LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Pratique de Mr A: sa toilette

Mémoires Gratuits : Analyse De Pratique de Mr A: sa toilette. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  22 Mai 2013  •  558 Mots (3 Pages)  •  1 218 Vues

Page 1 sur 3

Analyse de Pratique n°1

Je suis actuellement en stage en médecine à l’hôpital Roger Salengro au pôle néphrologie. Il y a donc beaucoup de patients insuffisants rénaux et de patients dialysés. Certains patients ont une perte d’autonomie et sont donc dans l’incapacité de réaliser leur toilette entière seuls.

Lors d’un poste du matin je suis donc allée faire la toilette de Mr A avec l’aide soignante. Mr A est un homme de 78 ans, il est veuf et a 2 fils. Il est insuffisant rénal et dialysé. Il a du mal à s’exprimer et à se mobiliser. Quand nous sommes arrivées dans sa chambre, Mr A s’était rendormi suite au petit déjeuner. L’aide soignante s’est donc occupée de le réveiller pendant que je préparais tout le matériel nécessaire.

J’ai commencé à lui laver délicatement le visage, c’est à ce moment qu’il s’est mis à hurlé. On ne savait pas pourquoi, je l’avais à peine touché et je me suis tout de suite dit que j’avais fait quelque chose de mal. J’ai demandé au patient ce qui n’allait pas, mais il n’a pas su me l’exprimer, il criait tout simplement. J’ai regardé l’aide soignante pour savoir quoi faire, avec un signe de tête elle m’a fait comprendre de continuer la toilette. J’ai donc continué en prenant toute mes précautions vis-à-vis du patient pour ne pas lui faire de mal. Je continuais donc de le laver et lui continuais de crier. Je remarqué qu’il criait plus quand je touchais le bras gauche que pour le reste. Je continuais de lui demander ce qui n’allait pas, ou si je lui faisais mal. Il m’a enfin répondu quelque chose de concret en me disant : « c’est terrible, j’ai mal ! ». Je lui ai donc demandé de me faire savoir à quel endroit il avait mal, et je n’ai eu comme réponse que « partout ». C’était très difficile d’évaluer la douleur réelle de ce patient car selon l’équipe soignante il n’était pas lui-même depuis quelques jours. Etant nouvelle dans le service (c’était mon deuxième jour) je n’avais pas connu le patient avant qu’il soit dans un tel état. L’aide soignante m’a toujours dit de continuer la toilette mais d’essayer de faire le plus vite possible pour éviter de faire souffrir le patient trop longtemps. J’ai fini sa toilette tout en lui répétant que j’essayais de me dépêcher, sans non plus bâcler mon travail.

Lorsque j’ai fini je lui ai dit que je ne l’embêterai plus, il m’a regardé et dit merci. Je lui ai demandé pourquoi il me remerciait et il m’a répondu « d’avoir continué à me laver même si j’avais mal ».

J’ai vraiment été étonnée par les cris que ce patient poussé pendant sa toilette. J’étais gênée et perturbée mais je devais le laver. J’ai bien sûr rapporté les cris de douleurs aux infirmières qui ont vu avec le médecin de quoi il s’agissait. Après la visite du médecin et quelques discussions avec les infirmières celles-ci m’ont juste dit que Mr A était très algique mais elles ne savaient pas pourquoi. Elles m’ont confirmé que les soins de confort et d’hygiène, même s’il lui faisait mal lui faisait aussi beaucoup de bien. Ce patient a ensuite était transféré aux soins intensifs je n’ai donc pas pu savoir ce qu’il avait réellement, ce qui est vraiment très frustrant.

...

Télécharger au format  txt (3.3 Kb)   pdf (55.3 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com