LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L’organisation vue comme instrument de domination

Dissertation : L’organisation vue comme instrument de domination. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  28 Août 2019  •  Dissertation  •  1 296 Mots (6 Pages)  •  763 Vues

Page 1 sur 6

 L’organisation vue comme instrument de domination

N’importe quelle organisation donne lieu à des processus de domination sociale, dans la mesure où le travail d’un grand nombre de membres de l’organisation sert la plupart du temps les intérêts d’un petit nombre de personnes. Souvent, ces processus de domination ne sont pas ressentis comme tels par les membres de l’organisation, car certains types de domination prennent appui sur la tradition, les croyances ou les idéologies et semblent légitimes aux yeux de tous.

Les théoriciens radicaux cherchent à mettre en évidence les processus de domination très subtils à l’œuvre dans les organisations et qui aboutissent à la production et à la reproduction de diverses formes d’exploitation du personnel au profit des dirigeants.

Différentes pratiques organisationnelles, comme la segmentation de la main-d’œuvre en fonction de qualifications précises, la déqualification de certaines tâches, un système de rémunération et de privilèges inégalitaires, conduisent à la production et à la reproduction des divisions de classe de la société et à celles de processus de strati­fication sociale.

Un grand nombre de dirigeants privilégient l’efficience de leur organisation au détri­ment de la santé et de la sécurité de leurs employés. Souvent, ils ne reconnaissent pas leur responsabilité dans les maladies et les accidents de travail qui surviennent et ne prennent des mesures appropriées que lorsque la loi les y contraint.

Dans certaines organisations, tout est mis en œuvre pour faire des employés de véritables ergomanes, c’est-à-dire des personnes qui ne vivent que pour leur organi­sation et leur travail et qui subissent un état de stress permanent pouvant nuire gravement à leur bien-être et à leur santé mentale.

Une organisation « radicalisée » est une organisation dans laquelle les antagonismes de classe sont fortement ancrés et où la domination d’une partie de la main-d’œuvre conduit les employés qui se sentent exploités à organiser une résistance collective contre les dirigeants. La perspective radicale permet donc de donner sens aux phé­nomènes politiques à l’œuvre dans beaucoup d’organisations, tout comme les pers­pectives unitaire et pluraliste, qui offrent des interprétations générales différentes.

Les multinationales peuvent être considérées comme de véritables puissances mon­diales, dans la mesure où elles cherchent à contrôler leur environnement du point de vue, par exemple, des matières premières et des marchés, ce qui les amène à s’engager dans la vie politique des pays dans lesquels elles investissent et à y jouer un rôle parfois majeur. La domination économique ou politique qu’elles exercent est d’autant plus intense que les multinationales, au contraire des gouvernements, par exemple, n’ont pas de compte à rendre aux populations des pays où elles ont leurs activités, mais agissent en fonction de leurs seuls intérêts.

On peut qualifier certaines multinationales de « pillards modernes » quand elles entretiennent up rapport d’exploitation avec les pays d’accueil, en particulier avec les pays du Tiers-Monde. Elles exploitent souvent les populations en les sous-payant par rapport à celles des pays développés et elles profitent des capitaux de ces pays tout en conservant la maîtrise des techniques utilisées; enfin, elles ne font pas profiter les pays d’accueil des profits qu’elles génèrent.

La métaphore de la domination nous permet de comprendre qu’une action « rationnelle » aux yeux de certaines personnes peut avoir des conséquences néfastes pour d’autres et peut reproduire des processus de domination dont on peut douter de la « rationalité ». En mettant l’accent sur ces processus de domination souvent occultés, cette métaphore peut nous indiquer les voies à suivre pour changer ces processus de domination et, peut-être, pour y mettre fin.

Cependant, la métaphore de la domination ne devrait pas aboutir à une « théorie de la conspiration », qui dit simplement qu’il y a des « méchants » qui sont « méchants », mais devrait plutôt adopter un mode de compréhension plus systémique, qui permet de comprendre que, parfois, certains processus de domination viennent de personnes qui ne cherchent pas à en exploiter d’autres.

L’organisation vue comme une culture

es sociétés industrielles avancées peuvent être qualifiées de « sociétés à organisation », en raison de l’omniprésence des organisations dans tous les aspects

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (122.2 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com