LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Communication interculturelle

Cours : Communication interculturelle. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  30 Avril 2018  •  Cours  •  2 041 Mots (9 Pages)  •  464 Vues

Page 1 sur 9

CHAPITRE I : LA COMMUNICATION INTERCULTURELLE

  1. LA MULTIPLICITE CULTURELLE

Chaque individu appartient à un groupe que ce soit amis, entreprise… Ses groupes ont des règles, des normes, des croyances et des valeurs qui constituent leurs cultures et qui va influencer ses comportements.

  1. LES ATTITUDES FACE AUX DIFFERENCE CULTURELLES

Ethnocentrisme : Différent ressenti comme une menace. Le groupe est le centre de tout. Tout est mesuré et évalué par rapport au groupe donc les autres sont regarder avec méfiance.

  • Nie la différence
  • Accepte la différence
  • Banalise la différence

Ethno relativisme : La différence est prise comme du renouveau et d’équilibre, de fait de la communication interculturelle permet de modifier la façon dont on perçoit la différence et de s’orienter vers le relativisme, qui amène à la prise de recul et à la compréhension des autres cultures.

  • Acceptation (neutre)
  • Adaptation : le comportement se modifie tout en restant soi-même
  • L’intégration/ différence considère comme un atout.

  1. LES OBSTACLES

  • La méfiance = manque d’information
  • Le manque d’esprit critique (qu’un seul point de vue)
  • La langue
  • L’éducation
  • Les stéréotypes
  • Les préjugés

  1. COMPRENDRE LES DIFFERENTES CULTURES

Les différentes cultures sont définies selon 4 dimensions :

  • La distance hiérarchique : reconnaissance et l’acceptation plus ou moins de l’autorité et du pouvoir du chef.
  • L’incertitude : attitude par rapport au risque au degré de tolérances liées à l’évènement futur.
  • L’individualisme : degrés d’indépendance ou de liberté revendiqué
  • Masculinité/ Féminité : basés sur l’importance des valeurs liés à la réussite, à la possession masculine, et des valeurs liés à l’environnement social et entraide liée à la féminité.

  1. LES CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (ENTRE PERSONNE)

  1. buts :
  • Transmettre une information
  • Etablir une relation entre les interlocuteurs

Enjeux liées :

  • Identitaire : transmettre l’image souhaitée
  • Relationnel lier au risque de la communication, indiscrétion...
  • Territorial : il s’agit de dévoiler une partie de notre personnalité tout en protégeant notre espace personnel.
  • Informationnel : transmettre ou obtenir une information
  • Influence : on cherche à ce que l’autre adhère à notre idée, notre projet.  

Les composantes de la communication interpersonnel

  • Les acteurs
  • Les enjeux acteurs
  • Les stratégies (d’influence, de négociation, consciente ou inconsciente, la fuite, la volonté d’imposer ses idées, d’être reconnu).
  • Le message = le contenu de la communication
  • Le canal direct ou indirect
  • Le contexte c’est-à-dire l’environnement, le cadre dans lequel la communication se déroule.

Parmi ces contextes on distingue :

  • Le contexte spatial (le lieu donné), auquel s’ajoute d’autres éléments comme la température, le décor, l’aménagement, la distance entre les personnes.
  • Le contenu temporel : moment où a lieu la communication.
  • Le contenu social : statut et rôles pouvant influencer la communication
  • Le contenu culturel : croyances, style managérial
  • Le sens de la communication : l’interprétation donnée au message, fonction des signes utilisés et du contexte.

  1. LA CONSTRUCTION DU SENS

[pic 1]

Dans le contexte relationnel :

  • Comportement
  • Valeur
  • Personnalité
  • Attitude
  • Représentation mentale : idées que l’on se fait sur une chose ou une personne qui ne correspond pas forcément à la réalité
  • Statut, représente une position sociale ou hiérarchique, le rôle est un modèle de conduite attendu qui découle de la position de la personne dans l’entreprise.
  • Rapport de place, la place occupée par les interlocuteurs celle qui vise et celle qu’on a. Il s’analyse avec 3 axes, symétrie ou asymétrie de l’information :il s’agit de la relation d’inégalité ou inégalitaire qui peut être complémentaire (acheteur/vendeur) ou hiérarchique.
  • La distance de familiarité entre les interlocuteurs, proche s’il se connaissent et peuvent même du coup être intimes ou solidaires, ou éloignés comme deux collègues.
  • Le degré de divergence ou de convergence des intérêts au niveaux opinions, des positions, des affinités, des sentiments.

Au niveau du contexte culturel,

  • Le rituel d’accès, il instaure le climat de l’échange. (Bonjour, au revoir)
  • Le rituel de confirmation, il valide l’image que chacun veut donner et marque à la fois l’intérêt pour son interlocuteur et le respect de son territoire. (Madame, monsieur)
  • Le rituel de séparation, il s’agit de minimiser les intrusions ou les indiscrétions

Différents types de langage :

  • Le langage familier, le vocabulaire est pauvre, phrase grammaticalement incorrecte,
  • Le langage courant : phrase courtes et emploi d’un vocabulaire employé,
  • Le langage soutenu : phrases complexes, vocabulaire riche et recherché.

Les signes non verbaux :

  • L’apparence : renvoie l’image que l’on souhaite donner et met en confiance
  • Les gestes et postures traduisent notre état d’esprit. Ils peuvent appuyer la parole et structurer le message.
  • Les expressions du visage expriment nos dispositions mentales à l’égard de l’autre. C’est par le regard que le contact avec l’interlocuteur s’établit.

  1. L’ECOUTE ACTIVE : L’AGUMENTATION ET LA REFORMULATION

  1. L’ECOUTE ACTIVE

L’écoute active peut se définir par une attitude qui traduit une réelle volonté de créer un climat de confiance propice à l’échange en accompagnant l’expression de son interlocuteur sans jugements.


Les 10 commandements d’une écoute active sont :

...

Télécharger au format  txt (14.1 Kb)   pdf (135.9 Kb)   docx (25.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com