LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?

Dissertation : La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?. Recherche parmi 275 000+ dissertations

Par   •  3 Février 2021  •  Dissertation  •  1 463 Mots (6 Pages)  •  472 Vues

Page 1 sur 6

La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?

Introduction :

La conscience consiste en la faculté permettant de prendre connaissance des actions et en particulier de l’efficacité et l’activité de l’esprit.

Elle se définirait donc comme une forme de connaissance. C'est ce que semble confirmer l'étymologie: "cum sciencia" signifiant "avec savoir ". De même, les expressions "perdre conscience" ou "perdre connaissance", que l'on emploie indifféremment, témoignent d'un rapprochement entre conscience et connaissance.

Toutefois, dans quelle mesure la conscience de soi est-elle une connaissance de soi? La possibilité d'une connaissance comme celle-ci supposerait une stabilité dans l’esprit. Cependant, la conscience est aussi bien le moyen d'éprouver que l’on ne reste pas totalement la même personne.

Plan :

I. L'expérience de la conscience

  1. Le vrai moi est intérieur
  2. La connaissance intérieure d’après Descartes
  3. La pensé immédiate de la conscience

II. Difficultés de l'analyse

  1. Les perceptions inconscientes
  2. La distance à soi

     

III. L'identité personnelle

  1. Critique de l'idée de moi
  2. La construction de soi


I. L'expérience de la conscience

  1. Le vrai moi est intérieur

Qui suis-je? Qu'est-ce qui fait mon identité? On pourrait être tenté de répondre que c'est l’apparence physique, en particulier mon visage, car cela est personnel. Seulement, les traits changent avec le temps. On pourrait aussi se demander : Celui qui aime quelqu'un selon son apparence, sa beauté, l'aime-t-il vraiment ? Non, car au fil du temps cette personne pourra changer physiquement, mais au contraire changera peu mentalement. Une personne ne se réduit donc pas à l'apparence physique. On se demande donc qu’est-ce que « moi »? Le « moi » consisterait plutôt en quelque chose d'intérieur, ce qu'on appelle la personnalité. Certes, le caractère peut changer lui aussi mais on pourrait supposer l'existence d'une origine stable, que l'on pourra appeler le « moi » intérieur. Je suis le seul qui puisse savoir qui je suis. En effet, ce que je donne à voir à mon entourage, cela est-il vraiment moi ? Est-ce que ce ne sont pas seulement des apparences trompeuses ? 

Par conséquent, la véritable personnalité, s'identifie avec la partie la plus intime, la plus cachée de soi-même, celle que « moi » seul peut connaître: l'intérieur de ma conscience. C’est la partie de mon corps que seul moi puisse connaitre. Si  je décide de faire régner la paix à l’intérieur de mon corps, personne ne peut contraindre cette décision. On ne peut donc pas, par la même occasion, contraindre les pensées. L'esclave peut donc rêver qu'il est libre. Ainsi on peut en conclure qu’entre deux personnes différentes, il ne peut pas y avoir deux mêmes esprits intérieurs. Aussi, seule la personne en question a la capacité de se connaitre réellement.

  1. La connaissance intérieure d’après Descartes

Descartes invente la notion moderne de conscience. Après avoir mis en doute toutes ses connaissances, il affirme l'évidence de sa propre existence, dont témoigne la conscience qu'il a de soi.  Puis il a affirmé que cette découverte n'est pas la conclusion d'un raisonnement, mais le fruit d'une expérience intérieure, faite sur soi-même.

Descartes avait aussi employé la formule célèbre: "Je pense donc je suis". Mais il a ensuite abandonné cette idée car elle n’était pas fondée sur un raisonnement logique mais juste sur une opinion, une opinion fondée sur une intuition.

  1. La pensée immédiate de la conscience

 L'intuition est une vision immédiate de l'esprit. Donc, lorsqu’on émet une intuition, on n’établit pas de raisonnement. Une intuition peut être vue comme un Lapsus. Un Lapsus est une phrase ou un mot que l’on dit immédiatement, donc comme une intuition. Cependant, la différence avec un lapsus est qu’ un lapsus on dit un mot qui n’a aucun rapport avec l’action. Ces actes comme le lapsus ou encore l’intuition sont des faits immédiatement émit de la conscience.

De nombreux scientifiques et philosophes se sont penchés sur la question : pourquoi notre conscience pousse-t-elle parfois à faire certain acte et à dire certaine chose inconsciemment.

II. Difficultés de l'analyse

  1. Les perceptions inconscientes

Grâce à la conscience, l'homme dispose d'une faculté qui lui permet d'avoir connaissance de toute son activité intellectuelle. Il s'agit d'une sorte de connaissance, qui concerne la vie psychologique du sujet lui-même.

Pour que l’être réel et l’être tel qu'il m'apparaît coïncident exactement, il faudrait d'abord qu’on n'ignore rien de ce que l’on est. Donc que la conscience que l’on a de soi-même, doit être complète donc sans qu'aucune partie de l’esprit ne soit inconsciente.

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (64.6 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com