LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?

Dissertation : La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?. Recherche parmi 280 000+ dissertations

Par   •  3 Février 2021  •  Dissertation  •  3 223 Mots (13 Pages)  •  374 Vues

Page 1 sur 13

Correction dissertation : La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?

I/ INTRODUCTION : Chacun peut avoir l’impression de savoir immédiatement qui il est,

c’est-à-dire de pouvoir énoncer son identité. Celle-ci pourrait se définir comme l’ensemble de

ce qui me caractérise en propre et me distingue des autres. Ce qui me caractérise concerne ce

que je suis aussi bien d’un point de vue social et culturel que psychologique, physique et

intellectuel. Chacun ne sait-il pas ce qu’il est physiquement, ce qu’il pense, ce que sont ses

valeurs, ce qu’est son histoire, quel est son statut social, etc. ? Comment un individu ne sauraitil pas ce qu’il est, ce qui le caractérise et le différencie, dans la mesure où il en a conscience ?

En ce sens, chacun semble à même de dire ce qu’il est dans la mesure où l’ensemble des

éléments qui constituent son identité sont conscients : comment ne serais-je pas conscient de

mes pensées, de mon histoire, de mon physique, de mon travail, de mes sentiments, etc. ?

La conscience que chacun possède de lui-même semble donc être le moyen par lequel, de

manière évidente et immédiate, savoir qui l’on est paraît aller de soi. En ce sens, on identifie

volontiers conscience de soi et connaissance de soi.

En effet, la conscience est une faculté mentale qui, comme l’indique son étymologie (« cum »

et « scientia », qui littéralement signifieraient : « avec savoir »), permet à chacun de savoir non

seulement ce qui l’entoure, rendant ainsi possible une conscience de l’existence du monde et

des autres, mais aussi de savoir ce qu’il ressent, ou pense, ou veut, ou fait, etc. Or, si je sais ce

que je pense ou ressens ou éprouve, est-ce que l’on ne peut pas alors dire que je me connais

dans la mesure où je ne serais pas seulement conscient de tel sentiment ou telle émotion mais

où je pourrais également en déterminer la signification et la cause ? En effet, connaître n’est

pas réductible à savoir : si je sais qu’il pleut, je ne connais pas nécessairement les causes de la

pluie, ni ses effets. La connaissance implique une autre dimension que le simple savoir.

De ce point de vue, nous pouvons souligner que la conscience de soi n’est donc pas que le

moyen par lequel chacun semble savoir ce qu’il est, qui il est : elle est aussi ce grâce à quoi

chacun peut maitriser ses propres pensées et ses propres actes, puisque si nous pouvons nous

représenter ceux-ci nous pouvons par là les évaluer, les juger, les changer, etc. La conscience

de soi serait ainsi une condition nécessaire de la raison et de la maîtrise de soi, me permettant

d’être et de penser de manière autonome, en voulant moi-même ce que je pense et fais : elle

serait donc également la condition du Sujet, rendant possible d’être moi-même à l’origine de

ce que je suis et donc, en ce sens, d’être libre, si l’on entend par liberté non pas la possibilité de

faire ce que l’on veut mais celle de se déterminer soi-même (autonomie).

Cependant, cette certitude et évidence de la conscience de soi semblent pouvoir être ébranlées.

En effet, tout d’abord, la philosophie repose sur une critique de l’opinion montrant comment

celle-ci peut être comprise comme une pensée qui n’est pas entièrement consciente d’ellemême, de ses présupposés et conséquences, ni même de sa signification : celui qui pense par

opinion, c’est-à-dire de manière spontanée, non réfléchie, se contentant de reprendre la pensée

commune, ne sait pas nécessairement tout ce qu’il pense, les raisons pour lesquelles il pense

ceci ou cela, et en ce sens n’est pas entièrement conscient de ce qu’il pense ou des raisons de

son mode de vie.

D’autre part, l’image que chacun possède de lui-même repose sur l’usage de facultés qui ne

sont pas sans défauts ni parfaitement maîtrisées : la raison n’est pas sans limites et certains

aspects de notre identité ou de notre pensée ont parfois du mal à trouver une explication

rationnelle. La mémoire n’est pas non plus infaillible et la conscience que chacun a de son

propre passé, de sa propre histoire, peut aussi être altérée par l’oubli ou par l’impossibilité de

se remémorer.

De plus, si chacun peut avoir l’impression de savoir qui il est dans la mesure où il en a

conscience, ce savoir produit par l’individu sur lui-même peut paraître douteux. En effet, si je

sais qui je suis, je suis à la fois le « je » qui sait et le « je » au sujet duquel il y a savoir, ce qui

d’un point de vue épistémologique ne va sans pas sans difficultés puisque le savoir ainsi produit

risque d’être subjectif sans que l’individu lui-même ne s’en aperçoive.

Enfin, nous pouvons trouver dans la sociologie ou la psychanalyse des éléments permettant de

remettre en question l’immédiateté et l’évidence de la conscience de soi : Durkheim, par

exemple, montre la nécessité de considérer que chacun est conditionné par des représentations

collectives et non conscientes, introduisant ainsi l’idée d’un écart entre ce que nous avons

conscience d’être et ce que nous sommes réellement. De même, Freud en reconnaissant la

légitimité de l’hypothèse d’un inconscient psychique, nous conduit à considérer la possibilité

d’un tel écart entre le Moi, c’est-à-dire l’image consciente que j’ai de moi-même, et ce que je

suis effectivement sans le savoir. Les théories de ces deux auteurs, même si elles ne sont pas

identiques, semblent cependant avoir des implications communes, puisque ce qui est mis en

évidence dans les deux cas est le fait que les limites de la conscience de soi impliquent que

l’individu, si il sait ce qu’il fait ou pense, ne sait pas nécessairement les raisons, les causes, ni

le sens véritable de sa pensée et de son action.

Ce dernier point met en évidence un problème qui concerne la conscience de soi et ses limites.

En effet, l’impression spontanée conduit à penser que la conscience de soi est nécessairement

une connaissance de soi, c’est-à-dire que la représentation consciente que j’ai de moi

correspond effectivement à ce que je suis et que par là elle serait suffisante pour que je connaisse

non seulement mon identité mais aussi les causes et les origines de celle-ci. Or, si l’on considère

...

Télécharger au format  txt (21.3 Kb)   pdf (63.2 Kb)   docx (15.1 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com