fixe :
  • Acquisitions(investissement) moins cessions d’actifs fixes réalisées par le producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d’autres processus de production pendant au moins un an.
  • Somme de l’investissement net et de l’amortissement (investissement de remplacement)
  • La formation de capital brut peut aussi être calculée nette, si l’on soustrait la consommation de capital fixe.
  • En 2015, la FBCF de l’ensemble des secteurs institutionnelles par branche de la France est de 469,2 milliards d’euros.
  • Croissance de +1% par apport à 2014 mais nettement inférieur au rythme de croissance annuelle moyen d’avant crise (+4,8% en moyenne entre 2001 et 2007.
  • La FBCF aide à la croissance du pays

F) La consommation de capital fixe

  • Dépréciation(perte) subie par le capital fixe au cours de la période considérée par suite d’usure normale et d’obsolescence prévisible. Le terme « brute » dans les expansions comme PIB ou FBCF signifie que la consommation de capital fixe n’a pas été soustraite. Quand on la soustrait de ces grandeurs, leur valeur est dite « nette ».

G) La variation des stocks

  • Valeurs des entrées en stocks diminuée de la valeur des sorties de stocks et des pertes courantes sur stocks.

  • Cette variation peut être positive ou négative en fonction de la production, capacité de stockage ou alors une augmentation des ventes.
  • En 2015, les variations de stocks en France ont augmentées de +0,1%.

H) Acquisitions nettes d’objets de valeurs

  • Cela concerne l’acquisition de biens de valeur qui ne sont ni consommés ni intégrés à un processus productif mais simplement détenus comme réserve de valeur (intention de plus-value)

  • L’acquisition nettes d’objets de valeurs permet de calculer la Formation brute de capital. (FBC= FBCF+ VS+ AOV)
  1. Exportation
  • Ensemble des biens et services fournis par des résidents à des non-résidents, à titre onéreux ou gratuit.
  • En 2015, augmentation des exportations de +4,3%.
  • 455 083 millions d’euros de biens et services exportés.
  • Augmentation des exportations vers l’Europe de +2,2%.
  • Augmentation des exportations vers les pays tiers de +7,4%.
  • En 2015, forte augmentation de produits aéronautiques de +11,4%.
  • Recul des exportations des produits énergétiques et de chimie de base de -17,3% du fait de la baisse du prix du pétrole.

J) Importation

  • Ensemble des biens et services fournis par des non-résidents à des résidents, à titre onéreux ou gratuit.

  • En 2015, augmentation des importations de +1,2%.
  • 500 752 millions d’euros de biens et services importés.
  • Augmentation des importations depuis l’Europe de +0,7%.
  • Augmentation des importations depuis les pays tiers de +1,9%.
  • Hausse des achats de matériels de transports de +13,7%.
  • Baisse des achats énergétiques du fait de la baisse du prix du pétrole de -25,1%.

K) La valeur ajoutée brute

  • Solde de compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire (sommes valeurs ajoutées brute= production-consommation intermédiaire)

  • En 2015, la somme des valeurs ajoutée brute en France est de 1949,8 milliards d’euros.
  • Augmentation de +1,7% par apport à 2014

L) L’équilibre-emplois-ressources

  • Les opérations sur les biens et services sont liées par une relation d’équilibre entre ressources et emplois. En effet, au cours d’une période donnée, le total des ressources pour un produit est nécessairement égal au total des emplois.

  • L’équilibre entre ressources et emplois pour un produit donné s’écrit :

Production+ Importations= CI+CF+FBCF+VS+Exportations

QCM

CM1

Q1

Selon Ricardo qu’est ce qui permet de faire baisser le coût des biens salariaux et permet donc une possible baisse des salaires ?

  1. La surproduction
  2. Le commerce international
  3. L’inflation
  4. La hausse du chômage

CM2

Q1

La méthode inductive c’est ?

  1. L’analyse des actes d’un individu partir d’un individu
  2. Tirer une conclusion globale à partir d’observations
  3. L’analyse de la réalité à partir d’un modèle théorique
  4. Établir un comportement d’un individu à partir du comportement général de la société

Q2

La méthode Ceteris Paribus permet de :

  1. Expliquer la totalité d’un phénomène économique
  2. Analyser l’évolution d’un facteur isolé d’un phénomène économique
  3. Analyser un phénomène économique via les différents facteurs qui le compose
  4. Analyser un phénomène économique et étudiant toutes ses causes à la fois

CM3

Q1

Quelle(s) composante(s) un circuit économique intègre-t-il ?

...

Télécharger au format  txt (9 Kb)   pdf (79.8 Kb)   docx (218.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com