LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Gestion des ressources humaines cas

Dissertation : Gestion des ressources humaines cas. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  25 Décembre 2015  •  Dissertation  •  1 332 Mots (6 Pages)  •  1 013 Vues

Page 1 sur 6

ADM 1015

Gestion des
ressources humaines

Travail noté 3 – Série D

[pic 1]

Première partie

Comme la majorité des pays industrialisés, le Québec fait face à des défis démographiques en raison du vieillissement accéléré de sa population. Au chapitre du marché du travail, diverses solutions sont mises de l’avant afin d’atténuer ces changements : par exemple, le prolongement de la vie active, l’accroissement de la productivité du travail ou encore l’accueil d’un plus grand nombre d’immigrants.

Selon le rapport sur la participation des immigrants au marché du travail en 2009 de l’Institut des statistique du Québec, le taux de chômage des immigrants du Québec est presque le double de celui des natifs; étant 13.7% pour l’ensemble des immigrants et 7.6% pour les natifs. Par contre, si on prend en consideration le temps passé au pays de l’immigrant, on constate une baisse significative du taux de chômage allant de 22.4% pour les personnes arrivées depuis 5 ans ou moins à 10.7% pour ceux arrivées depuis plus de 10 ans.

On remarque aussi que le taux de chômage diminue avec le niveau d’études, tandis que les taux d’emploi augmente; ces observations se font tant chez les immigrants que chez les natifs. L’écart du taux de chômage entre les immigrants sans diplôme d’études secondaires (25.2 %) et ceux détenant un diplôme universitaire (10.3 %) est d’environ 15 points.  Toutefois, pour les diplômés universitaires, le taux de chômage des immigrants (10.3 %) est trois fois plus élevé que celui des natifs.

Pour ce qui est du taux d’emploi, on observe un petit écart entre le taux d’emploi des natifs (60.8%) et les immigrants (53.2%).

En 2010, la majorité des personnes immigrantes travaille dans l’industrie des services 82.5 %, alors que 18.5 % travaillent dans l’industrie de la production de biens. Comparativement à l’ensemble de la population, il s’agit d’une répartition légèrement différente, alors que 21.7 % des personnes en emploi travaillent dans l’industrie des biens et 78.3 % dans celle des services.

La comparaison avec la répartition de l’ensemble de la population selon les secteurs d’activité montre une surreprésentation des personnes immigrantes dans le secteur des services professionnels scientifiques et techniques; la proportion des personnes immigrantes est de 4.1 points de pourcentage supérieure à celle de l’ensemble de la population (respectivement 11.7 % et 7.6 %).

À l’inverse, une sous-représentation des personnes immigrantes est enregistrée dans le secteur de la construction (3.4 % de la population immigrante comparativement à 5.9 % de l’ensemble de la population) et dans une moindre mesure dans les secteurs du commerce, des administrations publiques et de l’information, de la culture et des loisirs.

Pour ce qui est de la répartition selon les catégories professionnelles, c’est dans celle des professions liées aux ventes et aux services (21.4 %) que la plus grande proportion de personnes immigrantes travaillent en 2010; elle est suivie des professions liées aux affaires, à la finance et à l’administration (17.1 %). Les personnes immigrantes sont à l’inverse quasi absentes de la catégorie des professions propres au secteur primaire (0.9 %).

Cette répartition des personnes immigrantes selon les catégories professionnelles est différente de celle de l’ensemble de la population. L’écart le plus prononcé se trouve dans la catégorie des sciences naturelles et appliquées et professions apparentées. En 2010, c’est 11.5 % des personnes immigrantes en emploi qui avaient une profession dans cette catégorie comparativement à 7.9 % dans l’ensemble de la population.

En analysant la répartition des personnes immigrantes selon les catégories professionnelles et en croisant les données avec la durée de résidence, des écarts entre les groupes laissent croire à une évolution professionnelle au fil du temps. En effet, la part de personnes immigrantes qui occupent un emploi dans la catégorie gestion est plus importante chez celles arrivées il y a plus de 10 ans. À l’inverse, la proportion de personnes occupant un emploi dans la catégorie des professions liées aux sciences naturelles et appliquées et professions apparentées est plus importante chez les personnes immigrantes avec la durée de résidence la plus courte.

Outre les taux de chômage et d’emploi et les écarts salariaux, l’observation des indicateurs qualitatifs confirme les écarts entre les natifs et les immigrants. Ces derniers sont en effet relativement surreprésentés dans des emplois faiblement rémunérés, dépourvus d’avantages sociaux, à temps partiel ou temporaires et non syndiqués.


Deuxième partie

Étape 1 : Diversité culturelle et pratiques de GRH

La gestion de la diversité culturelle est le processus d’adaptation de politiques et de pratiques en matière des ressources humaines qui visent à créer un environnement de travail inclusif pour les employés de differents origines ethniques et culturelles afin d’encourager sa contribution à la prospérité de l’organisation.

...

Télécharger au format  txt (9.4 Kb)   pdf (295.5 Kb)   docx (25.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com