LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Introduction aux sciences de gestion

Cours : Introduction aux sciences de gestion. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  19 Décembre 2017  •  Cours  •  7 820 Mots (32 Pages)  •  303 Vues

Page 1 sur 32

Introduction aux sciences de gestion

Introduction :

JOHNSON et DRUCKER (selon NHChau) : la formation des dirigeants d’entreprises.

        - compétences techniques VS compétences générales : compétences techniques changent (méthodes, innovations, environnement), d’où la nécessité des compétences générales.

        - processus de décision → perception du problème, dépend des capacités de conceptualisation, la manière dont on pose le problème conduit à l’analyse pertinente.

        - trouver les solutions, rôle de la conceptualisation.

        - la « transferabilité » des connaissances. Capacité à utiliser son stock de connaissances dans

n’importe quelles conditions.

I - La société de l’information

        A/ L’origine et le développement des besoins d’informations

Il faut se méfier de l’information que l’on reçoit. Il existe plusieurs éléments dans une information, plusieurs aspects. Donc il faut passer par plusieurs étapes : recherche, traitement, distribution de l’information (1994, Martre).

        a) l’approche par l’entreprise

Selon Sannino, l’IE (Intelligence Economique) a vu le jour en raison :

* Des interdépendances croissantes de zones économiques dispersées nécessitant une perception des évolutions dans ces zones.

* C’est le tournant de la Renaissance qui permet la prise de conscience pour les entreprises de la dimension internationale de leur activité et des profits qu’elles peuvent retirer de la connaissance future de la situation d’un pays ou d’une zone donnée (pénuries, excédents, prix futur…)

        b) l’approche par la religion

→ La Bible

Dans les évangiles, le mot veille/veille, par une recherche rapide d'occurrences, apparaît 10 fois dont 5 chez St Mathieu => Le besoin d’informations est déjà bel et bien présent.

→ Le Coran

Longue exhortation à veiller dans le sens de prendre garde (sens le plus utilisé à l’époque).

        c) l’approche par le politico militaire

L’Antiquité :

Mésopotamie → la quête d’informations aurait précéder l’écriture.

IIIème millénaire avant J.-C. : déjà une idée de recueil d’informations sur ses rivaux, de l’infiltration dans le territoire adverse, ou encore de désinformation … par des agents au service du roi.

Egypte → A partir du IIème millénaire, mise en place de système d’informations par la puissance royale, y compris un service d’interception du courrier.

Assyrie →

* « patrouilleurs » (mêmes missions que plus haut)

* « langues », agents non assyriens dont on obtient des informations

* dénonciation de faits ou de personnes (obligation)

* haruspices (superstition avec les animaux), pratique majeure du renseignement

* recours aux marchands

→ Le système assyrien est le plus développé de la Haute Antiquité.

Asie : - Chine → Sun Tse, classification des agents (spécialisation) => monde incertain

          - Inde → L’Arthasastra (Kautilya) => recherche de besoins d’informations, ses agents (conformité des informations), système d’informations.

Europe Occidentale : rejet de la recherche d’informations mais mise en œuvre opérationnelle de haut niveau.

* Grèce (Xénophon)

* Rome, opérations militaires, traitement des informations

* Speculatores, Exploratores (système avant Auguste, système hypocrite)

* Auguste => centralise le système, les informations remontent à l’empereur Frumentaril, Agentes in rebus (système après Auguste).

Caractéristiques de ces systèmes :

- centralisation des infos autour du roi

- rapidité de la transmission d’informations

- système qui ressemble au notre (sans informatique)

— La place croissante de l’information économique

- républiques marchandes italiennes

- commerce avec l’Orient favorisé par les croisades

- concurrence, et développement des systèmes d’informations économiques pour lutter contre leurs rivales

1539 : Venise, traitement de l’information, informations traités remontent au Conseil des Dix. Service de renseignement. Protection des savoir-faire (Murano).

Exemple avant la révolution industrielle :

→ 1607 : Henri IV débauche 2 tapissiers flamands qui sont à l’origine de la manufacture de Gobelins.

→ Tournant du XIXème : l’espionnage industrielle devient le fait des entreprises, via les chambres de commerce. Réseaux d’ingénieurs => mise en place d’une réelle veille technologique.

→ XXème : grandes centrales de renseignement (SDECE, CIA, MI6, KGB, GRU, BND) => rôle non négligeable dans la dimension économique.

→ le changement de dimension :

USA (13 janvier 1993) => changement de politique (Warren Christopher, Bill Clinton, réseau Echelon, Prisme.

        B/ Méthodes et outils utilisés

* Approche institutionnelle : la politique publique

Protection des informations et réseaux

[pic 1]

        C/ Quelques exemples actuels

        a) la capacité du travail collectif en ligne (TCL)

Conception classique du travail = théâtre (unité de temps, unité de lieu, unité d’action)

Mais le TCL met fin à cette conception → pas de connaissances personnelles, de proximité, les réseaux se créent sur la base d’idées, de projets.

        b) une production orientée vers les niches

...

Télécharger au format  txt (50.7 Kb)   pdf (591.5 Kb)   docx (661 Kb)  
Voir 31 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com