LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Discours sur le peine de mort

Discours : Discours sur le peine de mort. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  29 Mai 2021  •  Discours  •  1 344 Mots (6 Pages)  •  87 Vues

Page 1 sur 6

Discours peine de mort

INFOS UTILES

Près de deux siècles se sont écoulés depuis que dans la première assemblée parlementaire qu'ait connue la France, Le Pelletier de Saint-Fargeau demandait l'abolition de la peine capitale. C'était en 1791.

La France est grande parce qu'elle a été la première en Europe à abolir la torture malgré les esprits précautionneux qui, dans le pays, s'exclamaient à l'époque que, sans la torture, la justice française serait désarmée, que, sans la torture, les bons sujets seraient livrés aux scélérats. La France a été parmi les premiers pays du monde à abolir l'esclavage, ce crime qui déshonore encore l'humanité. Il se trouve que la France aura été, en dépit de tant d'efforts courageux l'un des derniers pays, presque le dernier - et je baisse la voix pour le dire - en Europe occidentale, dont elle a été si souvent le foyer et le pôle, à abolir la peine de mort

rappelé Hugo, j'y ajouterai, parmi les écrivains, Camus. Comment, dans cette enceinte, ne pas penser aussi à Gambetta, à Clemenceau et surtout au grand Jaurès? Tous se sont levés. Tous ont soutenu la cause de l'abolition. Alors pourquoi le silence a-t-il persisté et pourquoi n'avons-nous pas aboli?

POUR ABOLITION

  1. → Contradictoire : il est interdit de tuer volontairement quelqu’un, alors pourquoi le punir ainsi ? Cercle vicieux

La peine de mort nuit encore à la société par les exemples de cruauté qu’elle donne aux hommes. Si les passions ou la nécessité de faire la guerre ont appris à répandre le sang humain, les lois, dont l’objet est d’adoucir les mœurs, ne devraient pas au moins multiplier cette barbarie d’une manière d’autant plus cruelle qu’elles donnent la mort avec des recherches d’appareil et de formalités. Quelle absurdité ! Faites pour n’être que l’expression de la volonté publique et pour détester et punir l’homicide, les lois en commettront elles-mêmes ; elles voudront éloigner du meurtre et elles commanderont un assassinat public.

→ Pour Me Henri Leclerc, le rétablissement de ce châtiment en France irait de pair avec une sortie de l'Union européenne. «Juridiquement, ce serait extrêmement compliqué, assure le président d'honneur de la LDH. Nous avons signé un traité international qui nous interdit la peine de mort. Ces traités ont une valeur supérieure aux lois françaises. On ne va quand même pas faire un Frexit pour rétablir la peine de mort.»

la phrase que prononça Jaurès: «La peine de mort est contraire à ce que l'humanité depuis deux mille ans a pensé de plus haut et rêve de plus noble. Elle est contraire à la fois à l'esprit du christianisme et à l'esprit de la Révolution.»

l'absence de lien entre la peine de mort et l'évolution de la criminalité sanglants : les crimes les plus terribles, ceux qui saisissent le plus la sensibilité publique - et on le comprend - ceux qu'on appelle les crimes atroces sont commis le plus souvent par des hommes emportés par une pulsion de violence et de mort qui abolit jusqu'aux défenses de la raison. A cet instant de folie, à cet instant de passion meurtrière, l'évocation de la peine, qu'elle soit de mort ou qu'elle soit perpétuelle, ne trouve pas sa place chez l'homme qui tue

Ceux qui interrogent les annales judiciaires, car c'est là où s'inscrit dans sa réalité la peine de mort, savent que dans les trente dernières années vous n'y trouvez pas le nom d'un «grand» gangster

en Europe particulièrement, dans tous les pays où la liberté est inscrite dans les institutions et respectée dans la pratique, la peine de mort a disparu. J'ai dit en Europe occidentale, mais il est significatif que vous ajoutiez les Etats-Unis.  Partout, dans le monde, et sans aucune exception, où triomphent la dictature et le mépris des droits de l'homme, partout vous y trouvez inscrite, en caractères sanglants, la peine de mort

En effet l'Histoire montre que s'il est un type de crime qui n'a jamais reculé devant la menace de mort, c'est le crime politique. Et, plus spécifiquement, s'il est un type de femme ou d'homme que la menace de la mort ne saurait faire reculer, c'est bien le terroriste.

l'erreur judiciaire absolue, quand, après une exécution, il se révèle, comme cela peut encore arriver, que le condamné à mort était innocent et qu'une société entière - c'est-à-dire nous tous - au nom de laquelle le verdict a été rendu, devient ainsi collectivement coupable puisque sa justice rend possible l'injustice suprême

...

Télécharger au format  txt (8.2 Kb)   pdf (94.9 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com