LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

PSY 3010 TN4, psychologie du travail et des organisations

Dissertation : PSY 3010 TN4, psychologie du travail et des organisations. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  9 Août 2018  •  Dissertation  •  1 102 Mots (5 Pages)  •  1 032 Vues

Page 1 sur 5

PSY 3010

Psychologie du travail et

Des organisations

Activité notée 4 : Des questions préparatoires à l’examen

Feuille d’identité :

Prénom : Émilie

Nom : Lessard

Numéro d’étudiante :

Adresse :

Code Postal : J0K 3M0

Téléphone :

Courriel :

Nom de la personne tutrice : Anne Pouliot

Date d’envoi : 28/02/2018

Réservé à l’usage de la personne tutrice

Date de réception :

Date de retour :

Note :

Chapitre 7, question 2

Quelle distinction peut-on faire entre le harcèlement psychologique et l’incivilité au travail?

Le harcèlement psychologique au travail est une inconduite vexatoire qui se manifeste par des comportements, des paroles ou des gestes répétés. Ces gestes sont hostiles ou non désirés, ils portent atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique de la personne ce qui rend le milieu de travail néfaste pour les personnes qui y travaille. Pour établir qu’il y a bien harcèlement psychologique, il faut alors démontrer la présence de tous les éléments, c’est alors là que le spécialiste en gestion des ressources humaines peut nous être utile.

C'est un processus destructif, constitué d'un enchaînement de propos et d'agissements hostiles qui, pris isolément, pourraient sembler anodins, mais dont la répétition constante a des effets pernicieux (Leymann, 1996: p. 26-27).
Harceler c’est :

  • Refuser toute communication avec une personne harcelée alors qu’elle tente de se défendre.
  • Détruire les relations sociales de la personne en l’isolant.
  • Détruire sa reconnaissance sociale à force de la ridiculiser.
  • Détruire sa qualité de vie.
  • Nuire à sa santé.

L’incivilité au travail est souvent définie comme une conduite qui, sans être grave ou sévère, enfreint les normes de respect qui prévalent dans un milieu de travail. De telles inconduites témoignent d’un grand manque d’égard envers autrui. Les entreprises qui veulent miser sur la prévention et établir un climat de travail sain pourraient donc se doter d’un code de civilité. L’expérience démontre qu’en l’absence d’un tel code, ce sont les règles du groupe qui deviennent la norme. Or, dans certains milieux, ces règles tacites peuvent amener le groupe à développer une culture où les comportements inadéquats sont normaux et où la loi du silence est de mise. Dans ce contexte, ce sont les personnes qui refusent d’adopter les comportements inadéquats qui subissent les pressions du groupe. L’incivilité peut se traduire par des comportements tels que :

  • Donner des surnoms blessants à des collègues
  • Refuser de saluer un collègue
  • Utilisation de termes blessants pour parler du physique attirant ou non-attirant d’une personne.

L’incivilité est donc un ensemble d’impolitesse, de vulgarités, de non-respect et de savoir vivre qui ne répondent pas aux cinq critères obligatoires qui définissent le harcèlement psychologique. L’incivilité est aussi contrairement au harcèlement psychologique facile à détecter.

Chapitre 10, question 1

Comment les différents symptômes liés au stress peuvent-ils porter atteinte à la santé des individus et des organisations?

Le stress est un phénomène d’adaptation de notre corps qui nous permet de réagir à notre environnement. L’organisme répond au stress par une réaction en trois phases; alarme, résistance et épuisement. Si le stress s’installe, notre capacité à réagir s’altère et notre organisme s’épuise et c’est ainsi qu’apparaissent diverses conséquences pathologiques. Voici donc les trois phases du stress :

  • L’alarme : L’organisme réagit en libérant des catécholamines qui sont des hormones produites par la glande médullo-surrénale comme par exemple; l’adrénaline. Elle augmente alors la fréquence cardiaque, la tension artérielle, les niveaux de vigilance, la température corporelle etc. Ces modifications préparent ainsi l’organisme à réagir en apportant de l’oxygène aux organes sollicités.
  • La résistance : De nouvelles hormones sont alors sécrétées, ces hormones augmentent le taux de sucre dans le sang afin d’apporter l’énergie aux muscles, au cœur et au cerveau afin d’y maintenir un niveau constant de glucose. L’organisme se prépare donc aux dépenses énergétiques que nécessite la réponse à la situation stressante. Les récepteurs du système nerveux central détectent donc les quantités libérées dans le sang et adaptent leur production.
  • L’épuisement : Si la situation stressant se poursuit ou s’intensifie, la phase d’épuisement embarque. Dans cette phase, les capacités de l’organisme sont alors débordées et l’autorégulation des glucocorticoïdes devient alors inefficiente.

Les symptômes physiques: douleurs, maux de tête, trouble du sommeil ou de l’appétit et de la digestion etc.

Les symptômes émotionnels : la nervosité, l’angoisse, l’excitation ou la tristesse etc.

Les symptômes intellectuels : perte de concentration, difficulté à prendre des décisions etc.

Tout ces symptômes ont des répercussions sur le comportement, ils entrainent l’individu à se tourner vers des produits calmants ou excitants (café, alcool, somnifères), ils entrainent également un repli sur soi même, une diminution des activités sociales ou de l’agressivité. Les effets du stress sur la santé sont donc nombreux :

...

Télécharger au format  txt (8 Kb)   pdf (92.4 Kb)   docx (14.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com