LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Zazie Dans Le Metro : Le Perroquet

Documents Gratuits : Zazie Dans Le Metro : Le Perroquet. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  11 Mai 2013  •  2 048 Mots (9 Pages)  •  1 649 Vues

Page 1 sur 9

Le perroquet

PLAN :

I. Le rôle du discours de Laverdure

1) Utilité des paroles de Laverdure en terme de registre

2) Conséquences et effets de ses paroles sur le lecteur

3) Laverdure, symbole du langage de l’inconscient

II . Laverdure humanisé : sa continuité discursive, son caractère avec les autres personnages du roman

1) Par son discours, Laverdure est un animal humanisé

2) Laverdure possède des facultés humaines

3) Ses relations avec les autres personnages

Zazie dans le métro est un roman de Raymond Queneau publié en 1959. Il relate le séjour de Zazie, une « mouflette » confiée à son oncle Gabriel quelques jours. Elle va alors découvrir le monde parisien des années 50, l’univers de son oncle et ses relations amicales. Zazie va notamment faire la rencontre de Laverdure, le perroquet de Turandot, gérant du café restaurant La Cave et ami de Gabriel. Cet animal, qu’elle regarde avec « hostilité » avant d’être « épatée » par sa repartie, énonce tout au long du roman et dans quelques séquences de l’adaptation cinématographique de Louis Malle, un véritable refrain : « Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire ». Ce personnage énigmatique pousse le lecteur à s’interroger sur le rôle de son discours et les fonctions du langage. Ses paroles ont-elles un sens dans la continuité discursive des personnages et la sienne ? Quelle relation entretient-il avec les autres personnages du roman ?

(Raymond Queneau se serait inspiré de la pièce L’oiseau vert écrite en de Carlo GOZZI, pour le personnage de Laverdure. L’oiseau vert est le patron d’un géant, Calmon. C’est en fait un prince transformé en oiseau par une sorcière. Il va guider et aider une famille, ce périple prend la forme de différentes péripéties. L’oiseau vert prend son rôle très au sérieux, tout comme Laverdure, le couple Calmon/oiseau vert peut être comparé à celui de Turandot/Laverdure.)

Laverdure est un mon en contrepèterie, qui signifie « vert d’allure ». Ce nom lui confère une certaine élégance que l’on retrouve dans son attitude.Turandot le surnomme aussi affectueusement « sa petite poule verte ».

I. Le rôle du discours de Laverdure :

1) Scandant son même refrain Laverdure apparaît pour la première fois dans le début deuxième chapitre où il intervient dans une conversation entre Turandot et Charles. Appartenant au gérant de La Cave, il fait partie des résidents ordinaires de ce lieu. « Accroché près du vasistas, une cage hébergeait un perroquet triste ». Le ressassement de Laverdure produit généralement un comique de situation : à la fin du chapitre deux, par exemple, quand Turandot, prend congé de Gabriel et Marceline et leur lance avec malice « Eh bien bonne nuit, j’ai passé une agréable soirée, j’ai pas perdu mon temps ». Laverdure réplique rapidement « Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire ». Cette phrase constitue une sorte de réponse ironique aux propos que l’on tient en sa présence. Au chapitre 14, son refrain vient saluer les propos de peu de réflexion des passagers du taxi de Charles qui se dirige vers le Mont-de-Piété. Ainsi, il lance son « Tu causes, tu causes… » à Gridoux qui croyait avoir fait une remarque pertinente sur la pensée des animaux, puis à Mado ptits pieds après un propos obscur sur l’ « egzistence ». C’est un véritable effet comique.

Laverdure tient le rôle de juge du discours, toujours présent pour rappeler aux autres personnages la bêtise ou l’inutilité de leurs propos, il les rend grotesque ce qui accentue l’effet comique. Dans une interview par Pierre Dumayet, le 4février 1959, Queneau a expliqué de façon très claire la fonction du leitmotiv de Laverdure : « C’est une invitation à l’action de réviser son langage, de faire attention à ce que l’on dit ».

2) En effet, avec son refrain, Laverdure ne se contente pas de relever l’inutilité et la bêtise des propos des personnages qui l’entourent, mais il souligne également des situations de communication absurdes, bloquées ou inextricables. Au chapitre 2, Turandot vient expliquer à Gabriel en quoi la présence de Zazie lui pose problème et termine son discours avec « Avec tout ça, on a encore rien dit», ce à quoi, Laverdure, réplique paradoxalement mais avec sens, « Tu causes, tu causes, …». Laverdure rappelle aux autres personnages qu’ils ne savent plus ce qu’ils disent comme au chapitre 6 où Gabriel, après la réplique habituelle de Laverdure, apparaît désorienté : « Oui, dit Gabriel pensivement, de quoi qu’on causait ? ». Au chapitre 6 et 13, il est possible de déceler, dans les différentes communications - où aucun personnage ne se comprend, où tous se répètent ou parlent pour combler le vide de conversation - une forte ressemblance avec les dialogues de Ionesco et Beckett, avec Laverdure ajoutant sa touche personnelle. Par ailleurs, la scène du chapitre 13 où Gabriel tente de joindre Marceline, par téléphone, en demandant de l’aide à Mado ptits Pieds et Charles, est marquée par son absurdité dans la séquence correspondante du film de Louis Malle. En effet, le cinéaste souligne le défaut de communication des personnages, et l’absence de toute écoute sérieuse, en modifiant les paroles du perroquet « Il n’y pas d’abonné au numéro que vous avez demandé » ou en faisant hurler à Gabriel « Ah !... C’est toi Laverdure ? Passe-moi Turandot »

3) D’autre part en analysant, chaque intervention du perroquet, il est possible de percevoir en lui le symbole d’une pulsion de parole, d’un langage qui échappe à la conscience. En effet, plus le perroquet est énervé, par exemple, plus il énonce sa phrase. Ainsi, c’est l’inconscient qui « est parlé » et non la raison. La phrase que lance Gridoux au portier du Mont de Piété, « complexé » par les perroquets, au chapitre 14 : « faut voir un psittaco-analyste » confirme avec humour, que la psychanalyse est précisément l’étude des mots ressassés

...

Télécharger au format  txt (12.4 Kb)   pdf (129.6 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com