LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte de Les essais 1. 31, Des Cannibales De Montaigne

Dissertation : Commentaire de texte de Les essais 1. 31, Des Cannibales De Montaigne. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  6 Mars 2013  •  1 427 Mots (6 Pages)  •  3 368 Vues

Page 1 sur 6

Des cannibales, Essais I. 31,

Montaigne

Introduction :

Figure marquante de l’humanisme du XVIème siècle, Montaigne s’est rendu célèbre par la richesse et l’originalité de son œuvre intitulée Les Essais, qui paraît pour la première fois en 1580. Pour l’auteur lui-même, son livre est « l’essai des facultés naturelles qui sont en lui ; toute une fricassée que je barbouille » dit-il qui « encore n’est qu’un registre des essais de ma vie ». Montaigne ne prétend pas nous imposer une leçon, il nous convie à vivre avec lui ses tentatives, ses observations, ses réflexions. Les Essais sont l’ouvrage d’un homme à la recherche de la sagesse. C’est précisément de cet ouvrage qu’est extrait notre texte qui est tiré Des cannibales, situé au chapitre 31 du livre I. L’auteur s’intéresse alors au cannibalisme des populations amérindiennes et tente de démontrer que cet acte n’est pas plus horrible que certaines pratiques européennes.

Plan :

À quoi sert le cannibalisme dans l’œuvre de Montaigne ?

I – Analyse du cannibalisme

a – Déterminer l’origine de cette pratique du cannibalisme indien

b – La comparaison du cannibalisme indien à d’autres cas

c – Confronter les différentes manières d’utiliser un cadavre

II – La figure de l’Indien, du cannibalisme au bon sauvage

a – Le refus d’idéaliser les Indiens

b – L’image du bon sauvage

III – Le réquisitoire contre les Européens

a – Implication de Montaigne

b – La dénonciation de la violence et de la corruption morale

Explication :

I – Analyse du cannibalisme

a – Déterminer l’origine de cette pratique du cannibalisme indien

Montaigne rétablit l’origine du cannibalisme. En effet, à la 2e phrase, il y a une antithèse : il ne s’agit pas de se nourrir mais de se venger. La phrase suivante, qui va de la ligne 5 à la ligne 17 poursuit la démonstration : Montaigne s’appuie sur l’exemple des Portugais et développe l’analyse précise du changement qui a eu lieu chez les Indiens : « une autre sorte de mort » l.7, « cette sorte de vengeance » l.15. Il y a une répétition du mot vengeance. Cette longue phrase se termine par un comparatif de supériorité : « elle devrait être plus aigre que la leur » → les cannibales suivent donc l’exemple des Portugais pour être le plus violent possible. Montaigne lit des textes de Jean de Léry qui fait l’histoire de son voyage au Brésil et décrit lui aussi le cannibalisme indien et explicit cette notion de vengeance.

b – La comparaison du cannibalisme à d’autres cas

Montaigne va chercher d’autres exemples qui vont lui permettre de relativiser le cannibalisme indien. Dès le début du texte, il compare ce cannibalisme à celui des Scythes (l.4), qui ne pratiquent pas la même forme de cannibalisme.

Puis, il y a une 2e comparaison entre les Indiens et « nos ancêtres » (l .32), cette fois, qui ont recours à un cannibalisme forcé au cours du siège d’Alésia. Il développe ses arguments jusqu’à placer des arguments d’autorité : la citation en latin de Juvénal : « Les Gascons, dit-on, prolongèrent leur vie avec de pareils aliments ».

c – Confronter les différentes manières d’utiliser un cadavre

Il y a une référence à Chrysippe et Zénon, deux philosophes grecs fondateurs du stoïcisme. Montaigne se sert de ces deux hommes qui acceptent la pratique du cannibalisme : « ils ont bien pensé qu’il n’y avait aucun mal à se servir de notre charogne » dit-il (l.30). « aucun mal » montre que Montaigne refuse la condamnation morale du cannibalisme, il utilise alors le terme « charogne » pour insister sur le fait qu’un corps mort est voué à la décomposition.

Enfin, Montaigne fait référence aux médecins à partir de la ligne 37, c’est une référence à une pratique actuelle européenne. Il utilise un présent d’innovation « ne craignent » et le déterminant possessif de la 1ère pers. du pluriel « notre ».

→ Dans ce texte, Montaigne s’emploie à détruire les préjugés contre les cannibales.

On trouve un exemple de cette destruction dès la ligne 3 « ce

...

Télécharger au format  txt (8.7 Kb)   pdf (99.9 Kb)   docx (11.7 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com