LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche technique - Définitions de la Nation

Fiche : Fiche technique - Définitions de la Nation. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  30 Janvier 2016  •  Fiche  •  1 761 Mots (8 Pages)  •  371 Vues

Page 1 sur 8

Conférence de méthode d’Études Politiques

Camille Bedock

Fiche technique : Définitions de la nation

  1. Etymologie

Le mot « nation » vient du latin nascio ou natio, qui signifie « naître ».

  1. Définitions
  1. Nation :
  • Benedict Anderson, la nation est « Une communauté politique imaginaire, et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine. Elle est imaginaire parce que même les membres de la plus petite des nations ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens (…), bien que dans l'esprit de chacun vive l'image de leur communion. »
  • Cependant, plusieurs définitions existent. Pour Marx, la nation est une « catégorie transitoire qui correspond à la nécessité du développement du capitalisme et dont particularités et contrastes s’effaceront pour disparaître radicalement avec l’avènement du prolétariat au pouvoir. »
  1. Termes connexes :
  • Bresser-Pereira écrit dans le NAÇÃO, ESTADO E ESTADO-NAÇÃO : « Dans chaque État-nation ou État national, il y a une nation ou une société civile, un état et un territoire. Tant la nation et la société civile sont la société politiquement organisée, la société comme un acteur politique avec ses croyances et ses valeurs. Une nation est une société qui partage un destin commun et atteint ou est en mesure de se doter d'un Etat dont la sécurité ou l'autonomie nationale et le développement économique sont ses principales objectives ; la société civile est la société politiquement organisée qui est principalement motivée par la garantie des droits civils et des droits sociaux. L'État est le système constitutionnel-légal et l'organisation qui l’assure ; c’est l’organisation ou l’appareil formé par les politiciens et et les bureaucrates et les militaires qui a le pouvoir de légiférer et imposer et le propre système juridique qui est le résultat de cette activité. Enfin, l'État-nation est l'unité politique-territoriale souveraine formé par une nation, un Etat et un territoire. 
  • L’État-nation - "L'Etat-nation est un domaine dans lequel les frontières culturelles se confondent aux frontières politiques. L'idéal de l'Etat-nation est que l'Etat incorpore les personnes d'un même socle ethnique et culturel. Cependant, la plupart des Etats sont polyethniques. Ainsi, l'Etat-nation "existerait si presque tous les membres d'une seule nation étaient organisés en un seul Etat, sans autres communautés nationales présentes. Bien que le terme soit souvent usité, de telles entités n'existent pas" (UNESCO)
  • Nationalisme - Mouvement politique d'individus qui veulent imposer la prédominance de la nation à laquelle ils appartiennent dans tous les domaines.

  1. La portée historique
  • Dès le début de l'époque moderne, le concept « nation » n’a été utilisé dans son sens contemporain. En RI, on a fréquemment prédisposition à employer le traité de Westphalie (1648) pour parler d’existence d’États Nations, puisqu’il fait naître, un monde qui, désormais, fait des États le mode d’organisation politique dominant, dans le système international, en définissant les principes normatives centrales – la territorialité, la souveraineté, l'autonomie et la légalité .
  • Toutefois c'est le XIXème siècle que donne vrai intérêt au concept. Il se vérifie une émergence des sentiments "nationalistes" avec les grandes conquêtes de Napoléon en Europe. En Prusse, pour se révolter face à l’autorité napoléonienne, l'unité du peuple allemand est invoqué, comme le montre le Discours à la Nation Allemande de Fichte, en 1806. L'exaltation du sentiment national a provoqué la guerre franco-allemande de 1870, et notamment le conflit de 1914, en parlant de la dispute de la France et l'Allemagne pour l'Alsace-Moselle, sob conceptions différentes.
  • On peut dire que la nation moderne, tel que la démocratie qui l’est associée est un produit de la révolution bourgeois, de l’indépendance de l’Hollande contre l’Espagne dans le siècle XVI, en passant par les révolutions anglaises de 1640 et de 1688, et culminant à la fin du siècle XVIII avec l’indépendance des États-Unis et, principalement, avec la Révolution Française, en invoquant uniquement la nation comme force mobilisatrice, (L’ancien régime -> Modernité)
  • Au niveau international, la nation est reconnue après 1918, par le « droit des peuples à disposer d'eux mêmes » ou « le droit à l’autodétermination » basée sur la conception française de l’idée de Nation, via la SDN (Société des Nations) lors de sa création. On assiste à la fragmentation des Etats et royaumes et à l’apparition d’un bon nombre d'Etats-nations... Ou de nations qui réclament le droit de décider de leur sort, en faisant de tout le XXème siècle, un siècle de revendications de ce type.
  1. Deux modèles pour penser le conception d’idée de Nation

« Pour les Français, le ciment des nations, c est la volonté de vivre ensemble en partageant des valeurs communes. Dans la tradition allemande, en revanche, la communauté est inséparable de la naissance et de la langue. » L'explosion des nationalismes - par Michel Winock dans mensuel n°201 daté juillet 1996 à la page 8

  1. Modèle civique - Française

  • Qu'est-ce qu'une nation ?, confèrence de l’historien Ernest Renan, en 1882
  • « L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de la vie

Il émerge ainsi une interprétation contractualiste de la nation, basée sur cette notion de plébiscite quotidien.

...

Télécharger au format  txt (12 Kb)   pdf (360.8 Kb)   docx (482 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com