LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours De Philosophie Du Droit

Cours : Cours De Philosophie Du Droit. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  26 Mars 2017  •  Cours  •  2 127 Mots (9 Pages)  •  1 078 Vues

Page 1 sur 9

1-LA PHILOSOPHIE ET SES SOURCES

  1. Essai de définition de la philosophie

Du grec « philos » qui signifie amoureux et « Sofia » qui signifie sagesse, la philosophie signifie étymologiquement amour de la sagesse, recherche de la sagesse. Le mot sagesse a un double sens antique : pratique de la morale et savoir de la vérité. Pour accéder a cette sagesse, on se pose des questions. Des questions sur le pourquoi de tout ce qui est, le comment étant réservé aux sciences. Ainsi, brièvement et simplement, on peut définir la philosophie comme l’art de poser des questions, un perpétuel questionnement, une interrogation.

Pour Karl Jaspers, il existe 3 sources de philosophie que sont :

-l’étonnement

-le doute

-le choc

L’étonnement : interrogation vis-à-vis du monde, attitude d’ouverture, de l’enfant curieux

Ex : pourquoi ce monde est là ? Pourquoi ce monde et pas un autre ?

On qualifie cet étonnement de la philosophie de l’être

Le doute : le doute vient des constats. Entre les hommes, il y a des querelles. Le doute porte sur nos capacités de perceptions

Le choc : c’est la situation ou nous sommes déstabilisés, ou l’on fait une expérience existentielle pénible, inadmissible. Du point de vue philosophique, ce choc est surtout existentiel : on se pose la question « quel est le sens de la vie ? ». Ce choc engendre donc la philosophie existentielle. Suivant des époques, c’est l’attitude soit anthologique soit épistémologique soit existentiel. La société stable produit généralement la philosophie dite anthologique. Les époques qui ont dépassées leurs apogées et qui sont arrivées au dédain (terminal) se pose des questions épistémologiques. En temps de crise : l’ancien monde est mort, le nouveau n’est pas encore là. On pose et se pose des questions existentielles.

LA PHILOSOPHIE DU DROIT

  1. La définition de la philosophie du droit

  1. Ce que n’est pas la philosophie

La philosophie du droit n’est pas une idéologie juridique ni une utopie juridique

Une idéologie est un ensemble de croyance propre à une société ou à une classe sociale. Elle s’exprime généralement dans une doctrine politique ou sociale exprimant les actes d’un gouvernement, d’un parti ou d’une classe sociale. La philosophie du droit n’est pas une doctrine exprimant les croyances à partir desquelles on chercherait à transporter la réalité juridique ; elle cherche à comprendre cette réalité, elle peut lancer des observations critiques et proposer de nouvelles solutions juridiques

La philosophie du droit n’est pas une utopie. Utopie vient du grec « u » qui signifie sans non mure et « topos » qui signifie lieu. Utopie signifie donc sans lieu, nulle part. C’est un projet qui se réalisera. La philosophie du droit ne doit pas être un projet politique ni social irréalisable. Elle devrait rejeter l’utopie pour des raisons suivantes : aucune utopie n’a jamais été réalisée. Les utopies se heurtent à la réalité. Les utopies rejettent les hommes et préconise une espèce de surhomme comme déjà chez Platon : parfaitement intelligent… elle se propose toujours de proposer des hommes nouveaux, elle cherche a supprimer des hommes concret. Elles ont généré par exemple le génocide. Appliquées au droit, le génocide supprime le droit. Celui-ci est quelque chose d’encombrants. Les utopistes suppriment la propriété. Contre les utopies, on affirme que les juristes sont des hommes concret, ils connaissent la pratique des hommes dans leur propriété a partir des experiences par exemple sur la criminalite. Parmi les juristes, il y a eu des pro et des antiphilosophiques. Pour les premiers, il faut se poser des questions generales sur le droit. Pour les second, les interrogations générales détaillent des situations concretes

Aujourd’hui, a cause de la complexite de droit, il y a uyn recour a des questions generales car la societe ne pilote pas mieux ne doit pas être pilotée, elle s’autopilote mieux devrait s’autopiloter. D’où la necessite de s’interroger sur la pertinence des regles qui regissent la societe a l’egard de la societe sociale

  1. Ce qu’est la philosophie du droit

La recherche d’explication fondamentale des phénomènes juridiques en vue de leur meilleure compréhension. C’est une discipline avec plusieurs sous discipline. D’après NORBERTO BOBBIO la philosophie du droit comprend 3 disciplines :

- la théorie de la justice ou des valeurs juridiques (il y a un intérêt juridique). Cela suppose que les hommes ont créés un système. C’est la pratique des valeurs juridiques

-la théorie générale du droit : elle définit de grands concepts juridiques : normes, règles, notions, termes, institutions… c’est la partie plus analytique

-la théorie de la science ou methodologie juridique : elle a pour objet la decouverte, l’interpretation et la formulation des regles indépendamment de regimes juridiques concret concernant la science du droit. Ici, on fait une theorie de la pratique, on produit un métalangage. Le droit est la praccisse, la philosophie du droit est la reflection sur cette praccisse

NB : la philosophie du droit est une interrogation sur le droit, son sens, ses finalites, ses fondements et sa structure profonde. Philosopher c’est apprendre a douter, a mourir. Socrate a doutee de sa societe, a bu la ciguë  et est mort pour la transformation de sa societe. Douter est douloureux. Par son appreciation critique, la philosophie du droit doit apprendre au droit positif a douter de lui-même, a se remettre en question, a mourir a lui-même pour devenir un droit réel

  1. L’objet de methode de la philosophie du droit

L’objet de la philosophie du droit est le droit lui-même. La question philosophique sur le droit est differente de la question juridique et le droit lui-même est difficile a definir

I.1- la question philosophique et la question juridique

La question philosophique est « iud ius » qu’est-ce que le droit ? qu’en est-il du droit ? la question philosophique porte donc sur le droit. La question juridique est «iud iuris » qu’est-ce qui est le droit ? la question juridique porte porte sur le juridique

I.2-la difficile definition du droit

A propos du droit, les gens ordinaires savent  qu’il y a des regles qu’ils identifient a la constitution. Les juristes eux sont a la recherche de leur objet. Ils eprouvent d’enormes difficultes a definir le droit car celui-ci n’est pas . pour certains, il est constituee de regles, pour d’autres il est constituee de normes, pour d’autres encore, il est fait plutôt des actes, des raisonnements, des motivations, des institutions et des choses juridiques meme des choses bizarre comme des hypotheques, des servitudes. Parler du droit au sens usuel c’est parler de la regle de droit

...

Télécharger au format  txt (13.4 Kb)   pdf (76 Kb)   docx (13.7 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com