LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Management international : Espagne

Étude de cas : Management international : Espagne. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  3 Août 2022  •  Étude de cas  •  554 Mots (3 Pages)  •  24 Vues

Page 1 sur 3

Tout d’abord, l’Espagne a une culture collectiviste par rapport à l’Europe mais est considéré comme individualiste par rapport à d'autres régions du monde. Cet équilibre leur permet de mieux s’assimiler aux cultures non-européennes. Ils ont un fort esprit d’équipe et sont plutôt extravertis. Il existe une relation de confiance entre les employeurs et les employés, il y a une forte dimension affective dans le travail. L’importance accordée au maintien d’une harmonie dans les relations intergroupes et l’accent est mis sur la loyauté et l’ancienneté

La distance hiérarchique est forte, la stratégie et la prise de décision dans l'entreprise sont généralement dirigées par les cadres supérieurs de manière assez centralisée. Il y a une prédominance du chef d'entreprise dans les négociations. La hiérarchie est respectée, et c’est d’ailleurs ceux en haut de la pyramide qui prennent les décisions puis les font appliquer, mais la communication est plus souple, plus ouverte. En raison de la structure de l'entreprise, les postes inférieurs ont tendance à avoir peu de pouvoir d’influence.

Le contrôle de l’incertitude est élevé en Espagne. Une structure et une planification sont nécessaires. Le système de management passe par une série de procédures standardisées et une recherche de maîtrise permanente sur les événements incertains. Les Espagnols choisiront le plus souvent la voie présentant le moins de risque possible pour être sûrs d’aboutir à quelque chose, même si cela représente moins d’intérêts. En effet, ils sont très préoccupés par les situations changeantes, ambiguës et indéfinies.

L’Espagne a une culture d’entreprise dite “féminine”, c’est-à-dire qui encourage des comportements plutôt habituellement attribués à des femmes. La qualité de vie des Espagnols est alors prédominante

Collègues et managers tutoient, c’est très commun en Espagne.. L’ambiance de travail est donc très conviviale : à l’image de la personnalité des Espagnols.

Linéaire

Les Espagnols ont une culture polychronique. Ils sont généralement très flexibles en termes d’horaires et ne sont pas du tout ponctuels. Les horaires espagnols sont différents de ceux du reste de l'Occident. Ils déjeunent à 14 heures, dînent à 21 heures et se couchent plus tard. Ils commencent à travailler plus tard et finissent aussi plus tard. Cela affecte la dynamique du travail. La journée de travail commence en règle générale au plus tôt à 9h et peut s’étendre jusqu’à 21h.La pause-déjeuner dure souvent 2 à 3 heures et commence au plus tôt à 13h30. Cette pause déjeuner très longue s’explique par le fait que les Espagnols ont pour habitude de faire une sieste après manger. La perception du temps étant différente, les réunions commencent et se terminent plus tard que d'habitude.

Rapport à l’espace : entre collègues on ne se serre pas la main, on se fait la bise, c’est beaucoup moins formelle qu’en France

L’utilisation du «usted» (le vouvoiement) n’est pas toujours de rigueur entre collègues en Espagne, les relations y sont souvent plus informelles.

Pour négocier : L'intérêt réel pour l'autre personne

...

Télécharger au format  txt (3.7 Kb)   pdf (35.9 Kb)   docx (8.5 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com