LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte Philippe Delerm « Aller aux mures » extrait du recueil La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules

Dissertation : Commentaire de texte Philippe Delerm « Aller aux mures » extrait du recueil La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  24 Août 2019  •  Dissertation  •  938 Mots (4 Pages)  •  240 Vues

Page 1 sur 4

                                                                       

Commentaire de texte

________________________________________________________________________________________________

   

________________________________________________________________________________

      Philippe Delerm est un auteur et romancier du XXème siècle. Le recueil de courts textes par Philippe Delerm intitulé a connu un succès en France et ailleurs lors de sa parution en 1997. C'est ainsi que dans le texte « Aller aux mures » extrait du recueil La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, Delerm raconte des faits qui ne sont pas de vrais événements, mais plutôt de courts moments de sensation ou de réflexions. Très souvent il s’agit d’un goût, d’une odeur, d’une couleur ou d’un bruit. Le temps utilisé est en général le présent. Il n’y a pas de personnages proprement dits. Nous allons donc voir dans ce commentaire de texte comment l'auteur parvient-il à nous raconter ses souvenirs. Dans un premier temps nous verrons que ce texte évoque les impressions d'automnes et enfin nous verrons que ce texte évoque les souvenirs.

I. Impressions d'automne
  1. Un Récit réel

   D'abord le narrateur mobilise les 5 sens pour rendre son souvenir plus réel. 

L'odorat : « dernière flânerie qui sent déjà l'automne» l2-3 , «fraîcheur sombre» l15. La vue : «les feuilles ont ce vert mat, profond»l8-9 , «semblent les couleurs mêmes du papier vergé» l10 , «les mures sont petites, noir brillant»l16 , «mains tachées de noir» l17 , «herbes blondes» l18, «les fougères se font rousses» l18-19, «perles mauves de bruyère» l19.

L'ouïe : «on parle de tout et de rien»l 18-19,  «les enfants se font graves, évoquent leur peur et leur désir »l20. Le goût : «dégustés aux petits déjeuners d'automne» l13 , «sorbet à la mure» l14, «consommé» l14, «douceur glacé» l14, «goûter »l16, « goût acidulé »l17

Le toucher : «cueillir des mures» l5 , «impénétrables»l8 , «s'est muni d'une boite en plastique» l11 , « on les essuie tant bien que mal sur les herbes blondes »l18.

Le temps dominant est le présent de l'indicatif. L'emploi du présent rend les souvenirs, les sensations présents, actuels et vivants. Le narrateur revit son passé grâce aux sensations présentes.

2) Un Récit nostalgique
 L'auteur fait une description précise du lieu :« même endroit »l7 , « le long de la petite route » l7 , « à l'orée du bois »l7 , « sentier des mures »l21 , « la route est toute douce, à peine vallonnée » l22 , « le petit virage aux noisetiers » l25. Puis le narrateur fait allusion à l'enfance avec le champ lexical de l'école : « la rentrée » l1 , « prof » l21 , « école » l22. En évoquant l’école et donc l'enfance l'auteur paraît nostalgique.

II. Évocation de souvenirs

1)Un quotidien intime

D'abord le récit commence par un in medias res avec le mot introducteur « c’est ». Cela permet de rentrer directement dans l'histoire et donc dans l'intimité de l'auteur.

Le temps dominant est le présent de l'indicatif. L'emploi du présent rend les souvenirs, les sensations présents, actuels et vivants. Le narrateur revit son passé grâce aux sensations présentes.

...

Télécharger au format  txt (5.7 Kb)   pdf (99.3 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com