LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude du poème Un Hémisphère dans une chevelure de Charles Baudelaire: En quoi ce texte est-il un poème en hommage à la femme aimée ?

Mémoires Gratuits : Étude du poème Un Hémisphère dans une chevelure de Charles Baudelaire: En quoi ce texte est-il un poème en hommage à la femme aimée ?. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  15 Mars 2013  •  2 886 Mots (12 Pages)  •  1 141 Vues

Page 1 sur 12

Lecture analytique 3 : C. Baudelaire, « Un Hémisphère dans une chevelure »

(Le Spleen de Paris, 1869)

Question : En quoi ce texte est-il un poème en hommage à la femme aimée ?

Introduction :

- Charles Baudelaire : éléments biographiques ; précurseur du symbolisme ; auteur des Fleurs du mal et du

Spleen de Paris, recueil de poèmes en prose.

- le poème : « Un Hémisphère dans une chevelure » est la réécriture en prose d’un poème versifié, « La

Chevelure », qui apparaît dans la section « Spleen et idéal » des Fleurs du mal (1857). Ces deux poèmes font

partie des textes inspirés par Jeanne Duval, une actrice de Boulevard sensuelle et fantasque avec laquelle le

poète a entretenu une liaison orageuse pendant 23 ans. Cette femme était métisse et Baudelaire la

surnommait, en raison de sa peau brune, « la Vénus noire ». La lourde chevelure noire célébrée dans les deux

textes est celle de Jeanne Duval.

- reprise de la question et annonce du plan : bien que ce texte soit en prose, c’est cependant un poème en

hommage à la femme aimée dont la chevelure fait naître un monde imaginaire et exotique.

I - UN POEME EN PROSE

a) Une structure en boucle

Comme sa version versifiée, « Un Hémisphère dans une chevelure » est divisé en sept paragraphes de

taille équivalente.

On remarque que le premier et le dernier paragraphe se font écho. En effet, ils commencent tous deux

par la même structure syntaxique : l’impératif « Laisse-moi » est suivi d’un verbe renvoyant à un sens (l’odorat

puis le goût), de l’adverbe « longtemps » et d’un COD qui évoque la chevelure : «Laisse-moi respirer

longtemps, longtemps l’odeur de tes cheveux » / « Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires »

Le même thème du souvenir apparaît dans ces deux paragraphes: il s’agit de « secouer des souvenirs dans

l’air » dans le premier paragraphe et de les manger dans le dernier, comme si le poète était ou souhaitait être

rassasié à la fin du texte.

Cette structure permet de donner un effet de cycle, de boucle au poème : le premier et le dernier

paragraphes se répondent, annoncent et synthétisent tout ce qui est développé dans le reste du texte. Arrivé

au terme du poème, on peut repartir vers son début pour recommencer le voyage.

Chaque paragraphe du poème repose sur le même objet, la chevelure, qui en constitue en quelque sorte le fil

directeur… Dans la première moitié du poème, on trouve l’expression « tes cheveux » dans chaque unité (paragraphes 1, 2 et 3), expression développée dans le dernier par les adjectifs « élastiques et rebelles » et associée

à « tes tresses lourdes et noires ». Dans la seconde moitié du poème, Baudelaire écrit « ta chevelure »

(paragraphes 4, 5 et 6). Ainsi, le thème de la chevelure apparaît-il dans chaque paragraphe du poème.

A chaque fois, les cheveux sont associés à un thème

Paragraphe 2 : Les sensations : « le parfum » (odorat), « vois » (vue), « sens » (toucher), « entends » et

« musique » (ouïe)

Paragraphe 3 : Un voyage exotique : « rêve », « moussons », « charmants climats », « espace […] bleu »,

« l’atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles » et l’univers maritime « voilures » et « matures »,

« grandes mers »

Paragraphe 4 : L’univers maritime : « océan », « port », « navires », « hommes vigoureux » (les marins) et

la sensualité « hommes vigoureux », « se prélasse », « l’éternelle chaleur »

Paragraphe 5 : La sensualité : « caresses », « langueurs », « divan », « chambre » et le port tropical :« un

beau navire », « roulis imperceptible du port », « pots de fleurs », « gargoulettes »

Paragraphe 6 : L’univers tropical : « ardent foyer » (chaleur), « odeur du tabac », « opium », « sucre »,

« l’infini de l’azur tropical », « rivages duvetés », « goudron », « musc », « huile de coco » et les sensations :

« je respire » (odorat), « je vois » (vue), « je m’enivre » (goût)

Ainsi, on observe que les paragraphes sont thématiquement liés les uns aux autres : un thème qui paraît secondaire dans un paragraphe devient principal dans le suivant, ce qui assure continuité et fluidité au poème.

b) Echos et rythmes syntaxiques

On relève tout d’abord des répétitions :

- l’adverbe « longtemps » est redoublé à la première ligne : « laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur

de tes cheveux ».

- dans le paragraphe 3, le verbe « contiennent » est répété.

- on relève des anaphores : les paragraphes 4, 5 et 6 commencent par la même structure : préposition

« Dans » + groupe nominal + « de ta chevelure ». Cet effet de reprise est accentué dans le paragraphe 6 car la

structure apparaît trois fois (la préposition est cependant modifiée dans la dernière occurrence) : « dans

l’ardent foyer de ta chevelure », « dans la nuit de ta chevelure », « sur les rivages duvetés de ta

...

Télécharger au format  txt (17.8 Kb)   pdf (241.3 Kb)   docx (16.6 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com