LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Thérèse Raquin

Commentaires Composés : Thérèse Raquin. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  4 Mai 2012  •  363 Mots (2 Pages)  •  1 138 Vues

Page 1 sur 2

Le Naturalisme et fantastique

Thérèse Raquin de Zola

I- Analyse médicale

1-L’intérêt

Dans la préface qu’il a écrite de Thérèse Raquin, Zola

manifeste sa volonté « d’étudier des tempéraments et non des

caractères ». Zola se demande ce qui se passe quand une nature

nerveuse, contrainte de partager l’existence d’un être mou, se

trouve soudain au contact d’un tempérament sanguin. L’histoire

de Thérèse épousant le faible Camille, puis qui rencontre le

vigoureux Laurent, doit être lue comme une sorte d’expérience

médicale.

2-la mise en valeur

Zola compare la vie sociale à la vie organique, il a « choisi

des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur

sang […] fatalités de leur chair » et a développé à travers 4

personnages, 4 tempéraments différents, Laurent et Thérèse

représentant les tempéraments sanguin et nerveux, Camille le

maladif et Madame Raquin la molle.

Zola, réduit dans ce livre tous les sentiments, les émotions

et les réactions morales à des phénomènes purement physiques :

« L’âme est parfaitement absente » .Ainsi [les remords de

Thérèse] « étaient purement physiques. Son corps, ses nerfs

irrités et sa chaire tremblante avaient seuls peur du noyé. Sa

conscience n’entrait en rien dans ses terreurs » (p.158).

Laurent et Thérèse sont rarement désignés par leurs

noms lorsqu’il s’agit de ce qu’ils ressentent. Aussi, La peur

de Laurent est-elle évoquée par « ses membres roidis et

brisés » comme si c’était seulement son corps qui ressentait

et non lui. Les personnages sont donc définis par leurs

organes et leurs sens « [détraqués »] p158.

Zola se met dans la peau d’un médecin pour pouvoir mieux

analyser les cas qu’il veut étudier ; il parle même de

« confrères » pour manifester l’analogie de sa démarche avec

celle des cliniciens.

Les expressions comme « le corps souffrait horriblement » ou

« on voyait que les nerfs se nouaient en lui »( page 158)

peuvent être comparées au discours d’un clinicien,

...

Télécharger au format  txt (2.3 Kb)   pdf (49.7 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com