LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"Fautes en vrac" / Un constat accablant : toujours plus de fautes d’orthographe !

Synthèse : "Fautes en vrac" / Un constat accablant : toujours plus de fautes d’orthographe !. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  23 Mars 2022  •  Synthèse  •  1 302 Mots (6 Pages)  •  115 Vues

Page 1 sur 6

Proposition de correction note de synthèse « Fautes en vrac »

INTRODUCTION

Phrase introductive

Le constat est établi aujourd’hui qu’une forte proportion de nos contemporains est fâchée avec l’orthographe, la grammaire et autres règles syntaxiques.

Présentation du corpus

Notre corpus, composé de cinq documents, se donne pour objet d’en analyser différentes dimensions.

Celui-ci est constitué de l’article Fautes en vrac…à la fac, sous la plume de Jacqueline de Linarès, paru dans Le Point en septembre 2009, de l’article de presse professionnelle Que faire quand on est fâché avec l’orthographe, édité par Courrier Cadres n°59, en septembre 2010. S’y ajoutent deux autres articles, un troisième document, titré Stage d’orthographe dans les entreprises, paru dans la revue Le nouvel Observateur, en septembre 2007 et un quatrième document sous la forme d’un article court du journal gratuite 20 minutes du 6 septembre 2009 : Ils voulaient voir Rhodes, ils ont vu Rodez. Un cinquième document est d’un dessin humoristique de Zak paru dans le Point du 27 août 2009. Un sixième document extrait d’un article du Monde, Les fautes d’orthographe deviennent un handicap pour faire carrière, daté de 7 octobre 2009, complète cet   ensemble.

Problématique :

Ces textes posent les termes d’un vieux débat, celui concernant cette épidémie inquiétante de fautes d’orthographe. Ils posent la question des raisons qui l’expliquent, de la nécessité de s’engager, dans le contexte étudiant et professionnel sur la voie de solutions qui restent à définir.

[Autre manière de dire :

Nous pouvons donc nous demander en quoi cette épidémie de fautes d’orthographe doit être enrayée en proposant des solutions efficaces.]

Annonce du plan :

Dans une première partie, nous établirons le constat souvent accablant de la perte de la maîtrise de la langue française à l’écrit, en observant diverses raisons qui l’expliquent. Puis, dans une seconde partie, nous mettrons en évidence les raisons fortes de vouloir changer favorablement cette situation, avant dans une troisième partie de mettre en évidence les solutions qui sont actuellement mises en place.

I- Un constat accablant : toujours plus de fautes d’orthographe !

L’article de Jacqueline de Linarès, Fautes en vrac…à la fac, paru dans Le Point en septembre 2009 (document 1) jette une ombre certaine sur le niveau des élèves et, plus ennuyeux, des étudiants dans ce domaine. Que de fautes d’orthographe observe-t-on, y compris dans les filières littéraires où elles devraient être bannies. Ce même article pointe des problèmes de syntaxe et finalement évoque la disparition de toute base grammaticale, pour certains élèves.

Ce constat, comme le précise le document 1, est unanime auprès des enseignants de tous niveaux. On observe un système scolaire et universitaire laissant la situation empirer, y compris dans l’acquisition du vocabulaire ! Les lacunes se cumulent, jamais comblées, y compris, s’en plaignent les professeurs, dans les filières d’excellence.

Le dessin de ZAK (document 5), paru dans Le Point du 27 août 2009, nous montre un élève découragé, conscient qu’il commet des fautes d’orthographe, mais livré à lui-même face à une injonction (NB : un ordre) venu d’en haut !

POURTANT*, notre société sait repérer mieux qu’auparavant les personnes qui ont un problème de dyslexie. Celles-ci sont dans l’impossibilité de se corriger et ce phénomène peut toucher y compris les lecteurs assidus comme le précise l’article Que faire quand on est fâché avec l’orthographe, paru dans le journal professionnel Courrier Cadres n°59, en septembre 2010.

L’article note POUR AUTANT un déclin général du niveau depuis quarante ans. Il suggère AUSSI* qu’il y une dimension psychologique dans les problèmes liés à cet apprentissage.

[* ne pas hésiter à utiliser des adverbes, prépositions, des « marqueurs » qui précisent le sens de vos arguments. Exemple : POURTANT minore les arguments précédents. POUR AUTANT va dans le sens des 1ers arguments. AUSSI précise un aspect.]

Dans notre deuxième partie, nous mettons en évidence les raisons qui doivent nous pousser à changer.

...

Télécharger au format  txt (8.8 Kb)   pdf (67.4 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com