LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment s’articulent histoire, mémoire et justice au XX° siècle ?

Synthèse : Comment s’articulent histoire, mémoire et justice au XX° siècle ?. Recherche parmi 260 000+ dissertations

Par   •  24 Avril 2021  •  Synthèse  •  834 Mots (4 Pages)  •  114 Vues

Page 1 sur 4

Thème 3 : Histoire et Mémoire

Histoire et mémoire sont deux perceptions différentes du passé, elles ne sont pas synonymes. L’Histoire c’est une science qui relève d’une connaissance abstraite du passé, tandis que la Mémoire relève du souvenir.

 

Introduction : Histoire et mémoire, histoire et justice

Problématique : Comment s’articulent histoire, mémoire et justice au XX° siècle ?

1 – La différence entre Histoire et Mémoire 

Qu’est-ce qui différencie histoire et mémoire ? Pourquoi peut-on dire que l’histoire et la mémoire sont, toutefois, complémentaire ?

L’Histoire est une science humaine, qui étudie les faits passés avec une exigence d’objectivité en s’appuyant sur la critique et la confrontation des sources (archéologie, archives, mais aussi témoignages, qu’il faut savoir critiquer, en le replaçant dans leur contexte de création) pour expliquer le passé de façon neutre, dépassionnée.

Elle est produite par des spécialiste, des historiens qui se placent sur le terrain de la connaissance, et non sur celui de la morale ou de la justice. Si l’historien ne peut pas être pleinement objectif, il tâche de l’être en confrontant des points de vue.

La Mémoire correspond à un ensemble de souvenirs liés à un événements vécu par un individu ou un groupe. La mémoire suppose un lien affectif au passé ; elle est donc subjective et partielle ( il y a des déformations et des oublis, volontaire ou non, pour favoriser le sentiment d’appartenance à un groupe).  

L’historien s’appuie sur les mémoires des contemporains, la mémoire devient aussi un objet d’étude pour l’historien qui va étudier l’évolution des mémoires. Les mémoires utilisent le travail sur le travail des historiens, qui sont nourries par les travaux des historiens.

2 – Des mémoires multiples 

Montrez qu’un même évènement ou qu’un même lieu peut-être intégré différemment dans la mémoire de groupes distincts. 

La mémoire est propre à chaque individu ou à chaque groupe en fonction des évènements vécus en commun, les groupes sociaux sélectionnent les évènements qui font le plus consensus et qui permettent de développer un sentiment d’appartenance. Il existe une mémoire officielle, c’est celle qui est reconnue par l’État et elle s’exprime de différentes façon avec des commémorations, des jours fériés, …

3 – Histoire et justice : de nouvelles catégories de crimes

Questions p.194-195

1. Les documents permettent de revenir sur le premier génocide du xxe siècle. Dans le cadre de la politique coloniale allemande au Sud-Ouest africain, l’armée mène une politique de répression qui accompagne la conquête du territoire. Elle cible des groupes humains identifiés, Herero et Nama, considérés comme inférieurs. Les victimes sont des populations civiles et pas seulement des combattants.

2. À l’occasion de la conférence de Versailles, la communauté internationale favorise le recensement des preuves des crimes commis (témoignages, archives et photographies). Le gouvernement britannique fait rédiger un rapport officiel sur la situation du Sud-Ouest africain et propose aussi la création d’un tribunal pour juger les criminels Turcs responsables du génocide arménien. Dans les deux cas les procédures n’aboutissent pas à des procès. On peut noter des préoccupations géopolitiques liées à la redéfinition des frontières d’après la guerre et des freins juridiques liés à l’absence de qualification.

...

Télécharger au format  txt (5.7 Kb)   pdf (90.1 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com