LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Transport Maritime

Commentaires Composés : Le Transport Maritime. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  13 Juin 2012  •  9 973 Mots (40 Pages)  •  595 Vues

Page 1 sur 40

Première Partie : CONCEPTION GENERALE DU PROJET

I. CADRE PHYSIQUE DU PROJET

I.1. Définition et finalité du projet

La notion de port sec comporte deux aspects, l’aspect infrastructurel et l’aspect juridique et douanier.

1° Définition

Du point de vue infrastructurel, il s’agit d’une infrastructure portuaire constituant un relais au port maritime et érigé sur la terre ferme afin de servir de point de départ, de transit ou d’arrivée de flux de marchandises générés par le commerce international.

C’est un terminal multimodal où peuvent arriver des trains blocs ou des convois routiers et qui dispose des engins de logistique permettant de décharger et de charger des produits pour d’autres destinations.

Le port sec peut être perçu comme un prolongement du port maritime où les navires auraient pu directement débarquer les marchandises sans formalités dans le port maritime. C’est à cet égard qu’il est important de le distinguer des plates formes logistiques, des terminaux à conteneurs, des entrepôts, des gares routières et ferroviaires qui ne présentent pas cette caractéristique du port sec.

Le point de vue juridique et douanier est le plus complexe car lorsqu’un port sec est situé dans un pays enclavé il implique :

- la disponibilité du pays de transit à dispenser les marchandises de toutes les formalités au port maritime et lors du transport terrestre ;

- la disponibilité de l’opérateur de transport à émettre un document de transport multimodal couvrant la marchandise jusqu’au port sec et à partir du port sec.

L’érection du port sec devrait permettre de différer les contrôles et procédures de douane habituellement effectués dans les ports maritimes et sur les corridors.

D’où la nécessité d’une concertation entre les différents pays de la sous région car les initiatives individuelles sont préjudiciables à l’efficacité de la chaîne de transport.

2° Justification et intérêt du projet

La création des infrastructures d’assistance aux chargeurs, dont les ports secs, a été vivement recommandée aux Conseils des Chargeurs Africains lors des rencontres régionales et internationales (Table ronde de Cotonou II, Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement, Organisation Maritime des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Banque Mondiale, …).

Par de nouvelles stratégies de la promotion de la chaîne logistique nationale de transports et la facilitation des conditions de transit sur les couloirs d’évacuation et d’acheminement des produits congolais, l’Office de Gestion du Fret Multimodal voudrait répondre à cette préoccupation des instances internationales par la création d’infrastructures en faveur des chargeurs de la République Démocratique du Congo.

Le projet d’aménagement d’un port sec à KASUMBALESA s’inscrit dans le cadre de la recherche des voies et moyens en vue de solutionner la problématique d’engorgement de la zone neutre à la frontière entre la RDC et la ZAMBIE.

En effet, au cours de cette dernière décennie, le trafic sur les corridors Central et Sud a connu une évolution sensible tant à l’import qu’à l’export.

Dans de nombreux pays, les ports secs servent essentiellement à décongestionner les ports maritimes plutôt qu’à promouvoir le développement de l’arrière-pays. La capacité de trafic conteneurisé est un élément pertinent à prendre en compte pour prévoir le nombre de ports secs à initier, bien plus pertinent que des indicateurs de production tels que le PIB.

3° Objectifs du projet

• Objectif spécifique

Le port sec à aménager à KASUMBALESA, outil de rationalisation et de facilitation des chaînes de transport, vise à désengorger la zone neutre à la frontière entre la RDC et la ZAMBIE.

• Objectifs généraux

En termes d’appui à l’assistance aux activités des chargeurs, cette infrastructure aura l’avantage de :

- sécuriser les marchandises par la mise en place des techniques et équipements appropriés pour les opérations de manutention, de stockage, de livraison, etc

- réduire les coûts et la durée d’acheminement des produits à travers un pôle unique qui regroupe tous les intervenants ;

- faciliter le recouvrement et accroître les recettes des organismes publics et du Trésor Public ;

- permettre un meilleur contrôle du fret et la maîtrise des statistiques du volume des échanges nationales, ce qui constitue un outil stratégique de décision sur le plan de la politique économique ;

- assurer la régularité et la fluidité du circuit des importations et exportations entre la RDC et les pays de la région ;

- réduire les tracasseries administratives et policières ;

- rationaliser l’utilisation des capacités de camions et boîtes vides pour les cargaisons destinés à l’exportation ;

- offrir des aires de stockages à la marchandise;

- simplifier les procédures par l’installation du Guichet Unique et la réduction des délais de traitement et de mise à disposition des marchandises ;

- stimuler la productivité de la chaîne logistique par la programmation des convois et la négociation des tarifs et autres conditions de transport ;

- encourager la promotion d’une industrie locale de transport qui aura le contrôle des segments routiers KASUMBALESA - LUBUMBASHI, KASUMBALESA - LIKASI.

I.2.

...

Télécharger au format  txt (64 Kb)   pdf (551.8 Kb)   docx (43.1 Kb)  
Voir 39 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com