LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Peut-on rire de tout ?

Dissertation : Peut-on rire de tout ?. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  31 Janvier 2018  •  Dissertation  •  1 968 Mots (8 Pages)  •  289 Vues

Page 1 sur 8

Français - Dissertation

« Peut-on rire de tout? »

     Le rire est par définition la manifestation d’une gaité soudaine par l’expression du visage et par certains mouvements de la bouche et des muscles faciaux. « Rire » c’est une expression universelle, un réflexe qui, de prime abord, inspire la joie et la bonne humeur. Il est  propre à l’humanité et n’a cessé d’exister et d’évoluer à travers les siècles. D’abord condamné par l'Eglise, puis défendu par les philosophes, le rire est le disciple du bonheur inconditionnel. Mais comme toute chose humaine, le rire n’a-t-il pas des vices cachés? N’existe-t-il pas des rires déplacés qui parfois traduisent une certaine obscénité de l’esprit ? Pouvoir rire de tout est-il à la portée de tout le monde ? Est-ce une compétence de l’homme que d’être capable de rire sur n’importe quel sujet ?

     Effectivement, l’homme peut rire de tout car, en démocratie, dans un état dont le régime est basé sur les libertés individuelles, d’expression et de pensée, l’homme peut exprimer ses émotions librement et sans contrainte, sur quelque sujet que ce puisse être, et sans aucune limite. Le rire étant une sorte d’expression, personne ne peut être puni pour l’avoir utilisé, car il s’agit d’un droit acquis au seins du gouvernement. Il a dés lors la capacité légale de le faire. D'ailleurs, le rire n'atteint pas à la liberté des autres et donc, ne nuit pas aux règles et aux normes sociétales :   «La liberté de l'un se termine là où la liberté de l'autre commence»*.

*D’Alexandre de Lameth - cf. Rials,

 La ddh et du citoyen,

Hachette/Pluriel, 1988, p.224

Notamment, Charlie Hebdo a toujours été libre de publier ses articles humoristiques, de se moquer, de rire de tout. Que ce soit la religion, la politique, les cultures, il n’y a pas un sujet dont cette entreprise de rédaction ne pourrait rire car rien ne le lui interdit. Si demain je décidais de rire à propos de la 1ère Guerre Mondial, je serais en droit de le faire sans que quiconque ait son mot à dire là- dessus. Le droit de veto sur l’humour n’est pas à l’ordre du jour et jusqu’à présent nous sommes libre de rire à gorge déployée autant que cela nous plait et sur les sujets que l’on désire aborder.

     Deuxièmement, nous pouvons, mais plus important encore, nous devons rire de tout. Le rire ne serait pas à contrôler car il est bon pour la santé, il permet de lutter contre le stress, d’arriver à un état de bien être, un Nirvana. Il est le remède contre la morosité. Il désarme l’esprit du sérieux; c’est l’arme ultime contre la bêtise et la sottise humaine. Chacun d’entre nous a déjà enduré des épreuves

psychologiques, passagères ou importantes, et s’est déjà senti triste ou déprimé. Pouffer, rigoler, se moquer, s'esclaffer, se tordre, glousser, ricaner, ce sont des techniques pour nous évader, fuir ces situations désagréables et ainsi ressentir du bien-être. C’est une solution accessible à tous qui revitalise notre corps et notre esprit dans les moments difficiles. Qui ne souhaite pas pouvoir s'évader de temps en temps par le rire? Nous avons besoin de cette fantaisie, de cette gaité simple et gratuite. Ce pouvoir de faire rire sans choquer, sans condition. Entre autres, rire nous permet de détendre nos muscles et d’oxygéner notre cerveau, nous aidant à mieux nous relaxer. Lorsque nous rions, notre corps sécrète des endorphines, des hormones qui réduisent la production de l’adrénaline   générée   par  le  stress.   Cette   thérapie   par  le  rire,

appelée aussi « rigologie » est utilisée et reconnue par les médecins et les chercheurs qui ont étudié le sujet. Elle a été crée en 2002 par Corinne Cosseron et a aidé beaucoup de personnes à travers le monde. Le rire n’est pas a limité car c’est un atout pour la santé.

     Ensuite, pouvoir rire de tout, c'est également rassembler les communautés en étant conscient d'utiliser la dérision, c'est un acte purement social. Le rire paraît d’autant plus échapper à tout contrôle qu’il est communicatif, il permet de créer des liens entre les individus dans une atmosphère joyeuse et conviviale. Le rire fait partie des conventions sociales humaines. D’ailleurs, l’homme ne rit que de ce qui a un caractère humain. S’esclaffer devant un paysage ne rimerait à rien, l’homme rit de lui même, de ce qu’il a créé, ou bien même d’un animal ayant un comportement humain. Rire entre nous nous rapproche. On peut ne pas connaître toutes les langues mais le rire est universel, présent en chaque individu peu importe le lieu, l’époque, la culture ou la religion. Rire de l'autre, rire avec l'autre favorisent un décentrement productif, induisant une exploration du monde autant que de soi-même. Lorsque la personne qui se tient devant vous n’est pas à l’aise, car vous ne vous connaissez pas assez bien, ou même pas du tout, une boutade, une plaisanterie réchauffe directement l’atmosphère et la communication se fait plus facilement. Faire preuve d’humour pour faire connaissance avec les gens facilite le contact. Il est plus aisé de partager un moment avec une personne amusante qu’avec une personne morne et renfermée.  

     Au final, il apparaît clairement que rire de tout est idéal pour l’homme, autant pour sa santé physique que mentale, mais aussi pour créer des relations solides avec le reste du monde. Il en a la capacité et le mobile. Toutefois, l’humour reste subjectif et certains sujets sont dits tabous en société. Le rire n’a-t-il dans ce sens pas de limite? Y a-t-il des sujets qui sont incompatibles avec l’humour? Et est ce dans la capacité des humains de rire de tous les sujets qui existent dans le monde et de tous les connaitre?

...

Télécharger au format  txt (11.9 Kb)   pdf (136.5 Kb)   docx (741.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com