LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commantaire Britannicus Acte 2 Scène 2

Dissertations Gratuits : Commantaire Britannicus Acte 2 Scène 2. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  3 Mai 2015  •  880 Mots (4 Pages)  •  6 635 Vues

Page 1 sur 4

Jean Racine est né en 1639 et est mort en 1699 . C'est un auteur de nombreuses tragédies. Il appartient au mouvement classique ( XVII°). Grâce à La Nymphe de la Seine (1660) il reçut une pension par le roi. Il fut nommé membre de l'Académie française en 1673 et  historiographe de Louis XIV, et décida d'abandonner le théâtre. Il écrira cependant à la fin de sa vie Esther en 1689 et Athalie en 1691. Racine écrivit, Britannicus une tragédie romaine, au milieu de sa vie, en 1669. Britannicus (41 – 55) , personnage éponyme, est le fils de Claude, empereur romain qui se remaria avec Agrippine et adopta son fils : Néron. Ce dernier va lui succéder grâce a l'aide de sa mère et gouverner en empereur parfait. Britannicus tombe amoureux de Junie qui sera enlever par Néron, rattrapé par sa véritable nature. Au début de la pièce, Agrippine attend une entrevue avec son fils qui vient d’enlever Junie. Néron, conseiller par son gouverneur Burrhus refuse l’entretien. Inquiète de voir que son fils échappe à son contrôle, Agrippine manipule Britannicus en l'informant de l'enlèvement de Junie et en lui proposant son soutien contre Néron. Conseiller par Narcisse, Britannicus accepte. En traitre, Narcisse va avertir Néron de ce complot. L'acte 2, scène II, que nous allons étudier, est situé au début de l'œuvre. On observe un dialogue entre Néron et Narcisse a propos de l'amour naissant de Néron pour sa prisonnière.

On note un retour en arrière marqué par le passé composé. La description n'a presque pas de verbe : le seul est « brillaient »v386. Donc l'instant est pris dans toute sa durée. Le temps est complètement arrêté lorsque Néron décrit les vêtements de Junie.Puis au v390, présent de vérité générale : Néron est en train de revivre la scène, il arrête le temps.

Il veut impliquer Narcisse dans la scène « Que veux-tu ? ». Il y a là une double énonciation : Racine veut aussi faire rentrer le spectateur dans le tableau.V391 à393 : enjambement : plusieurs sujets différents sont rassemblés en un seul verbe ; « relevaient » v394 est donc mis en valeur, ainsi que « yeux » v394 aussi.Néron raconte ce qu'il a vu : il ne s'est rien passé, c'est juste le récit d'une vision, dans laquelle les yeux et le regard sont privilégiés. Champ lexical du regard dans cette partie de la tirade : Néron est amoureux de l'image de Junie, sa personne importe peu. Ce récit correspond à un retour de Néron sur lui-même, comme s'il voulait reconstituer ce qui lui est arrivé. Pour compenser l'absence de Junie, il parle et il renforce son amour par ce récit, ce que Narcisse a bien compris. 

Ce récit a pour rôle de montrer les détails de la scène, qui sont impossibles à montrer au théâtre. Néron a perçu le monde extérieur par le prisme des yeux de Junie.

Aucun metteur en scène ne peut concrètement montrer la scène (larmes, regard).

On pénètre dans l'esprit de Néron en même temps qu'on entre dans le regard de Junie.

Selon Racine dans sa préface, « une des règles du théâtre est de ne mettre en récit que les choses qui ne se peuvent passer en action». Ici, les règles de bienséance et l'exploration de l'inconscient sont analysées très

...

Télécharger au format  txt (5.1 Kb)   pdf (74.6 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com