LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

APP psychiatrie

Étude de cas : APP psychiatrie. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  15 Février 2021  •  Étude de cas  •  935 Mots (4 Pages)  •  57 Vues

Page 1 sur 4

Cette unité accueille des patients atteints de troubles psychiatriques divers (schizophrénie, dépression, troubles bipolaires… ), et dispose de 20 lits . La situation de soins que j’ai choisi d’analyser se déroule lors d’une après-midi dans le service, lors de ma deuxième semaine de stage. Cette analyse me permet de travailler en particulier les compétences 4 (« Mettre en œuvre des actions ? visée diagnostique ou thérapeutique ») et 7 (« Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle »).

L’équipe soignante doit parfois effectuer des soins pour des patients qui ont interrompu leurs traitements, ils  disposent d’une injection intramusculaire de neuroleptiques à action prolongée, ou injection retard. Ces thérapeutiques sont alors à administrer de façon régulière. Les patients ayant besoin de neuroleptiques sont la plupart du temps atteints de psychose chroniques comme la schizophrénie, les thérapeutiques sont utilisées pour leurs effets tranquillisants, anti-délirants et contre la désorganisation des pensées. La mise en place de l’administration de neuroleptiques par injection retard a plusieurs Intérêts, intérêts, et notamment celui de faciliter l’observance des patients, qui n’ont plus besoin de prendre ces médicaments per os, Il y a donc un meilleur suivi de l’évolution de leur pathologie.

Vers 15h, L’infirmière vient me trouver et me dit que j’aurais à « piquer Me T qui est arrivé » et que « l’ordonnance est sur la paillasse b. Ma première réaction est l’étonnement, car je ne connais pas ce patient, ni la raison de sa venue, ni quelle thérapeutique je dois lui administrer. Puis je pense aussi au fait que je n’ai pas fait beaucoup d’injection intramusculaire jusque-là.

questionnements : quel va être le comportement du patient de psychiatrie au moment de réaliser l’injection intramusculaire, comment est-il, quelle est son histoire, peut-il être agressif ? comment pourrais je administrer sans connaitre avec efficacité ?

comment ca se fait je n’ai pas poser de question ?

A ces questionnements s’ajoutent mes propres appréhensions et représentations de la psychiatrie en général, je vais devoir faire attention à ce que je dis, anticiper sur les comportements possiblement violents du patient… À ce moment, je pense peu au patient en tant que personne, mais surtout à la façon dont va se passer le soin. Je me rends compte maintenant que cela est dû au manque d’informations que j’ai eu et à la rapidité avec laquelle les choses se sont déroulées.

Une fois la prescription vérifiée, et les dates de péremption contrôlées, je prépare le produit à injecter. Il s’agit d’un neuroleptique à reconstituer, la boîte contient tout le nécessaire : seringue pré-remplie, flacon contenant la poudre à reconstituer, set de transfert et 2 aiguilles (l’une pour le fessier, l’autre pour le deltoïde). Après m’être désinfecté les mains à l’aide d’une solution hydro alcoolique, j’adapte le set de transfert au flacon, puis la seringue au set de transfert.

Je transfert alors le contenu de la seringue dans le flacon, veille à ce que toute la poudre soit bien dissoute, puis rempli la seringue avec le contenu du flacon. Je désadapte le set de transfert, et adapte l’aiguille la plus courte à la seringue. Je trie les déchets, puis me désinfecte les mains. Je prépare ensuite un plateau contenant le nécessaire au soin : une paire de gant, le produit à injecter, des compresses imbibées d’alcool modifiée, un pansement. Je prépare également le matériel nécessaire à la prise des constantes du patient. Maintenant que tout mon matériel est prêt, je peux aller chercher Mr T.

...

Télécharger au format  txt (6 Kb)   pdf (38 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com