LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Réflexion sur la performance et la « transposabilité » des modèles et des approches en gestion des ressources humaines

Dissertation : Réflexion sur la performance et la « transposabilité » des modèles et des approches en gestion des ressources humaines. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  28 Mars 2016  •  Dissertation  •  2 619 Mots (11 Pages)  •  404 Vues

Page 1 sur 11

Pour mon travail noté #3, j’ai choisi de faire une réflexion sur la performance et la « transposabilité » des modèles et des approches en gestion des ressources humaines au sein de la Banque Nationale Groupe financier.  Dans cette réflexion, je donnerai une description de la culture de l’entreprise et l’aspect économique de celle-ci.  Je ferais une évaluation des pratiques actuelles de la Gestion des ressources humaines (GRH); les objectifs et l’impact de la nouvelle approche de GRH.  Je parlerai aussi de l’incidence sur la performance de cette stratégie et donnerai mes recommandations visant à faciliter la transposabilité.  Et je concluerai le débat par si il va y avoir une convergence des modèles de GRH ou une dominance d’un modèle en particulier.

« Depuis quelques 150 ans d’histoire la Banque Nationale Groupe financier (déjà appelé sous le nom de la Banque National du Canada) s’est formé dans l’expérience acquise sur des routes toujours parsemées d’obstacles.  Cette institution financière a dû procéder à de nombreuses fusions au fil des ans, avec des entreprises du domaine financier qui allaient de paires avec les stratégies définies dans la vision des dirigeants de la Banque Nationale Groupe financier. »[1]  De cette façon, le Groupe financier s’est assurée une place d’ampleur sur le marché québécois de l’institution financière.  Fondée officiellement en 1859, la Banque Nationale Groupe financier a affronté des années de changement avec succès, ce qui a permis d’acquérir une grande expertise financière.  Son souci de l’amélioration continue du service à la clientèle, a été accompli grâce aux divers affinements de la vision d’entreprise, orchestrés par des leaders chevronnés.

La mission première de la Banque Nationale Groupe financier constitue à : « offrir aux individus et aux entreprises des services financiers qui répondent parfaitement à leurs besoins. »[2]  Elle diffère cependant selon chacun des trois grands secteurs d’activités de la banque; particuliers et entreprises, gestion de patrimoine, et marchés financiers.  Le secteur “particuliers et entreprises” a pour mission d’offrir à sa clientèle l’ensemble des produits et services financiers de la banque, par l’entremise de son réseau de succursales et ses nombreux points de service physiques ou à distance, ou par l’intermédiaire d’un vaste réseau de partenaires couvrant l’ensemble du pays.  Il est donc en mesure de répondre aux besoins d’une clientèle variée à chaque étape de son cycle de vie.  Le secteur “gestion de patrimoine” est plutôt axé sur l’offre de services de courtage, de services fiduciaires, par le biais d’équipes de conseillers présentes dans les succursales, sans oublier les services de gestion personnalisée et de gestion privée.  Le secteur “marchés financiers” regroupe les services de courtage et de financement offert par la Banque Nationale Groupe financier  et sa filiale de courtage, Financière Banque Nationale, aux grandes sociétés et à la clientèle institutionnelle, ainsi que les opérations de placement et d’arbitrage effectué pour le propre compte de la Banque.

On constate que la mission de la Banque Nationale Groupe financier se répercute dans tous les départements sous un objectif commun : l’excellence du service à la clientèle.  Dans une optique de gestion intégrale de qualité, le Groupe financier mobilise ses employés dans la poursuite de l’amélioration des produits financiers et des services offerts, dans le but de satisfaire pleinement ses actionnaires, ses employés, ses clients et les communautés où la Banque Nationale Groupe financier est présente.  Les employés souscrivent tous au code de déontologie de l’entreprise, qui définit les attentes du Groupe financier afin de préserver sa réputation.  En ce sens, on remarque que des standards doivent être observés attentivement pour chaque opération, ce qui implique que tous les employés doivent connaître par cœur les normes et les procédures.

La Banque Nationale Groupe financier est accentuée sur une culture bureaucratique où tout doit être documenté et être en bon et dû forme selon les normes gouvernementales et bancaires.  Pour être capable de se maintenir au sein de la compétition et pour survivre, le Groupe financier  a des valeurs propres à elle-même : « l’intégrité, la satisfaction des clients, l’innovation, la performance, la coopération, l’esprit d’équipe, l’efficacité et l’imputabilité. »[3]  Toutes ces caractéristiques amènent à comprendre que le code de déontologie a été mis sur pied pour aider et diriger les employés de façon à véhiculer les valeurs de l’organisation et à accomplir la mission que la Banque Nationale Groupe financier détient.  On a vu plus tôt la mission du Groupe financier  mais sa vision, quant à elle, consiste à « la reconnaissance d’être une institution prospère, moderne et efficace. »[4]

Avant 2003, la gestion des resources humaines de la Banque Nationale Groupe financier  utilisait quelques moyens pour inciter la motivation des employés comme des concours, « le Programme d’aide aux employés (PAE) visant les personnes traversant une remise en question ou une crise majeure et ces personnes peuvent obtenir de l’aide en toute confidentialité. »[5]  Il y a aussi la rénumération qui est très concurrentielle et qui comporte trois éléments comme : le salaire de base, les programmes de rénumération variable liés à la performance des individus et de l’organisation et les avantages sociaux.  La GRH s’assure que la rénumération de tout s’est employé sont concurrentiels par rapport à l’industrie.  Et sans oublier le  régimes d’actionnariat.  Mais depuis 2003, la GRH a ajouté plusieurs programmes qui seront un atout et une valeur ajoutée pour un environnement de travail sain.  La GRH a mis « en oeuvre pour recruter des employés maîtrisant plusieurs langues et issus de communautés culturelles variées afin de répondre adéquatement aux besoins d’une clientèle qui, comme le tissu social du Québec et du Canada, se diversifie.   En plus, la Banque Nationale Groupe financier a engagé plus de 300 conseillers supplémentaires en relation directe avec les clients ont été recrutés au cours des deux dernières années.  Leur plan future est de recruter une dizaines d’autres conseillers au cours du prochain exercice, soit l’exercice 2010. »[6]

...

Télécharger au format  txt (17.6 Kb)   pdf (273.7 Kb)   docx (68.4 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com