LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Théorie générale de la communication

Cours : Théorie générale de la communication. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  14 Janvier 2020  •  Cours  •  1 205 Mots (5 Pages)  •  47 Vues

Page 1 sur 5

Théorie générale de la communication

On a pour habitude de noté que la communication est simple, elle est en vérité complexe, les messages sont souvent brouillés. La communication est partout elle est multiforme, elle apparait précocement dans la vie humaine. Dès la naissance le bébé communique (il pleure). En aucun cas il a l’intention de communiquer, il ne veut pas communiquer mais il communique quand même. Très vite il va se servir de se moyen pour qu’on le prenne dans les bras, on lui donne à manger, on le rassure etc. C’est comme ça que s’amorce le début de la communication entre humain, la communication est non-verbale. Chaque relation est unique seuls les intéressés se comprennent. Elle est faite de geste, de mimique, des rituels qui souvent sont décelable (le ton, le parfum, la voix).

Les animaux communiquent par des comportements ou des signaux il n’y a pas de langage, ces signaux ne constituent en aucun cas un langage.

Les communications non-verbales vont demeurer tout au long de la vie. Pour autant il arrive que l’expression du langage et l’attitude corporel apparaisse en contradiction avec ce qui est dit. Le langage confirme et renforce ou infirme ce qu’exprime le corps et réciproquement.

Deux études publiées en 1967 à partir des travaux d’un chercheur (Albert Merhabian) : 7% de la communication est verbale, 38% est vocal (intonation et son), et 55% de la communication est visuel (Les trois V).

De L’information à la communication : 

Système de communication :

- Source émettrice

- Canal transmetteur, support matériel qui engendre une déperdition de la qualité ou de l’intégrité du message. Perte et brouillage du au bruit

- Cible réceptrice, un projet de communication (l’information à transmettre) et un code (signaux acoustique vocaux ou non, signaux optique passager (Geste) ou permanant (enregistrement des documents.

Un chose est l’information contenu dans le message l’autre chose est sa communication, pour qu’il y ait de la communication il faut être minimum deux, il y a communication que si les informations circulent dans les deux sens.

Il en est de même pour la communication hiérarchique au sein d’une entreprise (transmission d’une information) Asymétrie qui fait qu’on est dans l’information et non dans la communication. (le salarié réceptionne l’information).

Les messages sont souvent ambigus du fait de sa polysémie.

Contenue et relation : 

Le contenue relève de la rationalité et il y à la relation. Selon que l’on considère la communication entre personne concrète ou la communication par l’intermédiaire de média, elle présentera des caractères différents.

A - La communication interpersonnelle

Les signes digitaux sont les mots, ils sont compris à partir des différents codes.

La communication digitale renvoi au contenu du message alors que la communication analogique renvoi à la relation. Dans un échange interpersonnelle la communication est double, il y à ce qui se dit et il y à ce qui se vit. La communication digitale se passe au niveau intellectuel, elle relève de la conscience et met en jeu les fonctions logiques d’explication et d’analyse. La communication analogique relève de l’intuitif.

Communication Digitale

Communication Analogique

  • Mots compréhensibles à partir d’un code
  • Conscience
  • Raison, intelligence, volonté
  • Contenu
  • Paralangage
  • Inconsciente
  • Fait intervenir l’intuition l’expérience
  • La relation

Il peut arriver que ces deux niveaux de communication soient en contradiction, on parle de communication paradoxal ou conflictuel.

B – La communication médiatisé

Tous les médias n’ont pas sur les individus consommateur le même impacte. Qu’il y ait interactivité ou non on retrouve la distinction entre point de vu digital et point de vu analogique.

Images télévisuelles (ou filmique) -> La caractéristique dans ces situations de communication est la passivité du récepteur qui devient un spectateur, sa réceptivité est plus grande ce qui donne plus de prise au relationnel qu’au contenue. La passivité de la situation de communication le met dans une sorte d’état hypnoïde dans lequel le cerveau droit intervient en priorité or le cerveau droit c’est lui qui contrôle les processus inconscients et globaux. A L’opposé le cerveau gauche intervient dans l’analyse, ce qui est verbale c’est pour cela qu’on dit que le récepteur est plus passif devant les image télévisuel ou filmique.

...

Télécharger au format  txt (7.7 Kb)   pdf (79.5 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com