LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS Fonctionnement Et Structure Des Organisations

Mémoire : FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS Fonctionnement Et Structure Des Organisations. Recherche parmi 243 000+ dissertations

Par   •  6 Mars 2012  •  870 Mots (4 Pages)  •  1 511 Vues

Page 1 sur 4

FONCTIONNEMENT ET STRUCTURE DES ORGANISATIONS

Toute entreprise doit avoir une structure, qui lui permettre dans un moment donné d’être la plus efficace possible. La structuration est un élément essentiel du management.

La structure d’organisation est définie comme la somme des moyens employés pour diviser le travail entre des tâches distinctes, pour ensuite assurer la coordination entre les tâches.

I/ La spécialisation

La spécialisation est donc liée à la division du travail puisqu’il s’agit de répartir le travail entre plusieurs personnes. La spécialisation des tâches peut s’effectuer horizontalement ou verticalement, commençant par la spécialisation horizontale. Celle-ci peut prendre différentes formes en fonction de l’activité et des décisions des décideurs.

• La spécialisation horizontale

- La spécialisation par fonction, c’est-à-dire selon la nature des tâches ; on parle là de structure fonctionnelle. Celle-ci désigne le découpage par fonctions (Ex : commerciale, administrative, comptabilité…). A l’intérieur d’une fonction, on peut imaginer encore un découpage particulier.

- La spécialisation par produit concerne des familles de produit homogènes (Ex : organisation des grandes surfaces).

- La spécialisation par clientèle (Ex : la banque)

- La spécialisation par métier

- La spécialisation par projet

- La spécialisation géographique

- La spécialisation par technologie (en fonction des technologies utilisées)

 Tous ces découpages-là, sont à la base des structures décisionnelles. L’intérêt est que ces structures sont relativement autonomes.

• La spécialisation verticale

Elle fait référence à l’idée de niveau hiérarchique. On met en évidence l’idée de chaîne hiérarchique ou de commandement. Si l’effectif est constant, le nombre de niveaux hiérarchiques va dépendre de l’éventail de subordination c’est-à-dire le nombre de salariés que chaque responsable supervise. On peut alors décrire des organigrammes plats où l’on a peu de niveaux hiérarchiques et donc un éventail de subordination large. Le nombre de niveaux hiérarchiques dépendent de plusieurs éléments :

- L’autonomie que l’on veut donner au collaborateur. Plus le supérieur délègue, plus il laisse de l’autonomie à ses subordonnés. Ce niveau-là dépend de la nature des tâches.

- De la nature des tâches

 La tendance actuelle va dans le sens d’une réduction des niveaux hiérarchiques par souci de réactivité, de commandement et en raison des coûts.

II/ La coordination

Toute direction doit prévoir des mécanismes spécifiques de coordination. On peut dire que la coordination a pour objet d’ajuster les éléments de structure. On peut faire référence à Henry Mintzberg qui décrit des manières de coordonner le travail.

1ère manière : l’ajustement

...

Télécharger au format  txt (4.7 Kb)   pdf (75.4 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com