LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte sur un extrait de “Esquisses d’une théorie des émotions” de Jean-Paul Sartre

Commentaire de texte : Commentaire de texte sur un extrait de “Esquisses d’une théorie des émotions” de Jean-Paul Sartre. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  3 Décembre 2022  •  Commentaire de texte  •  1 463 Mots (6 Pages)  •  271 Vues

Page 1 sur 6

Selon Frédéric LENOIR: "Le bonheur est un état d’être, la joie est une émotion". Être heureux, c’est ne plus être soumis aux événements extérieurs, se détacher de tout ce qui peut nous arriver, que ce soit agréable ou désagréable. La joie invite au contraire à vivre pleinement les émotions et les plaisirs de la vie, avec ses hauts et ses bas.

La joie ne s'invite pas, elle apparaît. Et en même temps, elle n'apparaît que dans un état d'esprit favorable. Le texte que nous allons étudier est extrait de “Esquisses d’une théorie des émotions” de Jean-Paul Sartre. Les thèmes abordés sont la joie, la conscience et le temps. Le texte développe l’idée selon laquelle la joie est une émotion avec une dimension temporelle et provoque des sentiments. Nous pouvons alors nous demander comment l’auteur définit la joie et quels effets produit-elle chez l’individu ?

Pour cela, nous allons procéder à une explication linéaire: dans un 1er temps nous verrons que selon l’auteur, la joie suscite l'impatience et le désir chez l’individu (l.1-4), ensuite dans un second temps l’individu souhaite ardemment posséder l’objet de ses désirs (l.4-14) et enfin explique explicitement le concept de la joie (l.14-22).

Pour commencer, de la ligne 1 à 2 l’auteur écrit : “Entendons par là que le sujet joyeux se conduit assez exactement comme un homme en état d'impatience” C’est paradoxal car la joie est un sentiment positif ressenti dans un état de pur bonheur, un état sans souci, or ici l’auteur développe l’idée selon laquelle un homme éprouvant la joie est un homme en manque c’est-à-dire désireux. La joie ne serait donc pas une fin en soi mais plutôt le déclenchement d'autres sentiments telle que l’impatience (Le sujet est impatient d'obtenir). “Il ne tient pas en place, fait mille projets, ébauche des conduites qu'il abandonne aussitôt, etc.” Le désir est une démangeaison, cette énumération illustre parfaitement l’impatience du sujet et montre son indécision causée par ce dernier. “C'est qu'en effet sa joie a été provoquée par l'apparition de l'objet de ses désirs.” Cette joie incontrôlable est suscitée par l’objet de ses désirs. L’individu est alors contrôlé par ses désirs.

Dans la première partie, l’auteur pose la base du paradoxe. Dans cette deuxième partie, il tente d’expliquer en s’appuyant sur des exemples.

En effet, dans cette partie, l’auteur nous explique son raisonnement en s’appuyant sur des exemples précis. “On lui annonce qu'il a gagné une somme importante, ou bien qu'il va revoir quelqu'un qu'il aime et qu'il n'a pas revu depuis longtemps”. Ici, l’auteur nous donne l’exemple de la rencontre avec une personne bien-aimée ou bien le remporte d’un gain. La locution “ou bien” offre la possibilité d'un choix entre deux options possibles et réalisables pour expliquer que les causes de désir fulgurant peuvent être nombreuses. Par là, Sartre met en scène une situation concrète pour qu’on puisse facilement suivre son raisonnement. “Mais bien que cet objet soit « imminent »”, ce propos appuie sur l'indisponibilité immédiate de l’objet. Ajouté à cela l’expression “il n'est pas encore là, il n'est pas encore à lui” montre le désir fougueux du sujet de posséder l’objet, d’en être le maître, le “propriétaire”. “Une certaine durée le sépare de l'objet”, à l’aide de ce propos Sartre replace la situation dans un cadre temporel bien défini. La précision de la distance à l’aide “ certaine” permet de mettre en lumière la distance qui sépare l’objet désiré, de l’objet désireux malgré leur semblant proximité. Le sujet doit persévérer, il doit attendre.À partir de la ligne 12 développée des idées qui sont contradictoires aux idées communes. “Et même s'il est là, même si l'ami tant désiré apparaît sur le quai de la gare, encore est-ce une objet qui ne se livre que peu à peu”, nous comprenons par cette phrase que l’obtention n’est pas immédiate. “bientôt le plaisir que nous avons à le revoir va s'émousser”, le plaisir contrairement au désir n’est pas durable, c’est quelque chose d'instantanée qui disparaît aussi vite qu’il apparaît. On peut naïvement penser que le plaisir de revoir un être bien-aimé est un sentiment constant mais l’auteur nous explique que ce n’est pas le cas. Ce sentiment se dissipe peu à peu et laisse place à sentiment de manque de pouvoir. En effet, on peut remarquer cette idée dans l’expression qui suit : “jamais nous n'arriverons

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (44.1 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com