LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Violence Conjugale

Dissertation : Violence Conjugale. Recherche parmi 275 000+ dissertations

Par   •  2 Juin 2013  •  Dissertation  •  658 Mots (3 Pages)  •  1 704 Vues

Page 1 sur 3

La violence conjugale est un phénomène omniprésent dans notre société actuelle. En effet, chaque année, des milliers d’individus sont victimes de violence conjugale de la part de leur partenaire. Cependant, il ne faut pas croire que ce phénomène social est récent. En fait, l'homme a presque toujours été perçu comme l'individu dominant dans le couple. C'est justement pourquoi les femmes sont les victimes les plus fréquentes de violence conjugale. Bien que ce phénomène touche davantage les personnes de sexe féminin, on répertorie également certains hommes qui en sont victimes, même si ceux-ci sont loin de faire la majorité.

L’image de la famille a énormément évolué au cours des années. En effet, dans les sociétés préindustrielles, la famille était complètement l’opposé si on la compare avec une famille moderne. À cette époque, les cellules familiales se basaient sur le modèle traditionnel, tandis qu’aujourd’hui, elles se basent sur le modèle égalitaire. Jusque dans les années 1960, la grande majorité de celles-ci reposaient en quelque sorte sur « les épaules » du père. C’est lui qui était le seul et unique pourvoyeur de la maison, qui détenait le « pouvoir » et qui était considéré comme le propriétaire de l’entreprise familiale. Le père était également considéré comme étant le propriétaire de sa femme et de ses enfants : il est l’unique décideur du présent et de l’avenir de tous les membres de la famille, sans exception . Avec un excès de pouvoir de la sorte, il est pratiquement inévitable que la famille en tant que telle vive des problèmes de violence conjugale. En effet, quand on prend conscience que la position du fils aîné est plus importante que celle de la mère par exemple, il est évident que la femme du couple subissait de la violence conjugale, peu importe de quel type il s’agissait (verbale, physique, économique, psychologique, sexuelle). On ne peut toutefois associer de chiffres à ce constat puisqu’il n’y avait pas, ou très peu de rapports émis aux autorités. Les victimes avaient souvent très peur des conséquences qu’un tel geste aurait sur eux et craignaient de briser l’image de la famille.

De nos jours, ce phénomène ne s’est pas résorbé pour autant. En effet, on voit encore beaucoup de cas de violence conjugale. Par exemple, en 2007, 17 343 signalements ont été faits à la police . Comme avant, les femmes sont encore les principales victimes. En effet, parmi ces signalements commis, 83% des victimes étaient des femmes, tandis que 17% étaient des hommes . Toujours dans la même année, ce serait dans le groupe des personnes ayant entre 18 et 39 ans que ces actes de violence auraient été les plus fréquents .

Il est inquiétant de voir que, même avec les changements de mentalités et les efforts apportés pour contrer la violence conjugale, le nombre de cas rapportés reste relativement le même, et ce, à chaque année. En effet, à titre comparatif, il y eut 17 321 infractions contre la personne dans un contexte conjugal en 2008 . De plus, presque la majorité de ces victimes (43%), soit 14 242 femmes et 3079 hommes, ont été blessées lors de l’infraction . C’est donc un phénomène alarmant que nous vivons présentement. La violence conjugale, toutes formes confondues, n’est pas sur le point de disparaître puisque les statistiques à ce

...

Télécharger au format  txt (4.1 Kb)   pdf (65.9 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com