LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Sujet : Peut-on Concilier Service Public Et Culture De Performance ?

Commentaires Composés : Sujet : Peut-on Concilier Service Public Et Culture De Performance ?. Recherche parmi 282 000+ dissertations

Par   •  18 Novembre 2014  •  577 Mots (3 Pages)  •  1 513 Vues

Page 1 sur 3

SUJET : peut-on concilier service public et culture de performance ?

À première vue, il semble facile de répondre à la question : « Peut-on concilier service public et culture de performance ? », tant les deux volets qui la composent semblent antithétiques. Le service public se définit comme une activité à la disposition de l'ensemble des personnes vivant sur un territoire déterminé. On pense bien évidemment aux administrations et à leur rôle essentiel pour garantir partout à chaque citoyen des services de qualité. Pourtant, les reproches fusent sur les manquements des services rendus au public. Cette notion de culture de performance est associée à une logique de résultats et s'appuie sur des modes de gestion employés par les entreprises privées.

Tout d’abord, la première catégorie d'activités de service public est liée aux fonctions régaliennes de l'État, à travers lesquelles ce dernier affirme sa souveraineté. Ces activités sont financées entièrement par les impôts et assurées par les administrations publiques. Il s'agit par exemple de la justice, de la police, de la sécurité civile ou de la défense nationale, mais aussi de toutes les activités liées aux finances publiques (impôts) et à l'administration centrale ou décentralisée (collectivités locales).

Par la suite, on distingue les activités du secteur non marchand, c'est-à-dire des services, essentiellement gratuits, rendus à l'usager. Il s'agit du service public d'enseignement, des services de santé (hôpitaux), de la Sécurité sociale ou des activités culturelles (musées).

Pour finir, il existe les services publics marchands réalisés dans des entreprises publiques où l'État joue essentiellement un rôle de contrôle et d'actionnaire minoritaire. Il s'agit des services de transport ferroviaire (SNCF), de la distribution du gaz (GDF) et de l'électricité (EDF), de la distribution de l'eau potable, du courrier, du téléphone, etc. Ces entreprises s'intègrent dans le secteur concurrentiel et suivent une logique de rapprochement avec le secteur privé.

Pourtant, la culture de performance est un terme essentiellement utilisé dans les entreprises privées. Elle vise à rendre l'acteur économique plus responsable et plus motivé en fixant des objectifs et en évaluant leur atteinte. Transposer cette notion dans le service public paraît, au moins pour certains secteurs, un défi. Cette nouvelle gestion du service public, entrée en application complète en 2006, doit permettre aux administrations de rendre de meilleurs services aux usagers.

Ainsi, pour les services dits « régaliens », on voit apparaître des logiques de résultats. Il s'agit de responsabiliser les agents sur les résultats attendus. Bien sûr, certains objectifs, dans certains domaines comme la défense du territoire, sont difficilement quantifiables.

En revanche, la logique de performance a fait son apparition dans les entreprises du service public, en premier lieu suite au changement de la règlementation dans le cadre de la construction d'un marché unique européen.

On assiste aujourd'hui à une redéfinition des services rendus au public sur le plan territorial : c'est le cas dans le secteur de la santé avec la fermeture

...

Télécharger au format  txt (3.9 Kb)   pdf (64.2 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com