LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'enfance dans les Faux-monnayeurs, André Gide

Dissertation : L'enfance dans les Faux-monnayeurs, André Gide. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  5 Janvier 2017  •  Dissertation  •  866 Mots (4 Pages)  •  2 585 Vues

Page 1 sur 4

*Pas d’effort inutile* était leur absurde devise.” C’est ainsi que Gide décrit les enfants dans le Journal des faux-monnayeurs. Le roman Les faux-monnayeurs  comprend un grand nombre d’intrigues, la deuxième plus importante étant centrée sur des enfants. Quel est alors l’intérêt du thème de l’enfance dans son roman? Nous commencerons par chercher comment ce thème est représenté au fil du roman, avant de nous pencher sur l’utilisation faite des personnages s’y rattachant. Enfin, nous étudierons la vision que Gide livre de l’enfance. Alors que le thème de l'enfance apparaît tout au long de l'histoire avec ses représentations classiques, Gide offre aussi une vision personnelle des relations enfantines.

De nombreux personnages des faux-monnayeurs sont liés au thème de l'enfance, chacun en incarnant une facette différente. Boris, le plus jeune, perturbé et mal dans sa peau, Bronja, son « ange », altruiste et sans arrières-pensées, les protégés de la pension Vedel, rebels et roublards, et Georges, en quête de reconnaissance. On peut également y inclure Bernard et Olivier, qui ne sont certes plus des enfants mais ne sont pas encore des adultes. Ils sont enfants de par leur âge, par leur statut d’étudiant et de part le fait qu’ils sont encore entretenus par leurs tuteurs.

Outre ces traits de l’enfance, ces personnages se caractérisent par ‘innocence, la puretée, le fait d’ignorer le mal et de ne pas avoir de mauvaises intentions. Ainsi, Boris, à cause de sa maladie préfère ne pas être touché par Bronja afin de ne pas la contaminer. “Ecoute, on vas prendre un bâton; tu tiendras un bout et moi l’autre“ De plus, se croyant habité par le Mal, il accepte de se faire aider par Bronja afin de devenir bon et de pouvoir voir les anges.

Toutefois les enfants ne sont pas tous innocents, et Boris finit par se faire tuer par ses camarades de la pension Vedel. Les enfants sont donc victimes de bourreaux adultes et enfants, en la personne de leurs pairs au sein de la “Confrérie des Hommes Forts”.

Dans le roman des Faux-Monnayeurs, Gide dépeint des enfants victimes et bourreaux, qui ont pour fonction de mettre en valeur les défauts des adultes et de faire avancer la narration. Ils sont également utilisés par Strouvilhou. Gide utilise les enfants pour montrer l’aveuglement des adultes, et en particulier celui de La Pérouse et d’Édouard. Le premier est détaché de la réalité et ne voit pas les besoins de Boris, le retirant aux deux seules personnes à qui il fait confiance. Si chez La Pérouse cet aveuglement s’inscrit dans une folie plus générale, Édouard n’en fait preuve que dans ses rapports avec les enfants. Il méprend notamment l'orgueil de Georges pour une volonté de rédemption: “Je compris alors seulement mon erreur. Au fond, Georges se sentait flatté d’avoir aussi longtemps occupé ma pensée. Il se sentait intéressant.”

Les enfants ont également une fonction narrative. Ils ouvrent le roman avec Bernard et le ferme avec le projet de visiter Caloub formulé par Édouard. Boris est le seul moteur de La Pérouse et réuni Laura, Bernard et Édouard à Saas-Fée. Les faux-monnayeurs, et en particulier Georges sont à l’origine du projet de roman d’Édouard, créant la mise en abîme.

Ces faux-monnayeurs sont d’ailleurs des outils dans les mains d’un autre que Gide: Strouvilhou. Il dirige depuis l’ombre mais est maître de tout: “Le soir même il avertissait Strouvilhou, qui prit aussitôt des mesures”. Leur implication dans le trafic ressemble plus à un jeu qu’à une volonté de faire le mal. “Oh! il a la frousse, il a la frousse!”, “Chiche, que j’y vais!”. Par cette utilisation des enfants, Gide nous propose sa propre vision de l’enfance.

...

Télécharger au format  txt (5.5 Kb)   pdf (54.7 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com