LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude de l'acte I, scène 2 de la pièce de théâtre Le mariage de Figaro de Beaumarchais

Recherche de Documents : Étude de l'acte I, scène 2 de la pièce de théâtre Le mariage de Figaro de Beaumarchais. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  5 Avril 2012  •  684 Mots (3 Pages)  •  911 Vues

Page 1 sur 3

Le Mariage de Figaro acte 1 scène 2 :

Situé dans l’acte 1, dont il constitue la scène 2, le monologue de Figaro donné ici fait suite à la scène d’exposition. Seul en scène et s’adressant en principe à lui-même. Figaro se réjouit de la présence de Suzanne, qu’il doit épouser. Le passage apparaît ainsi comme l’exposé des motivations d’un comportement celui du comte. La structure du monologue (un bloc de 21 lignes fréquemment ponctué) sont les différents indices d’une agitation qui traduisent la colère de celui qui parle.

I. les indices d’une forte émotion :

Lors de la représentation on peut imaginer un texte saccadé. Le monologue comporte un grand nombre de ponctuation ( ex: ligne 2,3,6,8) . Cette tonalité esclamative souligne la présence dans le discours, d’interlocuteurs variés, même s’ils sont absents, ce qui traduit une certaine agitation. Les esclamations révèlent aussi soit l’admiration et le ravissement. Et enfin la présence de points de suspensions (ex: ligne 1,4,16,21) peut être interprété de différentes façons, l’agitation mais aussi l’hésitation. La nécessité de dire, d’un coup et de manière en apparence désordonné, tout ce qui s’est passé précédemment. Le rythme laisse penser qu’il y’a là une sorte de libération et à une prise de conscience qui mérite des explications.

La ponctuation est associée à des choix de structures syntaxiques qui montrent également l’agitation et l’émotion. Une constante opposition entre je et vous . On observe aussi un grand nombre de verbe à l’infinitif traduisant des intentions, des actions. Cet emploi favorise la brièveté.

Et la colère s’exprime encore plus facilement en l’absence de celui qui l’a provoquée et qui constitue un interlocuteur cité.

II. Un monologue « règlement de comptes » :

La didascalie qui accompagne l’indication de l’acte et de la scène, ainsi que le personnage qui parle, précise seul.

Figaro s’adresse directement au comte et se libère ainsi de ses griefs, en des termes qu’il pourrait ou n’oserait utiliser si le comte était réellement en face de lui. Il s’adresse également à Basile à la ligne 15, en utilisant cette fois la seconde personne du singulier, puis à lui-même, à la ligne 17.

Figaro change fréquemment de modalités d’énonciation.

Tous ces changements soulignent eux aussi l’agitation et l’émotion de celui qui parle, soucieux de vider son sac oralement, déversant sur le comte un ensemble de reproches et prenant plaisir à faire savoir, comme s’il s’adressait au comte, qu’il à mis a jour ces plans.

La libération n’en est que plus efficace parce qu’elle prend une forme plus directe, plus violente, plus spontanée.

Motivé par la colère de Figaro, le monologue qui en dévoile les raisons, informe le spectateur ou le lecteur des intentions du comte. Devinées par son vallet.

Les intentions du comte présentées de manière imagée, elles sont surtout relatives à Suzanne, convoitée et centre d’une intrigue dont le comte serait le bénéficiaire et Figaro la victime.

Figaro

...

Télécharger au format  txt (4.4 Kb)   pdf (66.3 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com