LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Recueil de pathologies

Chronologie : Recueil de pathologies. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  18 Mai 2019  •  Chronologie  •  862 Mots (4 Pages)  •  112 Vues

Page 1 sur 4

Famille de pathologies

Nom et définition

Symptômes, signes cliniques, caractéristiques

Traitements

NEVROSES

NEVROSES

Hystérie : qualifie une personnalité caractérisée par la traduction de manifestations inconscientes en symptômes corporels. Dualité des désirs générant l’ambivalence de la position hystérique.

On dégage deux versant : offensif (c’est le corps qui parle à la place de la personne en raison d’une confusion dans la différence homme/femme) et défensif (n’est pas prête à recevoir le phallus) 🡪 Fixation au stade Phallique. Le patient utilise comme mécanisme de défense la conversion, ce qui explique que la personne est indifférente à ses symptômes.

Atteintes motrices (paralysie, contracture, mouvements anormaux), atteintes sensitives (algies, anesthésie, hyperesthésie), atteintes sensorielles, atteinte de la phonation, manifestations somatiques paroxystique (angoisse, phase épileptoïde, agitation, crise convulsive, cirse de nerf), troubles dissociatifs

Il n’y a pas de traitements dans la mesure où comme toutes les névroses, il s’agit d’un mode d’existence. Mais le patient peut bénéficier d’une psychothérapie de soutien, analytique ou une thérapie cognitivo- comportementale, peut s’effectuer en ambulatoire.

La névrose obsessionnelle : le sujet s’impose de manière répétée et incoercible, des contenus idéiques. Irruption d’une pensée que le sujet reconnait comme absurde mais dont il ne peut se défaire.

Les symptômes obsessionnels sont le fruit de pulsions anales 🡪 Fixation au stade anal. Le patient utilise comme mécanisme de défense le déplacement, l’inversion, l’isolation, l’annulation. Le patient est conscient de ses troubles.

Comportement de luttes anxieuses basées sur des rituels comportementaux ou idéatifs, il s’agit souvent de vérification et de conjurations.

Hospitalisation si invalidité importante, surveiller le risque suicidaire, sociothérapie, psychothérapie cognitivo- comportemental ou analytique

Traitement biologique : antidépresseurs, anxiolytique

La névrose phobique : angoisse générée par un objet, une pensée, une situation précise.

Peur caractérisée par une réaction d’angoisse ou une répulsion ressentie devant le même objet, la même personne ou une situation bien déterminée.

Se caractérise par un lien avec l’angoisse de castration qui normalement se déclare durant l’enfance. A l’âge adulte, cela peut devenir pathologique 🡪 Fixation stade Œdipe. Le mécanisme de défense utilisé est le déplacement de l’angoisse sur un objet extérieur, ainsi que la projection et l’évitement, l’investissement d’un objet contraphobique.

Angoisse du phobique survenant toujours dans un contexte très spécifique.

Phénomène d’anxiété anticipatoire qui fait que la personne avant même d’être face à l’objet de ses craintes, se met à avoir « peur d’avoir peur ».

Trouble panique

En ambulatoire avec évaluation de la symptomatologie phobique, psychothérapie de soutient, cognitivo- comportementale, analytique et biologique

Anxiolytique, antidépresseur

La névrose d’angoisse : lié à l’anxiété aigue ou chronique, anticipation anxieuse

Crise d’angoisse (ou attaque de panique), anxiété chronique (sentiment d’insécurité, asthénie…), troubles somatoformes  

Examens complémentaires, isolement, calme, anxiolytiques, antidépresseur, thérapies, psychothérapie

PSYCHOSES

La schizophrénie : distorsions fondamentales et caractéristiques de la pensée et de la perception, accompagnées d’affects inappropriés ou émoussés.

Replis autistique (perte de contact avec les interactions sociales), syndrome dissociatif (intellectuel, affectif, comportemental 🡪 perte de cohésion de l’unité du processus psychique), automatisme mental, délire non systématisé, la réalité est déformée de notre réalité, déni, trouble de la mémoire, trouble de la concentration, désorganisation

Neuroleptique en traitement continu, psychothérapie de soutien et d’accompagnement, psychothérapie analytique, cognitivo- comportementale

La paranoïa : psychose caractérisée par la présence d’idées délirantes systématisées à thème de persécution le plus souvent

Revendications, jalousie, interprétation de la réalité suivant une logique de persécution, ne supporte la contradiction, délire sans se remettre en cause

Neuroleptique (lorsque la paranoïa va vers le délire), psychothérapie, hospitalisation si la personne devient agressive et dangereuse envers elle-même

TROUBLES DE L’HUMEUR

TROUBLES DE L’HUMEUR

Episode dépressif : trouble de l’humeur qui se caractérise par une grande tristesse, un sentiment de désespoir, un ralentissement global de la psychomotricité et un risque vital parfois engagé

Formes particulières : mélancolie, dépression saisonnière

Dépression chronique (plus de deux ans)

Humeur dépressive (anhédonie, aboulie, athymhormie, irritabilité, labilité émotionnelle, douleur morale avec hyperthymie douloureuse = larmes), asthénie, modification du contenu de la pensée, idées suicidaires, ralentissement psychomoteur (trouble de la concentration, indécision, ruminations, bradypsychie, bradyphémie, prosodie monocorde, apragmatisme, incurie, clinophilie

Au maximum : mutisme, stupeur, agitation, délire, trouble des conduites instinctuelles, symptômes anxieux  

En ambulatoire ou en milieu hospitalier, antidépresseurs (associé parfois à des anxiolytiques et hypnotique, psychothérapie de soutien, analytique, cognitivo- – comportementale, éducation thérapeutique, sismothérapie en cas de mélancolie ou d’échec de traitements antidépresseurs

Episode maniaque : trouble de l’humeur se manifestant par une exaltation et une accélération psychomotrice. Absence de conscience du trouble. Etat pathologique avec un vécu subjectif agréable

Manie primitive (bipolaire), manie secondaire

Hypomanie, manie délirante, Etat mixte, fuite maniaque, virage maniaque 

Exaltation de l’humeur, hypersthénie, modification du contenu des pensées (optimisme débordant, insouciance, surestimation de soir, sentiment de toute puissance), accélération psychomotrice (hypervigilance, tachypsychie, pensée diffluente, illogique, trouble de la concentration, logorrhée…), troubles des conduites instinctuelles, délire, euphorie, ludisme, contact familier, labilité émotionnelle, irritabilité, hyperhédonie

Nécessite une hospitalisation sir épisode maniaque, soins sous contrainte, mesure de protection des biens, sédation en urgence, thymorégulateurs (lithium, antiépileptique, antipsychotique), psychothérapie, éducation thérapeutique, sismothérapie

Bipolaire : Trouble chronique de l’humeur se caractérisant par une alternance entre des épisodes dépressifs et des épisodes maniaque/hypomaniaques.

Trouble bipolaire type I, II, III

Cyclothymie

Troubles bipolaires à cycles rapides 

Symptômes vus dans la dépression et les épisodes maniaques

Pas de traitement curatif, traitement prophylactique (prévention des rechutes), traitement des rechutes, suivi psychothérapeutique, traitement thymorégulateurs (lithium, neuroleptique atypiques), éducation thérapeutique

...

Télécharger au format  txt (7.6 Kb)   pdf (117 Kb)   docx (11.5 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com