LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Tartuffe, acte I, scène 4, Molière

Fiche : Tartuffe, acte I, scène 4, Molière. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  8 Janvier 2017  •  Fiche  •  898 Mots (4 Pages)  •  3 338 Vues

Page 1 sur 4

Tartuffe, Acte I, scène 4 :

Intro :

  • Continuation de la scène II de l’acte I où Orgon témoigne de son «amour » pour Tartuffe
  • Orgon est obsessionnel : omniprésente d’antiphrases, antithèses.
  • Se développe un double portrait à charge d’Orgon et Tartuffe autour d’un comique de situation : hyperboles, antiphrases, oppositions entre la maladie d’Elmire et la surdité d’Orgon qui s’invente un Tartuffe fragilisé.
  • Comment cette scène complète-t-elle la fonction informative de l’exposition tout en dressant un double portrait à charge de Tartuffe et D’Orgon ?

I. La continuité de l’exposition

A/ Présentation du maître de maison

  • « Et Tartuffe ? » v233 v238 v245 v252 : répétition
  • « Le pauvre homme ! » v235 v241 v248 v256 : répétition + exclamative
  • Ces répétitions informent le public sur son centre d’intérêt : attachement exclusif + caractérisation indirecte
  • « Mon beau-frère, attendez, je vous prie » v226 : impératif : Orgon manque à la bienséance, plus préoccupé par Tartuffe

B/ Complément du portrait de Tartuffe

  • « teint frais, et la bouche vermeille » v234 : adjectifs épithètes : insiste sur la bonne santé du personnage
  • « Et dans son lit bien chaud il se mit tout soudain, / Où, sans trouble, il dormit jusques au lendemain » v247-248 : subordonnée relative + expansion du nom : qualité du bon sommeil
  • Maladie d’Elmire en opposition à la bonne santé de Tartuffe :
  • V242-243 « La nuit se passa toute entière / Sans qu’elle pût fermer un moment la paupière » et v246 « Pressé d’un sommeil agréable » : parallélisme opposé : creuse l’écart de condition physique entre les deux personnages
  • V237 « toucher à rien du tout » v239 « il mangea deux perdrix » : paradoxe : bon appétit de Tartuffe, paradoxal face à la nature d’un dévot
  • 3 champs lexicaux contradictoires : la souffrance d’Elmire (v236 « grand dégoût » v238 « douleur cruelle »), la bonne santé (v246 « sommeil agréable » v248 « sans trouble » singulatif) et le bon appétit de Tartuffe (v239 « deux perdrix » v240 « moitié de gigot »)
  • Tartuffe ne remplit pas les caractéristiques sociales et morales d’un dévot : son masque tombe

II. La double portrait : perceptions comiques et satiriques

A/ Le pôle comique

  • Comique de situation : exagération santé, nourriture, temps trop long de sommeil
  • Comique d’exagération : nombreux adverbes (v237 « tant sa douleur » v253 « contre tous les maux fortifiant son âme ») et numéraux cardinaux (v239 « deux perdrix » v255 « quatre grand coups de vin »)
  • Abus de comique
  • Décalage entre idée d’un dévot et Tartuffe : comique de situation
  • Rapport Maître-valet : Prise de parole par Dorine supérieure à celle de son maître
  • Antiphrases/ironie v258-259 « Et je vais à madame annoncer, par avance, / La part que vous prenez à sa convalescence » : mène le dialogue
  • Situation inversée : Orgon « n’existe pas » : rapport disproportionné
  • Répliques mécaniques : v233 « Et Tartuffe » v241 « Le pauvre homme ! » phrases nominales : on peut s’imaginer le pantomime, digne d’une performance de la Comedia Dell Arte : savoir dépasser le texte et provoquer le rire
  • Par le rire, on aura le docere qui affirme la position inquiétante d’Orgon dans son envoûtement et dépassement de la situation
  • L’insistance de Dorine est accompagnée d’une irrévérence à son maître. Au-delà du rire : dimension inquiétante (maître de maison manipulable)
  • Le rire a une portée ironique : entrée dans le registre satirique

B/ Le pôle satirique

  • Tartuffe : un personnage grossier
  • V238 « lui tout seul » : forme emphatique, sujet reprit : personnage autocentré
  • Jeu de parallélismes entre Elmire et Tartuffe : situations opposées
  • V239 « et fort dévotement » : antiphrase + détournement du vocabulaire religieux : égoïsme de Tartuffe
  • V239-240 « Et fort dévotement […] gigot en hachis » : accumulation : aspect bon vivant de Tartuffe
  • V255 « quatre grands coups de vin » : antithèse+ parallélisme sang et vin : référence biblique (Cène), détournement du personnage du Christ -> le lecteur comprend la dimension satirique
  • Aliénation d’Orgon : Tartuffe = miracle assuré ?
  • Progression du sens : Il y a-t-til un problème ? Effet de surprise par l’arrivée d’Orgon : Il choque par son désintérêt envers Elmire
  • Didascalie interne : Orgon apporte une croix (v225 « la campagne à présent n’est pas beaucoup fleurie) : forme d’ironie
  • V233 « Et Tartuffe ? » v241 « le pauvre homme ! » : phrases coutes nominales, mécaniques : personnage monomaniaque, comme un pantin qui a perdu la capacité à entendre (du moins ce qui concerne sa femme)
  • « Le rire c’est du mécanique plaqué sur du vivant » définition de Bergson du rire
  •  V258-259 « Et je vais à madame annoncer, par avance,/La part que vous prenez à sa convalescence » : ironie/antiphrase : critique la perte d’humanité d’Orgon

Conclusion : La scène d’exposition résume les places prises par les personnages et l’intrusion de Tartuffe. Cette scène arrive comme un paradoxe : la maître de maison est en adoration et s’inquiète pour la place de Tartuffe dans sa famille (il s’invente un Tartuffe fragilisé).

...

Télécharger au format  txt (5.6 Kb)   pdf (76.3 Kb)   docx (10.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com