LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Blaise Pascal et le jansénisme

Étude de cas : Blaise Pascal et le jansénisme. Recherche parmi 258 000+ dissertations

Par   •  12 Mars 2018  •  Étude de cas  •  1 801 Mots (8 Pages)  •  778 Vues

Page 1 sur 8

BLAISE PASCAL ET LE JANSENISME

Blaise Pascal, né le19 juin 1623 à Clermont (aujourd'hui Clermont-Ferrand), en Auvergne, mort le 19 août 1662 à Paris, est un mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste et théologien (l'idée de Dieu)  français. Après une expérience mystique « La Nuit Du Feu »Ces quelques lignes où Pascal exprime sa conversion à la personne de Jésus-Christ qu'il éprouva en novembre ,1654 il se consacre à la réflexion philosophique et religieuse, sans toutefois renoncer aux travaux scientifiques. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, publiées seulement après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire, alors qu’il a été longtemps malade (sujet à des migraines violentes en particulier). 

D’un point de vue biographique, deux influences de base le guident vers sa conversion : le jansénisme et la maladie. On peut don se demander quel a été le lien entre Blaise Pascal et le Jansénisme. Nous verrons comment il est passé de « libertin » à limite « jansénite ».

Blaise Pascal avait une sœur au nom de Jacqueline Pascal. C'est une poétesse et religieuse janséniste française.

Son père s’oppose d’abord à sa vocation, mais Jacqueline entre à Port-Royal, un couvent, peu après le décès de ce dernier, le 4 janvier 1652 et fait profession dès le 5 juin1653, sous le nom de Jacqueline de Saint-Euphémie. Elle a alors une grande influence sur sa famille, en particulier sur son frère Blaise, alors mondain, brillant, mais qui ressent un « grand mépris du monde » : ce dernier se rapproche des jansénistes et se place sous la direction spirituelle d'Antoine Singlin un ecclésiastique français membre de la communauté jansénites de Port-Royal Des Champs .

 En 1646, le père de Pascal s’est démis la cuisse en tombant sur la glace, il est soigné par deux médecins jansénistes , disciples de Jean Duvergier de Hauranne (abbé de Saint-Cyran) qui introduisit le jansénisme en France23. Blaise parle fréquemment avec eux durant les trois mois du traitement de son père, il leur emprunte des livres d’auteurs jansénistes, enthousiasmé en particulier par Le Discours de la réformation de l'homme intérieur écrit par Cornelius Jansen en 1628, dont il ressort si vivement marqué qu'il communique son admiration à ses proches, certains affirmant donc que ce fut là la date de sa « première conversion ». Il est fortement marqué par leur témoignage. Par eux, Dieu l’appelle. Il répond en se donnant à Lui, il communique sa ferveur à ses proches, et Jacqueline jusqu’alors écartelée entre l’amour de Dieu et le monde où elle brille veut devenir religieuse. Ce n’est pas une conversion ; selon le mot de Jacqueline c’est un Progrès. Dans cette période, Pascal vit une sorte de « première conversion » et commence, au cours de cette année, d’écrire sur des sujets théologiques. Toute sa famille se met à « goûter Dieu » avec lui.

 Son père meurt en 1651 et Pascal prend possession de son héritage et de celui de sa sœur Jacqueline. Le 4 janvier 1651, en dépit de l’opposition de son frère, Jacqueline entre à Port-Royal de Paris. Légalement, elle perd ses droits civiques. Pascal se coupe de Port-Royal pendant deux ans et neuf mois, sauf quelques entrevues orageuses avec sa sœur. L’entrée de sa sœur au couvent déclenche chez Pascal une dépression. Les médecins lui conseillent de se marier, de prendre une charge. Pascal s’y oppose, les médecins insistent. Finalement Pascal accepte et fait des démarches dans ce sens.

Il aurait pu, marié, garder sa fidélité à Dieu comme les deux infirmiers, comme Monsieur Gaston de Renty dont il a lu la vie écrite par Saint-Jure un jésuite, mais il comprend vite que ce n’est pas sa voie. En septembre 1652, il part à Clermont-Ferrand où Florin vient d’acheter Bienassis avec son beau château. Il y restera huit mois.  Pascal retrouve Blaise Chardon son cousin et ami d’enfance qui est religieux. Pascal fait une première retraite qu’attestera sa sœur et il lit Jean de la Croix. Il découvre la contemplation et devient mystique. Il finit par se marier en homme riche et libre mais il devient complètement différent .

Jacqueline lui reproche son libértinage et prie pour qu’il change de vie. Durant les visites à sa sœur à Port-Royal en 1654, il montre du mépris pour les affaires du monde mais il n’est pas attiré par Dieu. Le 23 novembre 1654, entre dix heures et demie et minuit et demi, Pascal a une intense vision religieuse qu’il écrit immédiatement pour lui-même en une note brève, appelé le « Mémorial » en littérature, commençant par :  « Feu. Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob, non des philosophes et des savants… » et qu’il conclut par une citation du Psaume : « Je n’oublierai pas tes enseignements. Amen. » Il coud soigneusement ce document dans son manteau et le transfère toujours quand il change de vêtement ; un serviteur le découvrira par hasard après sa mort.

Pendant sa vie, Pascal a souvent été considéré par erreur comme un libertin et, plus tard, il a été tenu à l’écart comme une personne n’ayant eu une conversion que sur son lit de mort. Sa croyance et son engagement religieux réactivés, Pascal loge dans le plus ancien des deux couvents de Port-Royal pour une retraite de quinze jours en janvier 1655 . Pendant les quatre années suivantes, il fit régulièrement le voyage entre Paris et Port-Royal des Champs. Le jansénisme est une doctrine théologique à l'origine d'un mouvement religieux, puis politique et philosophique, qui se développe aux 17è et 18è siècles, principalement en France, en réaction à certaines évolutions de l'Église catholique et à l'absolutisme royal.

...

Télécharger au format  txt (10.7 Kb)   pdf (131.4 Kb)   docx (18 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com