LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Travail noté 1

Dissertation : Travail noté 1. Recherche parmi 224 000+ dissertations

Par   •  27 Mai 2019  •  Dissertation  •  2 456 Mots (10 Pages)  •  25 Vues

Page 1 sur 10

Les fusions en santé

[pic 1]

http://www.sudsantesociaux.org/le-ght-une-reforme-de-l-hopital.html

Table des matières

Introduction du système de santé…………………………………………………………………………………………….. 4

Le contexte 4-6

Les causes6

Les protagonistes 7

Les enjeux 7-8

Les stratégies 8-9

Les conséquences des stratégies 10

Bibliographie 11-12

Introduction du système de santé

Au 19e siècle, les municipalités, les paroisses et les communautés religieuses subvenaient au besoin des malades par de l'argent venant du gouvernement et par des dons. Les communautés religieuses engageaient et formaient le personnel médical. C'est en 1834 que la première Hôpital fondée par l'état est construite. C'est le début de la gestion par l'état. Au cours des années suivantes, plusieurs comités et unités ont été créés ou remplacés. C'est à partir de 1961 que les soins hospitaliers deviennent gratuits. La charge économique est maintenant dans les mains du gouvernement. C'est en 1969 que l'assurance maladie est créée. Déjà en 1963, des comités d'évaluation sont dépêchés pour formuler des recommandations. En 1974, le ministre se rend compte qu'il manque d'uniformité au sein du système de santé. Le pouvoir est centralisé au sein des comités administratifs. C'est en 1982 qu'on ressent déjà les compressions budgétaires. En 1985, le gouvernement fait appel à une autre commission d'enquête pour formuler d'autres suggestions pour améliorer le système. Au milieu des années 1990, les fusions débutent en vue d'améliorer les soins à la population. En 2000, le gouvernement créer une autre commission d'étude pour trouver d'autres solutions aux problématiques (Québec, 2009). Par la suite, d'autres fusions ont été réalisées et l'on est maintenant rendu avec 37 centres fusionnés et un pouvoir qui est censé être décentralisé, mais qui est passé aux mains du ministre (Chassin, 2016).

Le contexte

Le contexte de changement dans les années 2015 qui accompagne la nouvelle loi 10 du ministre de la Santé Dr Barrette est parsemé de difficulté à plusieurs niveaux. Le changement touche le niveau du macrosystème puisque le changement est induit par l'environnement qui correspond aux lois et aux instances gouvernementales (Richard, Maltais, Bourque, Savard, & Tremblay, 2008). À ce moment, le système de santé n'est pas nécessairement en crise, mais les dépenses continuent d'augmenter et le ministre veut trouver une solution rapide pour diminuer les conséquences économiques. La loi 10 réduit la taille du réseau de la santé en supprimant des postes de cadre ce qui est supposé créé des économies (Archambault, 2015). Un changement sur une longue période est privilégié en tenant compte de la complexité du système. Il devrait s'étendre sur une période d'environ 10 ans. Les organisations n'ont pas encore finalisé le dernier changement de 2003 alors qu'ils doivent faire des changements à nouveau (Le Blanc, 2018). Le changement qui a été fait est assez important. Bien sûr, la base du système est restée la même, mais les instances ont dû faire beaucoup de réorganisation. Durant le changement, les soins apporter au patient doivent être les mêmes et aucune activité concernant les soins ne doit être cessée. Le système de santé comporte différent groupe de professionnel et différent type d'appartenance au système de santé. Par exemple, les médecins qui ne sont pas des employés du système. Le changement ne touche donc pas tout le monde de la même manière. Plusieurs personnes sont présentes dans l'organisation pour réussir le changement. Des équipes peuvent être mandatées pour réaliser un changement. Dans le cas des fusions, le changement est réalisé par le gouvernement et le ministre et non par les équipes terrain de l'organisation. L'organisation a investi du temps pour la réalisation de ce changement. Malgré l'objectif d'économiser de l'argent, la nouvelle loi aura certainement couté du temps et de l'argent à l'organisation (Mariette, 2016). Je crois que les employés ne voyaient pas l'utilité d'apporter ce changement. L'idée de cette nouvelle loi venait du ministre et non des employés du système. Cela a donc été difficile pour toute l'organisation puisqu'elle ne voyait pas l'utilité et les retombées positives de ce changement. Les employés de l'organisation n'avaient malheureusement pas le pouvoir pour empêcher ce changement (Provost, 2018). L'organisation est de type professionnelle, mais celle-ci tant aussi vers l'entrepreneuriale puisque la centralisation du pouvoir est plus marquée et qu'il y a un sommet stratégique (Mintzberg, 2004).

Les causes

Une des causes est l'augmentation du coût du système de santé. Avec des factures qui ne cessent d'augmenter, le ministre Barrette a voulu trouver une façon de les diminuer tout en augmentant la qualité des services offerts au patient (Roy & Cossette, 2015). L'augmentation des coûts est causé par plusieurs changements. Le développement de la technologie augmente le prix du matériel que doit posséder l'établissement. L’avancer rapide de la technologie oblige les établissements a ce munir préférablement rapidement des nouvelles technologies. L'avancé en pharmacologie occasionne de grosses dépenses dans le système de santé. Les médicaments qui sont payés par l'assurance médicament coutent très cher au gouvernement. Le vieillissement de la population est aussi une cause de l'augmentation des coûts. Les personnes âgées vivent plus vieilles avec plus de maladie ce qui nécessite plus de soins (Beaulieu, 2018). Le vieillissement des baby-boomers entraine une augmentation des placements en centre d'hébergement ce qui augmente par le fait même les coûts de transfert. Une autre cause du changement serait le désir de pouvoir. La loi 10 a centralisé le pouvoir aux mains du ministre qui maintenant choisit les PDG et les membres du conseil. Cette nouvelle loi apporte un changement majeur dans la façon de faire. Puisque le PDG est nommé par le ministre, il doit respecter qu'il découle du ministre et ses réalisations sont plus surveillées et restreintes (Allaire & Nadeau, 2017).

Les protagonistes

Je crois qu'une des raisons qui pousse à vouloir initié des changements, ce sont le côté économique. Le système de santé ne fonctionne pas comme une entreprise ou l'on évalue les gains financiers par rapport au cout. Le système de santé est payé par le gouvernement et cet argent vient des citoyens. L'augmentation des couts remet en question certains principes qui poussent les dirigeants à vouloir sauver de l'argent. La fusion des établissements a supprimé des postes de cadres qui coutaient cher, mais est ce qu'elle entrainera des économies à long terme. Je ne suis pas sûre de la réponse. Les fusions des années antérieures n'avaient pas montré de bénéfice et pourtant le ministre a poursuivi une stratégie qui ne semblait pas fonctionner (Le Blanc, 2018). La recherche de pouvoir et l'atteinte d'objectif sont aussi toutes deux de grand motivateur au changement. Le mot clef du dernier changement a été coupure. Le ministre a éliminé une strate de décideurs, mais aussi du personnel administratif. Pourtant le personnel administratif avait été mis en place des années auparavant pour que les professionnels se concentrent sur leurs tâches. Les coupures n'apportent pas nécessairement des économies et même le contraire (Mariette, 2016).

...

Télécharger au format  txt (17.2 Kb)   pdf (395.6 Kb)   docx (287.1 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com