LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Princesse de Clèves - Mme de Lafayette, lecture analytique

Commentaire de texte : La Princesse de Clèves - Mme de Lafayette, lecture analytique. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  9 Avril 2016  •  Commentaire de texte  •  608 Mots (3 Pages)  •  1 435 Vues

Page 1 sur 3

La Princesse de Clèves de Mme de Lafayette, 1678.

Problématique :

  • En quoi cette scène est-elle importante pour les personnages et pour l’action /intrigue ? Montrer que cette scène de rencontre est capitale.
  • En quoi cette rencontre capitale est-elle influencée par le pouvoir ?

  1. Une scène de rencontre capitale.
  1. Une scène perçue d’emblée comme capitale par les entrées remarquées des deux protagonistes.

La Princesse de Clèves :

  • Insistance sur sa beauté = naturelle + l’artifice de sa parure.
  • Comme une rupture dans le récit avec le verbe « arriva » + sens hyperbolique de verbe « admirer ».

Monsieur de Nemours :

  • Effet de sommaire « le bal commença ».
  • Puis nouvelle rupture avec son arrivée.
  • Une arrivée qui ne passe pas inaperçu, tournure impersonnelle «il se fit assez grand bruit » = reconnaissance de la foule et murmure d’admiration + se fait remarquer volontairement.

Ce sont deux personnages seuls, isolés dans la foule. Cette rencontre n’est pas anodine, banale, singulière, ils dansent ensemble sans s’être jamais vu, sans se connaître.

  1. Le recours au parallélisme qui montre que les héros sont faits l’un pour l’autre.

Le verbe « arriver ».

Difficile/voir/étonnement-surprise = personnage hors du commun.

« Parure »/ « se parer ».

« Quelqu’un » + « prendre » = fatalité rencontre inéluctable.

  1. Un coude de foudre effectif.

La Princesse : elle admire M. de Nemours. Embarras, gêne qui révèle ses sentiments naissant pour Nemours.

Nemours : marque d’admiration ; dernier § insistance sur le « mais », le « avant que » qui détermine une étape crucial dans la vie de Nemours. Jusque-là son modèle de beauté était la reine dauphine, après cette scène ce sera la Princesse + référence à la parfaite beauté, pas qu’une beauté physique.

Un coup de foudre certain entre les deux personnages, mais on relève déjà une tension tragique car la Princesse est mariée donc hors champs de la séduction.

  1. Une scène révélatrice d’une époque et d’un milieu.

Le roi : Henri II ; la reine : Catherine de Médicis ; la reine dauphine : Marie Stuart = XVIème siècle.

  1. Une société du paraître.

Différence entre le temps d’écriture sous Louis XIV et le temps où se passe la scène (XVIème) mais les mœurs sont les mêmes. Une société en représentation, dans un monde clos, celui du Louvre pendant cette scène de bal. On relève trois éléments significatifs : la description s’organise autour de la vue (champ lexical de la vue), l’importance de la parure, le physique détermine l’identité des personnages.

  1. Une société codifiée qui joue dans les réactions et émotions des personnages.

Le rôle du roi et des reines : l.4  autorité du roi, dimension intrusive, le personnage n’est pas libre de ses actes. + l. 12 à 15. Caractères faussement ouverts de l’interrogation indirecte l.14/15 phrase interronégative cela oriente la réponse des héros.

...

Télécharger au format  txt (3.9 Kb)   pdf (106.1 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com