LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche cours sur le VIH

Fiche : Fiche cours sur le VIH. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  4 Février 2017  •  Fiche  •  1 340 Mots (6 Pages)  •  839 Vues

Page 1 sur 6

Le VIH/Sida

Historique

Les virus serait connu depuis le début du XXème siècle avec en 1908 la découverte du rôle du virus de la leucémie aviaire dans le développement de tumeurs chez le poulet (par Ellerman & Bang).

⦁ 1970 : découverte de la Reverse Transcriptase

⦁ 1981 : description des premiers cas de SIDA

⦁ 1981 : caractérisation du HTLV-1 chez un patient atteint de leucémie

⦁ 1983 : isolement du L.A.V. (Lymphadenopathy Associated Virus) à Pasteur, qui sera finalement rattaché au VIH

Les types de VIH

Le VIH comporte deux virus distincts mais très similaires. Les virus humains sont proches des SIV simiesques.

⦁ VIH1 (pandémie mondiale), nombreux sous-types : M (95%), N, O, P Le virus M prédomine avec plus de 40 millions de personnes infectées et est divisé en 9 sous-groupes (de A à K)

⦁ VIH2 (Afrique de l'Ouest), divisé en 8 sous-types (A à H)

2 à 3 millions contaminations par an ; 2 millions de morts par an ; plus de 30 millions de morts au total.

Physiopathologie

Description

Le VIH est un rétrovirus (famille des Retroviridae, genre Lentivirus) :

- enveloppe issue de la membrane cellulaire : protéines virales gp120 et gp41 ;

- à l'intérieur de l'enveloppe, une capside (protéine p24) contenant le génome (2 copies identiques d'ARN), et les enzymes virales (dont la reverse-transcriptase ou transcriptase inverse RT).

Cycle Viral

⦁ Première phase – intégration du génome viral dans le génome cellulaire :

⦁ absorption du virus via gp120 sur CD4 cellulaire, et fusion membrane cellulaire-enveloppe virale ;

⦁ injection de la capside dans la cellule, et libération de l'ARN et de la RT ;

⦁ rétro-transcription de l'ARN en ADN par la RT ;

⦁ pénétration de l'ADN dans le noyau pour s'intégrer au génome cellulaire (on parle alors de provirus).

⦁ Deuxième phase – production de nouvelles particules virales :

⦁ activation du provirus qui est transcrit en ARN : certains sont accumulés dans le cytoplasme (futur génome viral), d'autres ARN sont utilisés comme ARN viraux, et traduits en protéines virales ;

⦁ des protéines virales s'assemblent en capside, contenant génome et enzymes ;

⦁ remaniement de la membrane cellulaire : protéines cellulaires remplacées par des protéines virales, pour former l'enveloppe ;

⦁ libération par bourgeonnement du virus.

Les enzymes virales font beaucoup d'erreur donc il apparaît continuellement des variants génétiques viraux, éventuellement antigéniquement différents. La population virale est très hétérogène, ce qui est un obstacle à la mise en place des vaccins et des tests sérologiques. L’évolution clinico-biologique est différente pour le VIH-2 : les charges virales et la transmission sont plus faibles et son évolution est plus lente

Infection et SIDA

⦁ Transmission du virus :

- par voie sexuelle (rapport sexuel non protégé) ;

- par voie sanguine (injection de drogues, tatouage, piercing, matériel médical non stérile)

- par voie transplacentaire ou par allaitement.

⦁ Le virus se multiplie dans les cellules CD4 : monocytes-macrophages, lymphocytes T4...

⦁ Primo-infection (expression muette dans 20 à 50% des cas ou signes évoquant une infection virale (céphalées, dysphagies, amaigrissement, myalgies, angine, éruption cutanée) à l'issue de laquelle se met une place une immunité adaptative capable d'éliminer les virus circulants ; mais le système immunitaire ne peut pas éliminer les provirus, ni les variants antigéniques auxquels il doit sans cesse s'adapter.

⦁ Pendant des années, apparition continue de variants viraux qui échappent transitoirement à la réponse immune : la population de lymphocytes T4 continue d'être atteinte et de diminuer.

⦁ Lorsque le nombre de T4 est trop bas, le système immunitaire s'effondre : c'est le stade SIDA (syndrome d'immunodéficience acquis).

Les infections opportunistes surviennent sur un terrain immunodéprimé et sont spécifiques du degré de déficit immunitaire, mais pas de la cause de l'immunodépression. Exemples : infections bactériennes, herpès, tuberculose, candidose œsophagienne,

...

Télécharger au format  txt (8.9 Kb)   pdf (59 Kb)   docx (570.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com