LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de pratique professionnelle en service de pneumologie

Analyse sectorielle : Analyse de pratique professionnelle en service de pneumologie. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  17 Février 2020  •  Analyse sectorielle  •  2 151 Mots (9 Pages)  •  1 045 Vues

Page 1 sur 9

Analyse de Pratique Professionnel

Description de la situation :

La situation rencontrer se situe en service de pneumologie en pavillon ,un service comprenant deux paliers ,nord et sud, de 11 lits chacun .La situation concerne l’implication d’une famille lors de la prise en charge de leur mère, admise pour pleuropneumopathie et décompensation BPCO .C’est une dame de 76 ans consciente cohérente , mariée avec trois enfants ,elle  travaillait dans le domaine de la santé .Deux de ses filles travaillent également en tant qu’infirmière ,l’une au CHU et l’autre en cabinet libéral .La patientes s’implique dans sa prise en charge et coopère avec l’équipe soignante cependant ce n’est pas le cas de ces enfants qui depuis le début de l’hospitalisation ne font que s’imposer et nuire à la prise en charge de leur mère ,tant sur un niveau relation soignant –famille du soigner que sur un plan thérapeutique ce qui nous amène a une relation conflictuel et de méfiance. Les relations on commencer on commencera se dégrader ou les filles de la patientes on commencer a noter le nom de chaque intervenant  afin de préparer un dossier de plainte .Ensuite viens l’apport de thérapeutique sans avis médical, auquel elle ajouta leur commentaire .Puis vain l’arrivée du fils ,ayant fait le voyage de métropole pour voir sa mère gravement malade (selon les dire de ces sœurs),qui ne pouvait s’empêcher d’épier les moindre fait et geste de l’équipe soignante n’hésitant pas à s’interposé au milieu d’un soins ne concernant pas sa mère. Avec l’arriver du fils se rajoutât une tension  familiale se propageant  sur la sphère hospitalière avec le reste de la famille venu de toute l’île .De plus ils( les membres de la famille ) influencées les familles des chambres voisine ce qui n’arranger pas l’ambiance du service .Le médecin chef fut prévenu et le notifiait dans ces compte rendu afin de protéger l’équipe soignante qui était inquiet au point de cacher leur nom sur leur blouse.On a cependant vue et ressentit une baisse des tensions avec le retrait du drain pleural de la patiente qui d’ailleurs allée de mieux en mieux ,on compris alors que toutes cet frustration venait en parti de leurs peur .Toutes les tension fut vite oublier avec la sortie de la patiente et laissa apparaître une équipe encor plus solidaire et en confiance .        

Questionnement :                                               

1-Comment peu t-on gérer la colère d’une famille ?

2-Ou devais-je me placer au sein de cette situation ?

3-Quel aurait était le meilleur choix face a cette situation pour ce service ?

4-Comment cet situation aurait -elle pue évoluer ?

1-Comment peu t-on gérer la colère d’une famille ?

Pour apaiser les tensions avec les familles, il est proposé d’améliorer l’organisation des soins, de mieux comprendre les familles et d’éviter de créer les conditions d’un conflit.

1 – L’organisation des soins

La qualité des soins et l’organisation du dialogue au sein des équipes sont des éléments déterminants.

a – La qualité des soins

L’organisation cohérente des soins participe à la gestion des conflits. Une technique maîtrisée est rassurante. Le contrôle de la douleur apaise le patient et son entourage. Pour être pleinement efficaces, les conditions de soins ont besoin d’être régulièrement évaluées et améliorées (matériel adapté, ratios de personnels suffisants).

Des effectifs suffisants limitent les risques d’épuisement. Les patients et leurs familles n’ont pas à être pénalisés par une mauvaise organisation: «il n’y a pas assez de…!». Des phrases font mouche alors qu’il suffit de se taire… devant la famille, y compris en cas de surmenage!

Des formations ciblées sur la douleur, les soins palliatifs et la qualité contribuent à une meilleure approche de ces problèmes par l’ensemble des soignants. Les indications thérapeutiques sont posées en respectant les principes d’une réflexion éthique (principe de proportionnalité, principe de futilité). Lorsque se posent ou lorsque ne se posent pas certaines indications thérapeutiques particulières (transfusions sanguines, remplissage vasculaire, transfert en réanimation), il est préférable de ne pas exclure la famille du champ de la discussion: des parents mis devant le fait accompli se sentent complètement rejetés. Une réflexion pluridisciplinaire permet de trouver la juste thérapeutique entre une obstination déraisonnable et une limitation inappropriée des soins. L’argumentation de la décision et la mise à jour régulière du dossier participent à la protection des soignants et de l’institution.

b – L’organisation du dialogue

L’organisation du dialogue au sein des équipes aide au rétablissement du sentiment de confiance.

Le dialogue entre professionnels est indispensable à la cohérence des soins. Les échanges informels entre professionnels, les réunions pluridisciplinaires, les groupes de paroles sont des espaces où sont mis en mots, le stress, les émotions, mais aussi la fatigue, la colère. Des sujets difficiles à formaliser sont abordés sans réserve: le surmenage; la peur; l’incapacité d’aller plus loin… Les raisons d’une situation complexe sont analysées ensemble. De telles synthèses aident à prendre du recul et à élaborer des mesures de protection adaptées. Chaque soignant chemine à son rythme et apprend à respecter le cheminement de l’autre.

La prévention des risques de divergence entre soignants est ainsi assurée. Des avis contradictoires sont générateurs d’angoisse, au niveau de l’équipe soignante et à celui des relations entre cette équipe et la famille.

Un minimum de retours positifs est nécessaire aux soignants, eu égard à leur investissement individuel et collectif. Pour eux, il est plus gratifiant de travailler dans la sérénité, de manifester à l’égard de la famille ou d’échanger avec elle des marques d’attention discrètes et réconfortantes.

Des dispositifs de conciliation sont mis en place dans tous les établissements de soins pour éviter qu’une réclamation ne devienne une procédure contentieuse. L’écoute et le dialogue sont alors proposés par décret!

Une meilleure organisation du dialogue contribue à l’amélioration de la qualité des soins.

2 – Comprendre les familles

La compréhension des situations de crise rétablit le lien avec les familles.

a – Comprendre la révolte

Comprendre la révolte des familles en détresse, c’est prendre le temps de les écouter, de les laisser «vider leur sac». Donner du temps, même un peu de temps, est un acte positif. Un dialogue de quelques minutes est préférable aux heures passées à résoudre une procédure pré-contentieuse ou contentieuse. Il n’est jamais bon de fuir une famille de contact difficile.

...

Télécharger au format  txt (14.3 Kb)   pdf (61.5 Kb)   docx (12.5 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com