LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Histoire Des Institutions

Compte Rendu : Histoire Des Institutions. Recherche parmi 230 000+ dissertations

Par   •  22 Février 2013  •  1 144 Mots (5 Pages)  •  373 Vues

Page 1 sur 5

La période du 10ième siècle au 13ième siècle se caractérise par une absence de toute forme d'état. En effet après la chute de l'empire Carolingien, le territoire français est morcelé et le pouvoir est aux mains des seigneuries (le pouvoir appartient à des seigneurs plus ou moins puissant). Il n'y alors plus de pouvoir central. L'organisation de la France durant l'époque féodale est vu par les historiens d'aujourd'hui comme une période de décadence où la politique et l'économie sont en chute libre et où le droit est essentiellement coutumier. Le cadre de vie est donc bien restreint à la seigneurie. Les liens personnels vont alors primer sur les liens étatiques. C'est alors qu'une société féodale va se créer sur les ruines de l'empire carolingien. La société féodale se développe sur la base d'un rapport d'homme à homme: on appelle ce lien le lien féodo-vassalique. Le lien qui uni le vassal à son seigneur.

Cependant, en 1020, l'évêque Fulbert a alors une vision bien plus positive de cette époque et notamment du lien féodo-vassalique. Ce dernier fait parvenir une lettre à Guillaume V dit Guillaume le grand.

Cette lettre est alors relative à la notion de fidélité entre un vassal et son seigneur au début du XIème siècle. Fulbert donne alors son avis sur l'organisation du monde féodal, démontre sa définition de la fidélité et enfin défend sa vision des droits et devoirs vassalique. Cette lettre est alors destinée à montrée le rôle et les fonctions d'un bon vassal. Fulbert dans cette lettre dépasse alors la notion de fidélité à dominante négative (ne rien entreprendre contre son seigneur). Pour lui, le lien féodo-vassalique n'a pas uniquement cette aspect: il a une forte composante positive. Celle de faire le bien en apportant conseil et aide à son seigneur. Fulbert va alors aussi insister sur la réciprocité du contrat.

De qu'elle manière se caractérise le lien féodo-vassalique?

I) La foi et le serment de fidélité

A- Hommage et serment de la fidélité

L'hommage désigne au XI ième siècle l'ancienne commendatio de l'époque franque. La dédition du vassal se faisant à genoux, les mains jointes dans celles de son seigneur et échange les paroles qui obligent: « Je deviens ton homme » « Je te reçois et prends à homme ». Parfois le seigneur relevant son vassal lui donne un baiser de paix sur la bouche. Suite à la cérémonie de l'hommage vient aussitôt le serment de fidélité.

« Celui qui jure fidélité à son seigneur doit toujours avoir les six mots suivants présents à la mémoire: sain et sauf, sûr, honnête, utile, facile, possible » : Ici l'auteur évoque principalement le serment de foi qui vient après l'hommage. Ce serment permet de donner une dimension Chrétienne à la vassalité qui à l'origine est purement païenne. De fait, Dieu devient le témoin de ce serment. L'église cherche à stabiliser les relations vassalique.

Le vassal ne doit pas nuire au seigneur étant donné qu'il doit lui être fidèle.

B- Les sanction en cas de manquement

Dans sa lettre l'auteur parle de manquements aux obligations engendrées par la fidélités. Ainsi, si le seigneur manque à ses obligations il est « à bon droit taxé de mauvaise foi » (l.16). C'est a dire qu'il n'as pas respecté la fidélité jurée et peut encourir des sanctions. Ainsi, le vassal pouvait désavouer sa foi au seigneur infidèle. Cependant, cette procédure exigeait certaines conditions. Le vassal devait s'adresser au seigneur supérieur (le seigneur de son seigneur),

...

Télécharger au format  txt (7 Kb)   pdf (86.9 Kb)   docx (10.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com