LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"J'aime l'araignée", Les Contemplations, Victor Hugo,

Fiche : "J'aime l'araignée", Les Contemplations, Victor Hugo,. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  19 Janvier 2020  •  Fiche  •  471 Mots (2 Pages)  •  191 Vues

Page 1 sur 2

Dans "J'aime l'araignée", extrait du recueil Les Contemplations, Victor Hugo, chef de fil du romantisme, prend le contrepied de l'opinion commune qui méprise les araignées et qui craint les orties.

Victor Hugo n'adopte pas un point de vue éthologique. Il ne dit pas qu'il aime les araignées et les orties parce qu'elles sont utiles, mais parce que la plupart des gens les haïssent ("parce qu'on les hait").

L'intérêt de Victor Hugo pour les araignées et les orties vient de sa compassion à l'égard de tous les êtres vivants. L'araignée et l'ortie sont des créatures d'un Dieu d'amour et, à ce titre, elles aspirent à aimer et à être aimées : "la mauvaise bête et la mauvaise herbe/Murmurent : Amour !"

La vision commune du monde repose sur des oppositions binaires : le bien et le mal, le beau et le laid, ce qui est aimable et ce qui est méprisable.

La provocation de Victor Hugo consiste à "déconstruire" cette vision manichéenne (ou pharisienne) : tous les êtres vivants sont dignes d'être aimés, y compris les plus laids et les plus repoussants car la création tout entière aspire à la rédemption et à l'amour.

Cette conception, ainsi que la croyance dans le rétablissement de toutes choses (y compris les damnés et les anges déchus) dans leur état d'origine, connue sous le nom "d'apocatastase" et jugée hérétique par l'Eglise catholique a été exposée (mais non défendue comme on le dit parfois) par Origène dans son Traité des Principes

paradoxes : "J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,/Parce qu'on les hait"

antithèses : "j'aime/on les hait", "exauce/châtie", "rien/tout"

anaphores : "parce que" (sept fois)

oxymores : "morne souhait"

énumérations : "maudites, chétives, noirs êtres rampants"

métaphores : "l'ortie est une couleuvre", "l'araignée un gueux

pléonasmes intentionnels : "sombre nuit"

apostrophes : "Passants, faites grâce à la plante obscure"

répétitions : "plaignez" (3 fois)

métonymies : "plaignez la piqûre" (pour plaigner les animaux et les plantes qui piquent)

animations (sorte de personnifications) : "La mauvaise bête et la mauvaise herbe/Murmurent : Amour !"

allégories : "Amour" - on peut considérer par ailleurs que l'araignée et l'ortie sont des allégories du mal.

Les temps et les modes et leur valeur d'aspect :

Présent d'énonciation : "j'aime"

Présent gnomique (de vérité générale) : "rien n'exauce...

...

Télécharger au format  txt (3.3 Kb)   pdf (33.1 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com