LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

ADM4025 travail noté 1

Étude de cas : ADM4025 travail noté 1. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  18 Janvier 2016  •  Étude de cas  •  4 076 Mots (17 Pages)  •  3 321 Vues

Page 1 sur 17

Présentation de l’entreprise

L’entreprise sur laquelle mon enquête sera effectuée est L’association Unie des tuyauteurs et soudeurs en tuyauterie – Local 144. Fondé en 1898, le Local 144 est une des nombreuses sections locales que composent le Conseil Provincial des Métiers de la Construction – International (CPQMCI). Ce dernier (CPQMCI) s’avère être un des cinq syndicats de la construction au Québec et le Local 144 est la section locale représentant les tuyauteurs ainsi que les soudeurs en tuyauterie. Le Local 144 détient un bureau à Québec et Trois-Rivières, mais pour cette analyse, je mettrai l’accent sur le siège social situé au 9735 boulevard St-Laurent à Montréal. Une dizaine de personnes travaillent au sein du siège social, quinze pour être exacte, comprenant le gérant d’affaires (directeur). Les six personnes faisant l’objet de mon enquête sont : Caroline, Marianne, Sylvie, Valérie, Paul et Robert. J’ai dressé le portrait de chacun d’eux sous forme de tableau :

Portrait des personnes interviewées

Prénom

Sexe

Tranche d’âge

Situation familiale

Poste

Horaire hebdomadaire

Caroline

Femme

36-45 ans

Mariée/ Mère de 2 enfants

Adjointe à l’administration et à la comptabilité

40 à 49 heures

Marianne

Femme

26-35 ans

Conjointe de fait/Mère de 2 bébés

Conseillère en avantages sociaux et communications

1 à 14 heures

Sylvie

Femme

36-45 ans

Mère monoparentale de 2 enfants

Adjointe administrative

30 à 39 heures

Maude

Femme

18-25 ans

Mariée/ Mère de 2 bébés

Adjointe administrative

15 à 29 heures

Paul

Homme

76-85 ans

Marié/Père de 4 enfants

Comptable

15 à 29 heures

Éric

Homme

36-45 ans

Marié/En attente d’un premier enfant

Représentant syndical

50 heures et +

Mesure d’ARTT prévues ou mises en place dans l’entreprise

Dans cette entreprise, nous pouvons constater trois mesures d’ARTT déjà en vigueur et qui fonctionnent relativement bien. Tout d’abord, nous avons la réduction hebdomadaire pour Paul, le comptable du bureau. Âgé de 77 ans, Paul a travaillé toute sa vie depuis ses 17 ans et il accepte difficilement de se retirer du marché du travail, car il aura l’impression de se sentir inutile. Auparavant, Paul effectuait cinq jours de travail pour 35 heures par semaine, mais depuis deux ans, il entre au bureau à 9h30 et quitte à 15h30. Deux heures par jour lui ont été retranchées, tout cela pour un total de 25 heures de travail par semaine au lieu de 35 heures.  Dû à son expérience et son savoir exceptionnel, Paul sera difficilement remplacable, donc depuis un an, Marianne tente d’en apprendre le plus possible. Par contre, celle-ci a quitté pour un congé de maternité récemment et donc, l’apprentissage se fait rare. Cette mesure de réduction de temps de travail est une initiative entreprise par le directeur pour permettre à Paul de quitter pour la retraite en douceur sur un étalement à long terme.

Ensuite, nous avons Marianne qui effectue du travail à domicile. Marianne est conseillère en avantages sociaux, mais elle est également en charge des communications de l’entreprise, donc elle s’occupe de mettre à jour assez régulièrement le site web du syndicat ainsi que la page Facebook relié à celui-ci. Étant donné que ces tâches s’exécutent de manière électronique, elle peut s’en occuper à distance. Le directeur lui a fournis un ordinateur portable et elle calcule quotidiennement son temps de travail pour l’envoyer à Caroline qui produit les paies des employés. Marianne accomplis environs deux heures de travail par jour pour une moyenne approximative de dix heures par semaine. C’est une mesure d’ARTT qui avait été désirée longtemps par l’employée, car lorsqu’elle était enceinte de son premier enfant il y a de cela deux ans, elle en parlait déjà au directeur et il était plus ou moins ouvert cette idée.

Comme troisième mesure déjà en place dans l’entreprise, nous avons Éric qui bénéficie d’un horaire flexible. Celui-ci détient le titre de représentant syndical, ce qui fait en sorte qu’il doit se déplacer de chantiers en chantiers pour vérifier si les conditions de travail sont respectées en plus de devoir se présenter quotidiennement de 15h00 à 16h30 au bureau où il doit être disponible pour les membres du syndicat désirant le rencontrer. En raison des quarts de travail de soir de certaines compagnies, il doit souvent faire la visite de chantiers après 16h30, se trouvant alors hors des heures d’ouverture du bureau. Étant donné qu’il est constamment sur la route, Éric gère lui-même son temps de travail en notant ses déplacements qu’il doit tout de même remettre à Caroline pour le kilométrage. Il m’a expliqué qu’il était payé 50 heures par semaine, même s’il effectuait 40 heures, mais qu’habituellement, il atteint 45 heures. Donc s’il a des obligations familiales ou des rendez-vous durant le jour, il averti le directeur, mais il doit s’assurer de pouvoir offrir un service sur les chantiers et respecter ses engagements.

Caractéristiques de chaque mesure et influence sur la GRH

Pour débuter, plusieurs solutions d'aménagement et de réduction du temps de travail s'offrent aux entreprises. Comme on peut le constater avec Paul, la réduction hebdomadaire en fait partie. Cette mesure consiste en une simple réduction de la durée de travail par semaine. Comme dans le cas de Paul, celui-ci est passé de 5 jours de 7 heures pour un total de 35 heures par semaine à 5 jours de 5 heures pour un total hebdomadaire de 25 heures. Cela répartis sur un horaire du lundi au vendredi de 9h30 à 15h30 avec une période pour le diner de un heure, soit de 12h00 à 13h00. Cette réduction hebdomadaire de temps de travail équivaut à une baisse de 29%. Cette mesure d’ARTT résulte d’un départ progressif planifié entre Paul et le directeur. Cette entente permet de diminuer l’horaire de travail pendant une période d’au moins 12 mois et d’au plus 60 mois. L’employé bénéficiant de cette entente doit cependant prendre sa retraite à la fin de la période. Il faut noter que pendant la durée de l’entente, le nouvel horaire de travail ne doit pas être inférieur à 40 % du temps d’un emploi équivalent à

...

Télécharger au format  txt (26 Kb)   pdf (236.7 Kb)   docx (19 Kb)  
Voir 16 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com