LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation: A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Émile Nelligan présentent, dans Cage d'oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité ?

Note de Recherches : Dissertation: A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Émile Nelligan présentent, dans Cage d'oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité ?. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  22 Août 2013  •  721 Mots (3 Pages)  •  2 697 Vues

Page 1 sur 3

Sujet de dissertation critique

A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Émile Nelligan présentent, dans Cage d'oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité ? Discutez.

Tout d’abord, la fatalité est la même dans les deux textes et tournent autour de la mort. En effet, la vision des poèmes est sombre. Saint-Denys Garneau montre un aspect d’impuissance : «Il ne pourra s’en aller, Qu’après avoir tout mangé, Mon cœur, La source du sang, Avec la vie dedans» (ligne 19-23). Cette citation montre que le personnage dans le poème est en attente de la mort. Le phrase « ’il ne pourra s’en aller ‘’ signifie que la mort va venir à lui et qu’une fois fait il sa mort viendra. On peut faire un lien avec l’auteur où Saint-Denys Garneau est mort tragiquement à 31 ans après avoir publié quelques années avant ce poème. Ainsi, on peut supposer que lui-même attendait sa mort venir par la maladie par exemple et il savait qu’a la fin il en mourra sans pouvoir y échapper. Ensuite, Émile Nelligan montre un sentiment d’attente. Le sentiment d’attendre sa dernière heure : «De grand corbeaux venus de montagnes célèbres (…) Or ,cette proie échue à ces démons des nuits, N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis, Vastes qui tournant sur elle ainsi toujours’ (ligne 4 et 9-11). Il y a une comparaison entre la mort et le corbeau dans cette citation. Le corbeaux a toujours été associé à des idée sombre et noir. Le fait que les corbeaux tournent autour de leurs proies signifie qu’elle est mourante. Émile Nelligan compare ainsi sa vie à une carcasse ou des corbeaux ,qui représentent la mort, vont venir l’achever et il connaitra la mort. Ainsi, la fatalité est la même dans les deux poèmes, car la mort est imminente et les personnages fictifs ne peuvent pas y échapper.

Ensuite, les deux poèmes diffèrent dans la manière de présenter la fatalité. Ils sont présentés en opposition. Dans la Cage d’oiseau, la mort vient de l’intérieur : «C’est un oisseau tenu captif, La mort dans ma cage d’os» (ligne 13-14). Avec cette citation, on peut voir que la notion de fatalité est présente, mais il la mort vient de l’intérieur du personnage. Ainsi, on peut présumer que c’est le personnage du poème qui se laisse mourir puisqu’il fait une comparaison de son cœur avec un oiseau en disant qu’il est tenu captif. Alors, sa fatalité est d’être emprisonné dans une situation qui est inconnue et qu’il va en mourir. Ensuite, Émile Nelligan présente la mort comme un phénomène de l’extérieur. Selon lui, la mort est tout partout autour de lui :« cercle, tournant, en loque»(ligne 5,10 et 11). Le champ lexical du cercle montre que la mort est tout autour du personnage et qu’au fur et à mesure que le cercle se referme la mort se rapproche. Dans se poème, la mort de vient pas du personnage lui-même, mais de cause extérieure au corps. Les corbeaux étant associé à la mort la fatalité est ainsi associée à une mort imminente qui est liée au temps. Ainsi, la fatalité n’est pas la même dans les deux poèmes à cause qu’ils montrent une mort qui s’oppose soit une mort venant de l’intérieure et un autre lié à des éléments extérieurs.

Ensuite, malgré le fait que la fatalité dans les deux poèmes est approchée de deux manières différentes,

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (74.7 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com