LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche Lecture Analytique Pierre de Ronsard: "Terre ouvre moi ton sein..."

Fiche : Fiche Lecture Analytique Pierre de Ronsard: "Terre ouvre moi ton sein...". Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  3 Février 2019  •  Fiche  •  908 Mots (4 Pages)  •  1 414 Vues

Page 1 sur 4

SEQUENCE N°1

L.A N°1

« Terre ouvre-moi... »

Pierre de Ronsard

Oeuvre complète : « Sur la mort de Marie » dans le « Second Livre des Amours » de 1578

Intro :  Pierre de Ronsard est un poète du XVI ème siècle, du mouvement de la Pléiade, poète majeur de la Renaissance. Dans ce poème, Pierre de Ronsard fait l'éloge de Marie, sa chère aimée qu'il a perdu.

Autres Oeuvres : Les Odes, Les Amours

Type : Sonnet en Alexandrins

Plan d'analyse : 

     I) La poésie du deuil.

                  1) L'évocation de la mort de Marie

                  2) L'appel de la mort

  1. Un hommage rendu à marie.

                  1) L'éloge.

                  2) Un témoignage de son pouvoir amoureux.

  1.  Le poème, un tombeau pour l'éternité.
  1. La reprise du mythe d'Orphée
  2. Les amoureux rapprochés par la poésie

  1. La poésie du deuil.

Ronsard évoque la mort de Marie et dans un registre élégiaque il exprime toute sa souffrance qu'elle suscite en lui.  

  1. L'évocation de la mort de Marie.

  • Mort rappellée tout au long du poème, d'abord une mort concrète :

           « Terre »  V.1  ---> matérialité de cette mort.

      -    Verbe « caché » V.2 signifie que marie s'est dérobée au regard des humains.

  • Deuxième quatrain insiste sur la souffrance en rappelant le moment fatal ou marie est morte : « le trait qui la tua » V.5
  • Côté brutal de la perte avec la mention de la Parque V.2 , qui rompt le fil de la vie. Rapidité de ce passage accentué par le passé simple « tua »
  • poème lyrique : souffrance personnelle du poète : utilisation de la première personne à toutes les formes « moi;me;mon »
  • Champ lexical de la douleur : «mon émoi » V.6 et hyperbole : « Maintenant je suis mort »

  1. L'appel de la mort.

 Idée de plainte , de prière adressée à la terre. Terre personnifiée avec des apostrophes comme au V.1 et au V.2

Terre, image d'une allégorie maternelle avec « ton sein » ( tutoiement + impératif) insistance de la demande.

Appel récurrent de passage sous terre du poète : « cache moi » ; « Je ne saurais plus vivre »

Insistance prouve l'intensité de la douleur du poète, avec enjembements et rejets « v.1/v.2 ; v.3/v.4 »

  • Verbes d'obligations « devait faire decsendre » ---> urgence de cette mort ( devoir)

Après avoir exprimé sa souffrance, Ronsard va montrer l'importance que marie avait pour lui.

  1. Un hommage rendu à Marie.

Occasion de faire l'éloge de Marie, source de bohneur pour le poète.

  1. L'éloge.

  • Début du poème, terme mélioartif « mon trésor » ---> bien précieux.
  • Beauté qui dépasse la mort : « belle cendre » (figure oxymorique)
  • Métaphore filée premier tercet qui compare Marie à la lumière : « éclairaient » V.9 ; « rayons » V.11, soleil insipensable à Ronsard
  • Opposition vie d'avant/ vie maintenant avec opposition passé/présent quatrains/tercets

     2) Un témoignage de son pouvoir amoureux.

...

Télécharger au format  txt (4.8 Kb)   pdf (51.7 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com