LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse par des questions du livre "En Amazonie" de Jean-Baptiste Mallet

Fiche de lecture : Analyse par des questions du livre "En Amazonie" de Jean-Baptiste Mallet. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  11 Mai 2022  •  Fiche de lecture  •  6 038 Mots (25 Pages)  •  27 Vues

Page 1 sur 25

Devoir maison

En Amazonie…

Pascale Roche 1G5 BINA

________________

Questions courtes (environ 10-15 lignes) /6

1. Pourquoi l’auteur fait-il un rapprochement avec Stakhanov ?

Alekseï Grigorievitch Stakhanov, né en 1906 à Lougovaïa près d'Orel, mort en 1977, est un mineur soviétique que la Pravda et les instances officielles, du temps de Staline, donnaient en exemple à tous les autres citoyens soviétiques pour son ardeur au travail et son sens civique.

Lors d'un concours de mineurs, Stakhanov, haveur du Donbass, aurait réussi à abattre, le 31 août 1935, 102 tonnes de charbon en 6 heures de travail, alors que la norme était de sept tonnes ! La propagande soviétique en a fait un exemple pour tous les ouvriers de l'URSS. Ce sens du sacrifice personnel pour le bien commun a reçu le nom de stakhanovisme.

Jean-Baptiste Malet fait un parallèle entre ce mineur et les travailleurs de chez Amazon à deux moments dans le roman : « Le tout m’évoque l’esthétique totalitarisme, version Stakhanov. A mes côtés, les mines des intérimaires sont toutes abattues. » (p.37) ; « Il sert aussi à confectionner le portrait de l’employé du mois, ce stakhanoviste désigné comme ‘the best’, le meilleur de tous. » (p.73).

L’auteur fait ce rapprochement pour choquer les lecteurs. En effet, on peut comparer les employés de chez Amazon à Stakhanov lorsque ceux-ci se démènent afin de toujours dépasser leurs objectifs de productivité dans le but d’obtenir un contrat à durée indéterminée. C’est l’objectif même de l’entreprise que de pousser ses employés à agir ainsi afin de gagner en productivité. Seulement, cela va être très difficile physiquement puisque le travail chez Amazon est déjà bien assez éprouvant pour qu’ils aient à en faire plus que demandé. C’est donc un sacrifice personnel de la part des employés pour « le bien commun », c’est-à-dire la réussite d’Amazon.

Mais ce rapprochement peut également choquer les lecteurs puisque Stakhanov était un exemple pour tous les ouvriers de l’URSS, et donc un emblème de la dictature de l’URSS au temps de la Seconde Guerre Mondiale.

2. Pourquoi l’auteur parle-t-il de « dumping salarial »

Le "dumping" réfère à une société en situation de monopole qui profite de sa situation privilégiée pour, par exemple, vendre ses produits en dessous de ce qu'ils lui coûtent. Tout en perdant de l'argent, cela permet d'étouffer la concurrence émergente, qui n'a pas les moyens de suivre le manège. Le dumping est une forme de concurrence déloyale car ces produits ne sont pas vendus à un prix reflétant leur valeur. Il est très difficile pour les entreprises européennes de concurrencer ce système et, dans le pire des cas, ce phénomène peut entraîner la fermeture d’entreprises et donc la perte d'emplois. Des syndicats craignent, de ce fait, la baisse des salaires et des prestations sociales dans les pays développés pour concurrencer des plus faibles coûts du travail dans les pays offrant une moindre protection sociale.

L’auteur parle de cela car l’entreprise Amazon utilise ce dumping. En effet, en tant que numéro un de l’e-commerce, elle peut se permettre de baisser les prix de ses produits, et ainsi que les salaires de ses employés. On le constate avec l’article : « Amazon, l’envers de l’écran » paru dans Le Monde Diplomatique en novembre 2013, qui décrit : « Alors que les conventions salariales des Länder de l’Est prévoient un salaire minimum de 10,66 euros de l’heure, Amazon applique sa propre grille : 9,30 euros. ». On peut par conséquent constater des salaires inférieurs à la moyenne, générés par ce dumping salarial. Selon ce même article, « les cinq unités bientôt installées en Pologne et en République tchèque [pèsent] comme une menace de dumping salarial sur les travailleurs allemands. Elle vante la création d’emplois précaires et invisibles qui viendront en détruire davantage dans le commerce de proximité. »

3. Pourquoi peut-on parler de destruction créatrice concernant l’activité d’Amazon ?

« On associe généralement à l’économiste Joseph Schumpeter la définition d’un phénomène économique ayant pour conséquence la disparition de secteurs d’activité conjointement à la création de nouvelles activités économiques. Les économistes libéraux l’appellent la ‘destruction créatrice’ » (p.110), « Pour Schumpeter, le processus de ‘destruction créatrice » constitue la donnée fondamentale du capitalisme. » (p.111)

On peut ainsi parler de destruction créatrice concernant l’activité d’Amazon, puisque cette activité de vente de livres majoritairement en ligne, va amener à faire disparaître les librairies traditionnelles. Et cela pourrait avoir un impact négatif. En effet, comme le décrit Jean-Baptiste Malet, « En choisissant d’acheter ses livres chez Amazon, le lecteur fait le choix, conscient ou inconscient, de tirer un trait sur le rôle précieux que joue la librairie comme lieu de convivialité, de partage, de découverte, de mixité et de rencontre. Mais aussi sur les emplois de libraires qualifiés que génère cette activité commerciale de proximité. » (p.112).

Et on peut constater que l’entreprise est consciente de cet acte, mais que cela ne l’empêche pas de poursuivre sur cette voie, du moment que cela peut la faire « grandir » : « à l’avenir, investisseurs et dirigeants d’entreprise n’hésiteront pas à poursuivre leur casse du marché avec la librairie traditionnelle si cela peut leur rapporter des profits. Le principe de la destruction créatrice est à l’œuvre dans la conquête perpétuelle de nouveaux marchés par Amazon, au même titre que les

...

Télécharger au format  txt (36.4 Kb)  
Voir 24 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com