LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

LA PHILOSOPHIE AFRICAIN

Thèse : LA PHILOSOPHIE AFRICAIN. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  4 Mars 2016  •  Thèse  •  888 Mots (4 Pages)  •  4 673 Vues

Page 1 sur 4

LA PHILOSOPHIE AFRICAINE

Introduction

L’existence de la philosophie africaine a, pendant longtemps, suscité beaucoup de controverses. L’historiographie occidentale a souvent rejeté l’idée d’une philosophie africaine en s’appuyant sur des raisons dont les principales sont liées à l’absence d’écriture et au caractère populaire, ou plus exactement, communautaire qu’on a souvent attribué à cette forme de pensée. Une conception sans auteur identifiable et qui plus est, n’est conservée que par une tradition orale ne présentant aucune garantie d’authenticité, peut-elle être considérée comme de la philosophie ? Et si les Africains disposent, comme ils le clament, d’une philosophie véritable, qu’est-ce qui les empêche de la déployer, de la mettre au jour par la production d’œuvres philosophiques que nul ne pourrait plus ignorer ? Cela n’est-il pas plus efficace qu’une sempiternelle revendication qui ne correspond qu’à un préambule qui ne fait que retarder le moment de la réflexion philosophique véritable ? Les Africains ne devraient-ils pas faire la preuve de leur aptitude à philosopher en se lançant dans la réflexion qui constitue le moteur de la philosophie ?

I- Historique d’une philosophie africaine

Pour comprendre la problématique de la philosophie africaine et ses enjeux, il nous faut remontrer, quelque peu, le cours de l’histoire et analyser les épreuves que les Africains ont subies avec la traite négrière et la colonisation. Ces deux évènements ont été accompagnés sinon même préparés par une campagne de dénigrement systématique des Noirs ; cette campagne s’est fortement appuyée sur la religion, la science et la philosophie. Bref, elle a cherché comme toute idéologie à prendre les apparences d’une vérité indubitable. Hegel ne rougit pas de dire : « Le Nègre représente l’homme naturel dans toute sa barbarie et son absence de discipline ». Ces propos seront renforcés par ceux de David Hume qui dit : « Je suspecte les Nègres et en général les autres espèces humaines d’être naturellement inférieures à la race blanche. Il n’y a jamais eu de nation civilisée d’une autre couleur que la couleur blanche (…) Sans faire mention de nos colonies, il y a des nègres esclaves dispersés à travers l’Europe ; on n’a jamais découvert chez eux le moindre signe d’intelligence ».

Face à autant de mépris, l’Afrique a réagi en cherchant, dans son histoire, dans sa culture et dans ses traditions, tout ce qui est susceptible de la réhabiliter, de lui restituer sa dignité, pour le jeter à la face de l’Europe. Dans cette optique, elle tente de se prévaloir d’une « philosophie enfouie » dont l’exhumation lui permettrait de rivaliser avec l’occident, en vue de prouver que la sagesse et la raison ne sont pas le monopole du Blanc. Cette entreprise semble avoir pour pionnier le Révérend Père Place Tempels qui tente de démontrer dans la Philosophie bantoue qu’il existe bel et bien une philosophie en Afrique et que celle-là a connu son développement bien avant l’arrivée du colonisateur. Cette ontologie vitaliste s’exprime à travers la conception du monde des Bantous, lesquels pensent que tout est doué d’âme. Selon Tempels, cette conception

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (73.5 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com